Minuit, impasse du Cadran de Claude Izner

Année de sortie : 2012
Éditeur : 10|18
Nombre de pages : 385
Genre : Policier Historique
Mon avis :

Ce livre était bien écrit et agréable à lire même si il se situe clairement en dehors de ma zone de confort et que j’ai fait l’erreur de le lire sans avoir lu les précédents de la série avant.

Ce tome est le onzième et avant dernier tome de la série policière historique qui suis les enquêtes de Victor Legris. Et si prendre la série dans le désordre est tout à fait possible, après la lecture de ce tome je ne le recommande pas du tout. En effet il y a eu pas mal de passages au milieu du livre que je n’ai pas vraiment compris dans leur contexte car ils parlaient de la situation du personnage principal et de sa famille et n’étaient clairement pas destinés à quelqu’un qui ne connaissait pas la situation générale.

Je trouve que l’intérêt premier de ce livre est vraiment cette plongée en cette fin de 19ième siècle dans le Paris populaire à l’époque ou tout commence à vraiment changer. J’ai trouvé le livre vraiment très documenté et l’époque bien transcrite. Le parlé des personnages faisait vraiment réel et vivant.
On y parle de l’affaire Dreyfus, bien commentée, des grévistes, des premières normes de sécurité, on consultes activement les journaux et la presse à beaucoup de pouvoir. On discute le soir dans les bar de la difficulté des gens à s’adapter à tout ces changements récents dans leur vie.

Mais paradoxalement c’est aussi la partie que j’ai le moins aimé. Alors c’est personnel, c’est juste parce que c’est une période historique que je n’apprécie pas plus que ça. On retrouve une ville noire et polluée au charbon, la vie des hommes dans les usines est très peu respectée et souvent en danger. Du coup l’ambiance est très loin d’être rose, allant plus sur un coté déprimant et j’ai toujours eu du mal à vraiment m’enthousiasmer dessus.

Nous suivons Victor Legris qui aide un commissaire de police à résoudre un crime dans lequel celui ci ne peux pas s’impliquer car c’est son demi frère qui est mort et qu’ils n’avaient pas une bonne relation. Victor est libraire, donc pas du tout enquêteur et donc il va devoir trouver des moyens détournés pour faire parler les gens sur ce qu’il c’est passé et faire particulièrement attention aux « on dit ».

Pour ce qui est de l’intrigue, en dehors des passages parlant du personnage principal dans sa vie de tous les jours (que je n’ai pas totalement intégré, j’avoue), je l’ai trouvé assez sympa. Bien que le personnage principal soit clairement un détective amateur, on voit qu’on est aussi sur une période riche en changements.
On commence tout juste s’intéresser à la place de la science dans les enquêtes mais on reste toujours dans un procédé à l’ancienne. En gros cela consiste à interroger tout le monde et à aller de lien en lien même si ils n’ont apparemment que très peu de points communs. 

J’avoue que ça m’a fait un peu rigoler quand il lui a fallu attendre la moitié du livre pour s’interroger sur les possibles alibis des suspects mais sinon avec ses petits moyens (le bon vouloir des témoins) j’avoue qu’il n’a pas fait du si mauvais travail. Surtout que finalement l’indice principal le plus flagrant il ne le trouve qu’après avoir déjà découvert qui était le coupable d’une autre manière. Du coup chapeau !

Par contre j’ai trouvé quand même bizarre qu’on arrive à faire une enquête entière sans rencontrer une seule fois la vrai police (en dehors du commissaire du début). Victor passe toujours après apparemment même si ça semble un peu lâche comme excuse vu que les crimes s’enchainent et qu’il va toujours sur place dés qu’il en entend parler. Du coup c’est vraiment le seul point plus mitigé de l’ensemble pour moi, il aurait du les croiser au moins une fois, ou parler de l’agent qui devrait être la pour surveiller les scènes de crime.
J’ai mis du temps à terminer ce livre, mais pas par déplaisir, juste parce que je ne suis pas habituée. Même si il y avait des passages qui m’ont perdus mais qui étaient clairement du au fait que j’ai commencé par un tome avancé de la série, j’ai trouvé qu’au final c’était une lecture sympa même si je ne lirais pas ce genre tous les jours. Le style rend les personnages très vivant et très marqués dans leur époque et l’enquête était intéressante. Si vous aimez la période transitoire entre le 19ième et le 20ième siècle et les romans policiers à l’ancienne, n’hésitez pas à donner sa chance à la série (mais en commençant par le premier, si possible).

15/20

2 commentaires sur “Minuit, impasse du Cadran de Claude Izner

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :