Local Custom de Sharon Lee et Steve Miller

Année de sortie : 2002
Éditeur : Ace books
Nombre de pages : 320
Genre : Science-Fiction, Romance
Mon avis :

Ce tome nous introduit de nouveaux personnages, les parents d’un de ceux que nous suivions dans les précédents. J’ai trouvé qu’il faisait une bonne introduction au monde en nous montrant vraiment les coutumes de Liad en opposition à celle des humains (qui sont plus proches des nôtres actuelles). Après, comme tout tome d’introduction d’un couple nous parlant de leur rencontre, c’est aussi une romance, que j’ai trouvé un peu trop présente, mais c’était tout de même une bonne lecture.

Dans ce préquel nous rencontrons Anne, une humaine qui travaille comme linguiste dans une université. Son sujet d’étude est les origines des trois langues principales parlées dans le monde à savoir le Liaden, l’humain et celui des Yxtrang et le lien qu’ils peuvent avoir. 
Celle ci souhaite avoir un enfant et a commencé les démarches pour se faire féconder in-vitro. Mais un soir lors d’une fête elle rencontre par hasard Er Thom un jeune marchand Liaden. Les deux s’entendent bien et finissent la soirée ensemble. Ils se séparent mais Anne s’aperçoit peu après qu’elle est enceinte et décide de garder cet enfant. Après tout pourquoi pas, elle n’avais pas de choix particulier de père donc celui ci est aussi bien qu’un autre, et comme de coutume dans son monde d’origine elle donne à son enfant le nom de famille de son père.

Trois années passent et nous retrouvons Er Thom qui se retrouve à un tournant de sa vie. En effet tout Liad doit donner un héritier à son clan et ce le plus tôt possible car l’espace est un lieu très dangereux donc il vaut mieux donc faire cela avant de partir l’explorer. Mais Er Thom c’est dérobé à ce devoir depuis trop longtemps et il va devoir vraiment s’y mettre même si il n’est absolument pas enthousiaste sur la question.
Pour lui qui a voyagé de partout, une épouse Liad, même temporaire (parce que les mariages ne durent que 18 mois quand leur but est de produire un enfant), semble totalement terne. En effet depuis 3 ans il n’arrive pas à se retirer l’humaine (Anne) qu’il avait rencontré par hasard de la tête et aucune autre femme n’a d’effet à ses yeux depuis.

Il décide donc de retourner sur la planète en question pour essayer de retrouver Anne en espérant que la revoir ou lui parler fasse évoluer la situation. Mais quelle n’est pas sa surprise quand il la retrouve de découvrir son enfant qui en plus porte le nom de son clan !
En effet, si il est évidemment surpris par l’enfant qui est très intelligent et avancé pour son age, et de se découvrir toujours aussi intéressé par la mère, ce qui le surprend le plus c’est que sur Liad les noms sont très importants et on ne donnerais jamais le nom principal du clan à un enfant que celui ci ne connait pas. C’est un choc pour lui car c’est une situation qui devrait normalement être totalement impossible.

Pour rectifier le coup il arrive à convaincre Anne que l’enfant à besoin du clan dont il porte le nom et donc qu’elle va devoir voyager avec lui sur Liad pour le présenter officiellement à sa famille.
Commence le début d’une histoire qui sera marqué par les différences incompréhensibles entre les deux peuples et la façon dont nos personnages vont arriver à les surmonter pour pouvoir rester ensemble …

Je pense que si quelqu’un me posait la question, je lui dirais de commencer la série par ce tome même si c’est le 5ième par ordre d’édition. En effet ce tome ci est vraiment très intéressant pour découvrir les coutumes et les façons d’être Liaden (vu que vous l’aurez compris c’est totalement le point central de l’intrigue). Le fait que ça soit une romance n’est pas non plus un défaut en soi, la saga Vorkosigan commençait aussi par une romance (et aussi par la rencontre des parents) et ça n’a jamais gêné personne.

Vous l’aurez compris, ce tome ci explore bien plus en détail la culture Liadan que les précédents.

Ceux ci sont un peuple un peu comme les Japonnais d’avant il y a une 50ène d’années. Ils sont très porté sur l’honneur (appelé melant’i et pour lequel ils sont capable de tuer ou de se suicider) et rassemblés en Clans. La hiérarchie y est limite féodale et est extrêmement importante. En plus ils sont physiquement différents des humains (ils sont plus petits et ont la peau qui a des tons dorés) ce qui fait qu’ils discriminent directement les non Liaden comme n’étant pas aussi raffinés qu’eux.

Étant donné que Anne est linguiste on parle beaucoup de leur langage dans ce tome. Ils ont en fait 3 langages différents pour s’exprimer suivant la situation. Le low Liaden qui ne sert que dans une situation familiale entre personnes qui se connaissent, notamment avec les enfants, le Trade qui est le langage du commerce (vu qu’ils sont avant tout un grand peuple marchand) et finalement le High Liaden qui est utilisé dans tout le reste et qui est la langage officiel.

En plus de cela ces trois langages possèdent ce qu’on pourrait appeler des modes. Suivant le type de conversation : deux personnes amies, une personne qui souhaite se faire un ami, un invité face à un officiel, une personne inférieur qui parle à un supérieur, etc … le langage change. Il y en a plus d’une 30ènes de modes différents pour le High Liaden par exemple et se tromper de mode peut résulter en un crime aussi important que si on avait insulté ouvertement la personne en face. D’une phrase sur l’autre dans la même conversation on peut changer de mode et faire ainsi évoluer la conversation dans un tout autre sens.

Ils ont également des gestes et des postures non verbales qui sont inclus aux conversations ainsi que des salutations (de type courbette), qui peuvent avoir des dizaines de significations différentes et qui sont finalement aussi importants que tout le reste.
Bref tout ça est très complexe mais en même temps totalement fascinant. J’avoue que dans les premiers tomes de la série j’avais un peu de mal à cerner les Liaden. Mais ce tome ci est vraiment une plongée dans ce peuple et nous permet vraiment de comprendre leur façon d’être.

Au niveau des personnages, j’avoue que je n’ai pas été vraiment super impressionnée par le couple qu’on suis. Ça ne m’a pas empêché de les apprécier bien sur, mais je préfère largement la génération suivante pour l’instant au niveau émotionnel.

Er Thom est quelqu’un qui présente un visage assez effacé mais qui se révèle en fait être très émotif à l’intérieur. D’ailleurs c’est lui dés le début qui avoue son amour à Anne et fait tout pour qu’ils se rapprochent malgré leurs différences, alors que celle ci pense à peine le connaitre.
Anne de son coté m’a semblé un peu naïve. Elle maitrise le langage Liaden, qui pourtant est réputé être impossible pour une personne qui ne serait pas née dans la culture, et pourtant elle enchaîne les bourdes comme si finalement elle ne connaissait rien du tout à leurs mœurs. Ce qui est contradictoire d’un coté même si je veux bien comprendre qu’elle c’est uniquement concentré sur le langage, qui était déjà une épreuve suffisamment complexe pour ne pas s’être renseigné sur tout le reste.

Mais il y a un personnage qui m’a vraiment marqué dans cette histoire et que j’espère de tout cœur retrouver plus tard (et maintenant je sais que ça sera le cas donc je suis joie), il s’agit du cousin d’Er Thom : Daav. C’est un personnage vraiment très complexe et mystérieux qui jongle entre ses différentes responsabilités avec brio. Il m’a vraiment impressionné et le peu ou on l’a suivi dans ce tome me donne vraiment envie d’en savoir plus sur lui.

En tout cas la situation du Clan Korval à cette génération la semble finalement aussi complexe qu’elle ne l’est pour la génération suivante qu’on avait suivi jusqu’ici et je pense que les auteurs ont vraiment fait le bon choix de nous présenter le passé de ces personnages la avant de nous en reparler dans le futur (comme c’était le cas à la fin de Plan B).

Au final je dirais que cette lecture a été passionnante par les informations qu’elle nous distille sur cette génération de personnages et tous les impacts que cela peut avoir sur l’histoire principale des tomes précédents. Elle a aussi été vraiment très intéressante par les détails qu’elle nous apporte sur la langue et les coutumes Liaden. Même si globalement l’histoire était pour moi plus une excuse pour nous faire explorer le monde et nous expliquer la situation des parents des héros, et qu’elle était un peu trop portée sur la romance à mon gout, j’ai quand même passé un excellent moment.

16/20
Mon avis sur les tomes précédents (ordre de publication) : tome 1 : Agent of Change, tome 2 : Conflict of Honors, tome 3 :  Carpe Diem, tome 4 : Plan B,  

2 commentaires sur “Local Custom de Sharon Lee et Steve Miller

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :