Concevoir un site comme celui-ci avec WordPress.com
Commencer

Avis en Vrac #48 : Anne McCaffrey, Lilith Saintcrow, Tanya Huff et Lynn Flewelling

 Salut à tous !

Une fois encore je vais vous faire une série de chroniques dans un seul billet !

La Ballade de Pern, tome 13 : L’Aube des dragons
de Anne McCaffrey
Année de sortie : 1995
Éditeur : Pocket
Nombre de pages : 441
Genre : Science-fiction
Un tome essentiel dans la saga car il permet de comprendre l’arrivée des humains sur Pern et les difficultés qu’ils ont du surmonter pour arriver à vivre sur la planète. C’est une bonne lecture, très intéressante même si on s’éloigne bien sur du coté « fantasy » des premiers tomes pour plonger totalement dans de la science-fiction.

Et justement je pense que ce virage donne un coté fascinant à ce livre. C’est totalement différent de tout ce qu’on a pu lire jusqu’ici.
On trouve ici l’histoire de pionniers, qui savent se débrouiller de leurs mains et qui repartent quasiment à zéro en arrivant sur Pern. On trouve aussi des personnes différentes, qui ont du mal à s’entendre, et vu qu’on est dans un environnement un peu stressant cela exacerbe les différences.

C’est vraiment super sympa de retrouver les noms et les origines de tout, de voir comment les gens se sont répartis sur la planète et tout les détails associés.
Les difficultés ne manquent pas sur la planète, et les surmonter ne sera pas facile. J’aime aussi bien le fait que McCaffrey n’hésite pas à faire mourir des personnages importants, on est vraiment bien pris émotionnellement dans l’histoire.

Après c’est sur que certaines technologies paraissent un petit peu obsolètes mais vu l’age du livre c’est normal. Je dirais que ça donne un certain charme au livre, loin d’internet et des réseaux sans fil ! 

J’ai vraiment apprécié ma lecture, cette saga est vraiment intéressante et je lis chaque tome avec plaisir !

16.5/20

Danny Valentine, tome 3 : À la droite du diable
de Lilith Saintcrow
Année de sortie : 2011
Éditeur : Orbit
Nombre de pages : 346
Genre : Urban fantasy, Science-fiction
Une bonne addition à cette saga surprenante au niveau du contexte. Mais j’ai trouvé que le personnage de Danny devenait de plus en plus extrême (au niveau caractère) et du coup je l’apprécie un peu moins que dans les tomes précédent.
Le diable à besoin de Danny et surtout de Japhrimel pour traquer 4 démons qui se sont enfuis et qui se sont révoltés contre son autorité, chose qu’il ne peux pas laisser passer.
Il passe donc un contrat avec le duo qui stipule que si ils lui obéissent et sont à son service 7 ans, et traquent les démons renégats, il les laissera tranquille et en plus Japh récupère une partie des pouvoirs qu’il avait perdu en créant Danny.

Tout semble aller pour le mieux entre eux, mais en fait le problème c’est que Danny ne supporte pas d’être mise de coté, de ne pas comprendre les choses. Du coup elle pique des crises de confiance envers Japh régulièrement. Elle n’arrive pas à savoir si il l’aime vraiment, ce qu’on pourrait croire évident vu son sacrifice, ou si il ne fait que l’utiliser pour arriver à ses fins, chose qui serait probable vu qu’il a maintenant le beurre et l’argent du beurre vu qu’il retrouve ses pouvoirs tout en étant bientôt totalement libéré de l’enfer et de ses chaines. 

D’un coté je comprendre Japh bien sur, sachant que Danny méprise tout le coté politique et ne veut pas être mêlée à tout ça. Si il lui disait tout elle refuserait d’en faire parti vu qu’elle se considère toujours comme étant humaine, malgré sa transformation. Elle ne comprends pas la position dans laquelle il est et ce qu’il est obligé de faire pour sauver leurs vies, et du coup il ne lui explique rien et elle s’énerve.
Elle se voile totalement la face en fait en imaginant pouvoir juste continuer comme avant, et ça Japh l’a très bien compris, il sait que leurs vies n’auraient pas de valeur sans les magouilles qu’il continue à faire et le fait de montrer leurs pouvoirs. 
Mais je comprends aussi Danny, bien qu’elle soit un peu trop terrifiée et incertaine. J’avais un peu l’impression qu’elle était toujours sur les nerfs, toujours à se méfier de tout, à fleur de peau et à la limite de l’explosion.
Et c’est un peu fatiguant sur le long terme je trouve.

Bon après l’intrigue est bien faire, rien à dire la dessus. Je ne me suis pas ennuyée, le rythme est bon, et on est totalement dedans quand on le lit quasiment d’une traite.
Je continuerais cette série avec plaisir, en espérant que Danny se calme un peu dans le prochain tome !

16/20

Peacekeeper, book 2: A Peace Divided
de Tanya Huff
Année de sortie : 2017
Éditeur : Titan Books
Nombre de pages : 416
Genre : Science-fiction
J’ai malheureusement moins aimé ce tome que les précédents.

Un groupe de scientifique a été pris en otage sur une planète reculée et inhabitée. La raison qui fait que cette planète n’a jamais été colonisée est quelle renferme tout un réseau complexe de ruines d’une ancienne civilisation et donc qu’elle a été réservée à la recherche et l’exploration scientifique. La situation se complique quand on se rend compte que les preneurs d’otage sont des mercenaires à la fois de la Confédération et de la Primacy, une association qui n’avait jamais été vue avant. L’équipe du sergeant Torin Kerr va devoir faire équipe avec une sélection d’ancien soldats ennemis pour sauver les scientifiques …

J’ai trouvé qu’il mettait vraiment longtemps à démarrer, on passait bien une 100ène de pages rien que pour poser le contexte général et parler d’autres choses en rapport avec les tomes précédents pour les nouveaux lecteurs. Et j’ai trouvé ça interminable, parce que rien n’avançait et que ce n’était quasiment que de la redite pour moi.
Surtout qu’ensuite toute la partie politique et « blabla » bureaucratique militaire prend le dessus pendant encore un très long moment et il faut arriver quasiment à 60% du livre pour que ça bouge enfin.

Bon c’est vrai qu’une fois arrivé à ces passages la ça c’est bien mieux passé et j’ai retrouvé tout mon enthousiasme. Surtout que le thème abordé est vraiment très intéressant et concerne directement les aliens en plastiques qui sont le sujet principale et qu’on en apprend vraiment plus à leur sujet ici. Le coté collaboration avec l’ancien ennemi était bien fait aussi, et les retrouvailles de Torin avec d’anciens personnages particulièrement intéressante.

Par contre j’ai trouvé que les mercenaires et leurs commanditaires étaient bête comme leur pied. Enfin pas dans leur façon de prendre des otages mais sur leur raison de le faire. Ils se sont totalement monté la tête sur un sujet et s’imaginent qu’il y a une soit disant arme présente sur la planète. Je n’ai absolument pas trouvé ça crédible. En plus on nous introduit un personnage au début de l’histoire de façon un peu trop évidente sur son lien futur, du coup j’ai trouvé que ça gâchait un peu la surprise sur qui sont les méchants, c’était bien trop évident quoi, pas de surprise.

Du coup au final je suis mitigée, j’ai trouvé le thème et la découverte finale très intéressante et le tout plein d’enseignement sur la guerre et la paix mais le début était bien trop long à se mettre en place, pas très crédible sur les motivations et trop évident sur les coupables.

15.5/20
Nightrunner, book 5 : The White Road
de Lynn Flewelling
Année de sortie : 2010
Éditeur : Ballantine Books
Nombre de pages : 385
Genre : Fantasy

Un tome vraiment très sympa qui fait une bonne suite au précédent de cette duologie qui forme la 3ième histoire de la série.
J’ai été obligé de passer à la VO car la traduction française c’est arrêté au tome précédent, malheureusement.

Alec et Seregil sont de retours pour la suite de leurs aventures. Dans celle ci on aura enfin des réponses sur les nombreuses interrogations qui étaient présentes dans le tome précédent. Alex est toujours en train de se remettre des expérimentations qui ont été faite sur lui, et malgré le fait qu’ils se soient échappé ils ne sont pas encore sortis d’affaire.

Sebrahn fait peur partout ou ils vont et ils ne sont donc pas libre de revenir à Skala malgré leurs désirs. Ils se rendent compte que de nombreux alchimistes et nécromanciens pourraient tout à fait reprendre les expériences qu’ils ont subits car ils ont laissé sur place tout le matériel utilisé ainsi que les livres qui expliquait tout. Ils décident donc de retourner incognito sur le lieu de leur malheur pour tout détruire et empêcher la création d’un autre Rhekaro.
Mais ce qu’ils ignorent c’est que les Hâzadrielfaie ont remarqué la création de l’enfant, et qu’ils se sont lancé sur ses traces dans le but de s’en emparer ou de le détruire,  ainsi qu’Alec avec. Et ils ne sont pas les seuls, car d’autres personnes sont également sur les trace du manuscrit ou de l’enfant …

Comme toujours lire un tome de cette série est pour moi à la voir reposant et rafraichissant. Non pas que l’intrigue n’ai pas de suspense, mais j’ai vraiment l’impression d’être totalement plongée dans un autre monde et ce sentiment de merveilleux qui en découle à chaque fois.

 J’ai adoré retrouver Micum déjà même si je ne l’ai pas cité dans le résumé il accompagne nos héros dans ce voyage vers l’horreur. Limite ça donnait un sentiment de nostalgie, un retours aux premiers tomes de la série.
Les personnages sont tous excellent comme d’habitude aussi, on en découvre de nouveaux ici et c’est toujours pour me plaire.

J’ai vraiment aimé l’intrigue aussi, ici on a trois intrigues en fait qui s’entremêlent ce qui fait qu’on n’a pas le temps de s’ennuyer, ça c’est sur. Et aussi bien sur le fait qu’on en apprenne plus sur les Hâzadrielfaie et le passé d’Alec, ainsi que sur la nature de Sebrahn. En fait c’est vraiment le background qui se solidifie dans ce tome, on commence à vraiment bien comprendre les liens entre les différents peuples et les raisons de certains faits du passé.

Le seul point un peu moins positif que j’ai remarqué c’est au niveau du rythme. Le début est quand même assez lent. Bon c’est une habitude dans la série du coup on ne le remarque plus autant que dans certains tomes précédents mais c’est toujours la. La seconde moitié règle définitivement ce problème, étant vraiment pleine d’événements et d’action.

16.5/20

Challenge :

6 commentaires sur “Avis en Vrac #48 : Anne McCaffrey, Lilith Saintcrow, Tanya Huff et Lynn Flewelling

Ajouter un commentaire

  1. Je pense également que Pern fait parti de ces séries (comme le Ténébreuse de Bradley) qu'il faut lire dans l'ordre de publication, et pas dans l'ordre chronologique de l'univers.Du coup, vive les anciens pocket, vu que les dernières intégrales ont tout recompilé… dans l'ordre chronologique :/

    J’aime

  2. Oui, je passe mon temps à renvoyer les gens à l'article de Vert sur l'ordre de lecture de la série en leur disant de ne surtout pas les lire dans l'ordre des intégrales, pff, gros fail !Encore Ténébreuse c'est un peu mieux (même si il manque quand même pas mal de textes dans les intégrales) mais oui l'ordre de publication est vraiment le meilleur !J'ai la chance de tous les avoir en ancien pocket de toute façon 😛

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :