The Murderbot Diaries, book 2 : Artificial Condition de Martha Wells

Année de sortie : 2018
Éditeur : Tor.com
Nombre de pages : 158
Genre : Science-fiction

Mon avis :

Cette suite à All System Red était vraiment totalement dans le même esprit, avec le même humour sarcastique mais plus d’action et une intrigue bien plus intéressante et centrale que dans le précédent.

Murderbot retourne sur les lieux de la catastrophe qui a tout débuté pour lui. Le lieu ou il a hacké son programme la première fois et celui ou il c’est donné ce surnom. Il essaye de savoir ce qu’il c’est vraiment passé à l’époque de l’évènement. Sur son chemin il va bien sur se mettre dans encore plus de problèmes que précédemment parce qu’il fait la rencontre d’une AI de vaisseau bien trop intelligente pour son propre bien (ART) et décide de se fondre dans la masse en faisant semblant d’être l’agent de sécurité d’un groupe de chercheurs en conflit avec leur ancien employeur …

Comme pour le précédent je désigne Murderbot par le pronom « il » mais en fait ça n’est pas représentatif du personnage qui ne se donne aucun genre en particulier.

En fait le but de Murderbot à se moment la est de déterminer si c’est la folie meurtrière qui c’est déclenché à se moment la qui l’a obligé à se hacker pour résister, ou si c’est l’inverse, le fait de s’être hacké qui l’a rendu fou et provoqué le désastre. Parce que si il a une vision très flou des événements eux mêmes vu qu’on a effacé sa mémoire, il sait qu’il en est le seul survivant.

Avant de pouvoir enfin commencer une vie normale ou essayer d’en avoir une, il doit savoir si il est dangereux sans même sans rendre compte ou pas.

Les évènements du tome précédent l’ont rendu un peu moins asocial, enfin surtout de donner l’impression qu’il l’est moins, d’autant plus qu’il passe pas mal de temps à essayer d’imiter les humains pour se cacher car il est en fuite, ce qui lui fait prendre conscience de tout un tas de détails les concernant. Bien sur il est toujours aussi sarcastique, il analyse tout et se sent toujours aussi déplacé au milieu d’une foule. Décidément, j’adore toujours autant ce personnage.

Au niveau de l’intrigue ce tome est à mon avis bien meilleur que le précédent, ce qui tombe bien vu que c’était le point faible de celui ci. En fait quand on y pense en comparaison de ce qu’il se passe ici, All System Red était vraiment l’introduction, l’élément déclencheur, et fait pâle figure en terme d’intrigue finalement une fois que les événements se mettent en place.

Le rythme est aussi mieux maîtrisé, on n’a moins de moments (trop) calmes, les événements importants s’enchaînent de façon très rythmée tout du long de la novella.

L’amitié avec ART est aussi très touchante, l’AI devenant vraiment un personnage à part entière avec une vrai personnalité et tout aussi inconfortable en position sociale que Murderbot. Il a aussi un esprit bien plus analytique et logique que lui et va l’aider dans sa mission autant qu’il le peut en lui donnant parfois des conseils (bien marrants d’ailleurs).

En fait si je lui met la même note que le premier alors que je viens de dire que pour moi c’était même mieux c’est juste parce que le premier bénéficiait de l’effet de surprise qui m’a fait me dire « waou » et qui a bien entendu disparu ici vu que c’est vraiment le même schéma.

En fait on reprend vraiment les éléments qui faisaient la réussite du premier, avec son personnage touchant et asocial qui se pose des tonnes de questions sur les humains et son propre passé. Le tout dans une intrigue plus rythmée et plus importante pour la suite que celle du premier tome. Pour moi c’est vraiment une réussite, j’adore toujours autant cette série.

17/20

Mon avis sur les autres tomes de la série

Livre lu dans le cadre du challenge S4F3 Saison 4 :

https://albdoblog.com/2018/06/17/challenge-summer-short-stories-of-sfff-saison4/
Livre lu dans le cadre du challenge Summer Star Wars – Épisode VIII

7 commentaires sur “The Murderbot Diaries, book 2 : Artificial Condition de Martha Wells

Ajouter un commentaire

  1. Honnêtement je n'en sais rien, il y n'y a de base que très peu d'éditeurs qui éditent des novella, et encore moins qui éditent des séries de novella. On croise les doigts parce que le premier tome a eu le prix Nebula du roman court l'an passé, mais il n'y a peu d'espoir à mon avis.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :