Gentleman Jole and the Red Queen de Lois McMaster Bujold

Titre Original : Gentleman Jole and the Red Queen
Année de sortie : 2015
Éditeur : Baen
Nombre de pages : 352
Mon avis :
Dernier tome de la saga Vorkosigan, je ne pouvais passer à coté de cette lecture. Cette saga est ma préférée en SF, je n’en ai jamais trouvé d’autres pour l’instant qui sur le long terme soient aussi intéressantes, j’avais d’ailleurs lu les 15 tomes précédents d’une traite !

C’est vrai que c’est un livre très différent du reste de la saga, déjà il n’y a pas d’aventure. Je pense que c’est un peu un tome récapitulatif de toute ce qui se passe dans la monde et on fait le point de ce que sont devenu les héros et de comment se passe la vie suite à la fin.
En fait on suis la mère du héros (Miles), Cordelia, trois ans après la fin de la saga. Elle a plus de 70 ans et elle est seule depuis trois ans.

Le sujet du livre est un sujet très peu abordé en fait, et encore moins en science fiction : la vieillesse, le deuil, comment refaire sa vie et profiter des années qu’il reste.
Tout part en fait du moment ou elle décide d’utiliser les incubateurs artificiels pour donner vie a des enfants grâce au sperme congelé de feu son mari. On parle de toute sortes de questions du genre « est-ce raisonnable d’élever un enfant au seuil de la vieillesse, surtout en tant que célibataire » ou « ces enfants vont-ils poser problème dans la succession de son mari (qui était l’ex régent, vice roi, et plein d’autres titres et fortunes que les personnes qui ont lu la saga connaissent et savent combien c’est problématique), comment ça va impacter sur Miles qui a des enfants à lui aussi …etc…
On apprend aussi un gros secret sur la vie d’Aral (son mari), enfin secret pour nous pas pour Cordelia, et je comprends que ça ai pu en choquer quelques uns, surtout que quand on se met à parler sexualité, surtout avec des personnes de cet age la c’est pas évident non plus comme sujet.

En fait j’aime beaucoup les personnages (mais ça ce n’est pas une surprise), bon certes le livre est assez lent vu qu’il ne se passe pas grand chose, En fait c’est aussi une histoire d’amour lente, rien à voir avec le tout premier tome de la saga qui portait sur le même sujet mais avec le personnage jeune.
Si je devais décrire cette histoire je dirais « tranquille », il n’y a rien de la précipitation de la jeunesse, c’est tout en douceur, deux personnages qui apprennent à faire le deuil de la personne qu’ils ont aimés et essayent de refaire leur vie. 

Pendant les 200 premières pages on n’a aucune nouvelle de Miles, et si je devais donner un mauvais point à ce roman ça serait celui ci. Car si au final Cordelia associée à Aral donnaient de super aventures au début, maintenant ce n’est pas vraiment le cas, le personnage est beaucoup plus posé et n’a pas la vivacité d’esprit dont on est habitué de par le reste de la saga, c’est plus convenu en quelque sorte. Alors ce n’est pas non plus un mauvais point car en fait c’est vraiment devenu une diplomate hautement qualifiée, elle est habituée à gérer, à faire des concessions, ce qui donne une profondeur au récit qui peut parfois manquer quand on s’occupe plus de l’action qu’autre chose, mais bon, je dois dire que j’ai quand même trouvé le tout un peu lent.
Je n’ai pas non plus ressenti d’ennui, pas à ce point, mais au bout d’un moment, dépassé la moitié, j’avais envie que l’histoire bouge un peu.
Et en fait une fois l’arrivée de Miles elle n’évolue pas beaucoup plus vite, mais Miles est quand même une valeur fondamentale, les dialogues, les relations, tout parait plus vivant une fois lui sur place. En fait on dirait presque un enfant certaines fois en comparaison avec les deux protagonistes précédents, il est très vif, surtout d’esprit et c’est vraiment difficile de lui cacher des choses !
C’est clair pour moi que ce livre n’est pas vraiment du niveau des précédent. En fait il n’a rien à voir, il est tellement éloigné sur tous les niveaux qu’on a du mal à comparer, en tout cas sachez qu’il ne faut pas vraiment partir avec en tête les précédents. 
Mais dans l’optique d’avoir une fenêtre sur comment les personnages et la situation évoluent après la série c’est un bon tome. Il soulève pas mal de questions (comme d’habitude avec la série), les personnages sont toujours aussi géniaux et je suis très contente de l’avoir lu finalement malgré la lenteur du milieu.
16/20

2 commentaires sur “Gentleman Jole and the Red Queen de Lois McMaster Bujold

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :