Concevoir un site comme celui-ci avec WordPress.com
Commencer

L’homme Feu de Joe Hill

Titre Original : The fireman
Année de sortie : 2017
Éditeur : JC Lattès
Nombre de pages : 700
Résumé :

 Personne ne sait exactement quand et où cela a commencé.
Sur le corps des hommes et des femmes de magnifiques tatouages apparaissent et brûlent plus ou moins violemment les individus qui les portent… Boston, Détroit, Seattle… sont frappés. Il n’existe pas d’antidote.
Harper est une infirmière merveilleusement bienveillante. Le même jour, elle découvre qu’elle est enceinte et qu’elle est touchée par le virus. Paniqué son mari fuit.
Et dans ce monde en ruines où des micros sociétés se créent et des milices d’exterminations traquent les malades, Harper va rencontrer l’Homme-feu capable de contrôler le feu intérieur qui consume les humains. Ensemble, ils vont tenter de sauver une société terrorisée où chacun est prêt au pire pour tenter de survivre.
Une fresque aussi profonde que fascinante sur l’homme face à ses peurs vertigineuses et à sa puissance de vie.
Mon avis :
Un thriller post-apocalyptique qui fait bien réfléchir sur la bêtise humaine et jusqu’où la peur peut nous mener. L’histoire était intéressante bien qu’un peu longue mais le coté stressant m’a moins plu, je sais que beaucoup de monde aime justement avoir des frissons (ce qui n’est pas mon cas), ce livre est pour eux.
Du coup on pourrait dire que ça tourne plus du coté dystopique que thriller. En fait c’est un gros mélange et je serais incapable de vraiment ranger ce livre dans une seule catégorie.
Quand je dis stressant je ne parle pas d’effrayant au sens propre du terme mais plus effrayant de voir cette société s’effriter petit à petit, de voir que même les « bon » tournent vers le coté dominé par la peur et transforment leur mini-paradis en dictature ou personne n’a le droit d’être différent ou d’avoir des besoins différents. C’est ce genre de stress la qui est présent. On a constamment envie de leur dire de ne pas tomber dans ces travers et que ça ne les mènera à rien, de leur crier dessus, mais rien n’y fait, inexorablement tout s’effondre. Le coté raisonnable ne fait pas le poids face à la peur. 
Bon ce n’est pas toujours aussi visible que ça et c’est ça qui fait l’intérêt du livre. Souvent on a l’impression qu’il y a des améliorations alors qu’en fait ce sont elles qui vont transformer leur vie en enfer après.
Le personnage principal est vraiment une femme optimiste, elle est justement le coté raisonnable qui tente les compromis quand les personnes les plus dures se font entendre. Elle essaye toujours de trouver un moyen pacifique de régler les problèmes.
L’homme feu est un personnage que j’ai énormément apprécié, il apporte un coté léger et rigolo à l’histoire, ce qui allège l’ambiance à certains moment. Et je pense que dans cette histoire c’était vraiment plus que nécessaire.
En fait les personnages sont un des points fort du livre, ils ont tous leur personnalité et malgré le fait qu’on explore les cotés les plus sombres de leur personnalité dans un contexte très difficile je me suis énormément attaché à eux. 
Pour ce qui est du coté longuet du livre, je dirais que je l’ai ressentit à certains moment mais je pense néanmoins qu’il était quand même nécessaire. Dans le sens ou si on avait été plus rapidement, toute l’ambiance et le stress auraient été différents, du coup c’est ça qui fait l’âme du livre. En fait le rythme semble égal tout au long du livre, même si temporellement on saute certains passages, du coup la lecture m’a semblé fluide, et assez rapide pour un livre de cette taille.
J’ai beaucoup aimé aussi l’évolution du virus et la façon dont le groupe fait pour l’explorer et le découvrir. Ça donnait totalement un coté fantastique à l’histoire. 
Par contre ce livre est profondément américain. C’est un des premiers points que j’ai remarqué, leur façon de vivre et finalement très différente de la notre (la mienne en tout cas) et on s’en rend compte ici ou tout est exacerbé. Le fait de mêler la religion à tout, d’avoir des armes à tout les coins de rue, des milices privées, des prêcheurs … On aurait eu une toute autre histoire si l’action se déroulait ailleurs ça c’est sur. 
Ce livre nous entraine dans les profondeurs de l’âme humaine soumise a un stress intense. C’est une histoire de survie, de vie sans concession ou la peur, la bêtise et l’égoïsme des humains sont mis en avant. Et oui ça fait peur d’imaginer tout ça, c’est tellement vrai et on s’imagine sans peine que ça puisse réellement arriver même si la menace est différente. 
Malheureusement je ne suis pas quelqu’un qui réagis bien au stress, du coup malgré toutes les bonnes idées ce livre n’était vraiment pas fait pour moi. Il m’a mit dans un état d’angoisse que je n’aime pas du tout, sans parler du coté déprime. 
Du coup je ne vais pas le noter car il y a un trop grand écart entre son intérêt et mon état émotionnel.
Merci à Netgalley pour m’avoir fourni ce livre en échange de mon avis.

10 commentaires sur “L’homme Feu de Joe Hill

Ajouter un commentaire

  1. Je trouve ça bien que tu ne remettes pas en question la qualité du roman parce qu'il t'a mise à mal. Quand je vois sur bibliomania des livres descendus parce qu'ils ont un peu brusqué le lecteur ça me hérisse le poil :pAlors contrairement à toi, j'aime qu'une histoire me remue un tant soit peu (pas à chaque fois mais souvent), c'est pour moi un gage de qualité. Quelque part, ça veut dire que l'auteur a atteint un de ses buts.Cette histoire m'intéresse, tu as bien piqué ma curiosité.Merci

    J’aime

  2. Merci =)Oui je suis consciente de la différence entre un livre qui ne me va pas et un livre qui est mauvais. Surtout qu'ici j'ai aimé les questions qu'il pose, c'est juste que ça me rendait hyper mal à l'aise et stressée et que j'ai mal réagis à ça. Mais sinon je pense qu'il a tout pour plaire à un grand nombre ^^

    J’aime

  3. Bon vu ta chronique, je pense que c'est pas un livre pour moi, trop stressant je pense, trop d'injustices… Bonne chronique en tout cas où tu arrives bien à faire la différence entre un livre qui n'est pas dans ton style et un livre qui ne serait pas bon .

    J’aime

  4. Un avis très très intéressant. Je savais déjà que tu n'avais pas aimé autant que moi et j'aime beaucoup la façon dont tu l'expliques. C'est vrai que je n'ai pas relevé le côté américain alors que c'est ce qui m'a le plus dérangé. Dieu est mon sauveur, très peu pour moi mais cela ne m'a pas empêcher d'apprécier ma lecture moi qui suis une grande chochotte. Comme quoi cela me confirme qu'il y a toujours un bon moment pour découvrir un ouvrage.Bon j'arrête mon monologue^^ A bientôt !

    J’aime

  5. Étonnamment je réagis plus mal au strass de la bétise humaine qu'au stress genre horreur. C'est un autre type de stress :pJe suis d'accord sur le coté américain, il est très marqué et des fois c'est un peu lourd. Oui il a toujours un bon moment, ce livre a vraiment fait ressortir des peurs actuelles avec l'arrivé de Trump par exemple qui est un autre gros exemple de bêtise humaine.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :