Evagardian, book 3: The Glory of the Empress de Sean Danker

Année de sortie : 2018
Éditeur : Ace Books
Nombre de pages : 348
Genre : Science-fiction
Mon avis :

Un bon troisième tome, peut être pas du niveau de mon coup de cœur pour le tout premier mais en tout cas largement meilleur que le second.

Si les deux premiers tomes de la série se suivaient, ici ce n’est pas le cas. On est toujours dans le même univers mais dans un tout autre endroit et avec de tout nouveaux personnages. Ce tome est un oneshot, il peut très bien se lire indépendamment des deux précédent et il se tient tout seul au niveau de l’intrigue.

Les militaires d’Evagardian ont développé une toute nouvelle arme : un vaisseau intelligent furtif. Entièrement automatisé par une AI, il ne nécessite pas d’équipage en dehors des pilotes des Jet modifiés qu’il transporte et du commandant de la mission.
Mais la personne en charge du projet, qui avait entrainé tout les pilotes et qui devait le commander lors qu’il sortirait des bans d’essai était un traitre et il avait l’intention de s’enfuir avec le vaisseau pour le remettre à leur ennemi. Heureusement il a été démasqué avant d’avoir réussi la fin de son plan et le vaisseau n’a pas bougé de chez Evagardian, mais malheureusement l’homme a réussi à s’enfuir.

Du coup le haut commandement décide que le vaisseau à plus de chance de s’en sortir en vol. Étant furtif et très difficile à retrouver il ne sera pas la cible qu’il est actuellement, amarré à la vue de tous dans la station ou il se sont déroulés les essais. Ils sélectionnent donc en grand secret une nouvelle génération de pilotes qui n’ont que deux semaines d’entrainement avant le lancement en grande pompe de celui ci.

Les voici donc tout seuls dans l’espace, en huis clos, à devoir se débrouiller à bord de ce tout nouveau vaisseau qu’ils ne maitrisent pas complétement, sans communication possible avec les leurs et avec toute l’armée mercenaire/pirate ennemie à leurs trousses car ils sont bien déterminés à retrouver le vaisseau ultra sophistiqué qu’on leur avait promis …

En fait ce que j’ai apprécié dans ce tome c’est le fait d’avoir cet équipage de pilotes inexpérimentés qui doit s’en sortir alors qu’il est dans une situation flou et qu’il n’a plus de liens possible avec son commandement. Tous les doutes sur les décisions à prendre, le fait de devoir réfléchir a des possibilités quand on n’a aucune donnée sur la situation globale rend la situation très tendue et très intéressante.

Surtout que l’équipage est composé de personnes qui ne se connaissent pas du tout avant de mettre les pieds dans le vaisseau et viennent de background extrêmement variés et qui ne se mêlent pas en temps normal, de la noble, ancienne général à la retraire au gratte papier de l’émigration qui se demande ce qu’il vient faire la. Un équipage disparate et inexpérimenté dans une mission difficile et unique, autant dire que le pari est risqué.

En fait tous ont été sélectionnés parce que les tout nouveau Jet affectés au vaisseau sont en fait des Jet avec connexion neurale, une autre toute nouvelle technologie qui permet aux pilotes de piloter les vaisseaux comme ci c’étaient leurs propres membres.
Et bien sur cette technologie ne marche pas avec tout le monde, et rares sont ceux qui ont des résultats suffisants pour être capable de les piloter de façon satisfaisante. En plus, même si cette connexion neurale fait que le pilotage devient intuitif, il est évident que deux semaines de préparation n’est pas suffisant pour en faire tous des pilotes chevronnés ce qui rend la mission encore plus hasardeuse, même si ils maitrisent les bases. Pour améliorer leurs chances ils ont installé des simulateurs dans le vaisseaux et les pilotes passent donc tout le temps du trajet vers leur destination à s’entrainer.

Du coup l’ensemble de la situation fait que la tension monte au fur et à mesure du livre et j’ai vraiment bien accroché sur ce point. Surtout que l’auteur n’hésite pas à tuer ses personnages et on est toujours la à se demander qui sera le prochain à y passer. Et c’est accentué par le fait que les personnages comprennent assez rapidement que leur mission est un suicide, et qu’il y a peu de chance que ce vaisseau rentre à la maison un jour, ce qui amplifie les conflits pré-existants.

Le personnage principal, celui que l’on suit dans ce vaisseau est un des coordinateur/analystes des Jets. Il est bien sur pilote lui aussi mais comme le vaisseau n’a que 4 jets et 12 pilotes, ce sont les plus qualifiés qui pilotent en priorité. En attendant c’est lui qui est chargé de vérifier l’état de son pilote, de faire les réglages et de vérifier que le Jet se comporte de façon normale.  

Je dois dire que j’ai bien apprécié ce personnage. A la base il devait être exclu de l’armée suite à un traumatisme (que l’ont n’explique pas vraiment) qui l’avait rendu suicidaire, mais comment il était un des rares à être qualifié comme pilote ils l’ont gardé.
Rassurez vous il n’est pas déprimé, au contraire, le fait d’être pris dans cette mission l’a rendu focalisé sur son objectif. Il est capable de tout pour réussir et n’a pas peur de risquer sa vie ou de prendre des décisions radicales et/ou illégales. En fait au début il a un espèce de détachement vis à vis de la situation et ça l’aide dans son travail et à analyser la situation. Ça lui permet de prendre du recul que n’ont pas forcement les autres qui sont émotionnellement plus impliqués que lui dans ce qui se passe.
Mais plus la mission avance plus il s’attache aux autres personnages car le vaisseau est petit donc tout le monde est confiné et il est impossible de s’éviter. J’ai bien aimé son évolution, on comprend que c’est un personnage un peu brisé mais qui arrive à faire sa place au fur et à mesure et qui reprend espoir en ses camarades et en l’humain en général au pire moment car la situation est de pire en pire.

Au final je dirais que j’ai bien apprécié cette lecture. J’ai vraiment pris plaisir à suivre cette situation et ses personnages mal préparés dans une mission à risque en huis clos avec une tension qui monte au fur et à mesure. Dans ce sens j’ai retrouvé les même sentiments que dans le tout premier tome de cette série et c’est un point très positif.

16.5/20

Mon avis sur le tome précédent de la série : Free Space.

Livre lu dans le cadre du challenge Summer Star Wars – Épisode VIII

 

Livre lu dans le cadre du challenge S4F3 Saison 4 :

https://albdoblog.com/2018/06/17/challenge-summer-short-stories-of-sfff-saison4/

2 commentaires sur “Evagardian, book 3: The Glory of the Empress de Sean Danker

Ajouter un commentaire

  1. Si jamais l'envie te viens de commencer cette série je te conseiller de zapper le second tome, il n'apporte pas grand chose et le premier se suffit à lui seul de toute façon. Ce troisième tome est aussi un one-shot dans l'univers donc peut être lu indépendamment.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :