Codex Aléra, tome 2 : Les Furies de l’Academ de Jim Butcher

Année de sortie : 2010
Titre original : Academ’s Fury
Éditeur : Bragelonne
Nombre de pages : 568
Genre : Fantasy
Mon avis :

J’ai vraiment été très agréablement surprise de la fluidité du texte et de la vitesse à laquelle j’ai lu ce livre. J’ai vraiment passé un bon moment. Même si il y a pas mal de thèmes très classiques, il y a quand même certains assez originaux au milieu.

Tavi est maintenant élève à l’académie du Capitol. En plus de ses études classiques il est aussi le page du Premier Duc et il suis l’entrainement pour devenir curseur, qui sont les agents du premier duc dans le royaume.

Pour reposer les bases de l’univers : Tavi est un des rares humains qui naissent sans pouvoir jamais communiquer et capturer les Furies, qui sont des esprits élémentaires qui servent pour tout dans le vie du monde. Il est donc totalement exclu dans la société. Mais ce fait le rend utile au premier duc car il développe d’autres talents que personne n’attends de lui comme l’ingéniosité, le vrai talent à se battre sans se reposer sur ses furies …

La tante de Tavi a été nommée Exploitante suite aux événements du premier tome et ce fait gêne une partie de la scène politique du Capitol car jamais femme n’a reçu un tel honneur avant. 

Du coté politique c’est aussi assez complexe car tout le monde sait que le Premier Duc vieillit et qu’il perd de sa puissance au fur et à mesure. Les complots et les machinations pour mettre une personne plus jeune à son poste sont nombreuses. D’ailleurs une partie de ce qui c’est passé dans le premier tome en était la case et on en voit ici les conséquences directes.

Le pays est très instable car il est assaillit de toute parts et le Premier Duc a peur qu’une guerre civile en plus d’une invasion se déclenche à sa mort. D’énormes tempêtes pas du tout naturelles ravagent les cotes et le Premier Duc s’épuise à les arrêter une après l’autre à l’aide de ses furies. Les adversaires de toujours, les Canims et les hommes de glace se pressent aux frontières et en plus de ça intérieurement le Consorsium des Esclavagistes est aussi limite en révolte.

Le mode de fonctionnement du monde est basé sur le coté Rome antique, on a des noms à consonance latine (Gaius, Maximus …), des légions, une assemblée, un Capitol …
Le système des furies reste encore plus ou moins un mystère dans ce tome même si on voit bien plus d’utilisations variées grâce aux personnages secondaire.
Il reste un mystère surtout parce que le héros principal ne peux pas en avoir du coup on n’a pas tout ce coté apprentissage et explication des phénomènes qui permettent leur utilisation.

Je dois avouer que quand j’ai repris ce tome je n’avais que de très vagues souvenirs du premier, et même si maintenant je m’en souviens bien mieux, il y a encore pas mal de points qui restent très vague dans mon esprit. On retrouve néanmoins un grand nombre de personnages qu’on avait déjà aperçu avant. Notamment Kitaï qui revient en force et dont on découvre le secret. Mais tous les autres sont vraiment très sympathique à suite et à découvrir. Ils m’ont fait passer un excellent moment.

Le coté original du tome vient d’un point que je ne peux même pas vraiment vous expliquer vu qu’il se dévoile au delà de la première moitié du livre. Mais j’avoue que c’était bien trouvé, original pour de la fantasy et assez effrayant comme ennemi ! 

Ce qui m’a le plus marqué dans ce tome était le rythme de ce livre. On n’est pas vraiment dans de l’action mais pourtant il se passe un millier de choses en même temps. Pas de temps mort, pas de lenteurs. Le style est vraiment très fluide et du coup le livre se lit à toute vitesse malgré son nombre de pages important.

Au final je dirais que ce livre a été une excellente lecture. Je ne regrette pas du tout d’avoir repris cette série, qui malgré son coté très classique arrive quand même a avoir quelques originalités. Je lirais la suite très rapidement et je suis ravie que Bragelonne ai continué la traduction.

17/20

6 commentaires sur “Codex Aléra, tome 2 : Les Furies de l’Academ de Jim Butcher

Ajouter un commentaire

  1. En dehors de la fin de cette série et de ses nouvelles éparpillées un peu aprtout, j'avoue que j'ai tout lu quasiment de lui et que j'apprécie en général beaucoup ce qu'il fait =)Dresden par exemple est vraiment une série que j'adore ^^ (même si elle est aussi hyper classique dans son genre – ce qui est logique vu qu'elle est un classique du genre)

    J’aime

  2. J'ai juste survolé ta chronique car je n'ai toujours pas lu le premier tome, mais c'est une série qui me fait bien envie, surtout que je n'ai pas lu de fantasy pure et dure depuis quelques semaines !

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :