Concevoir un site comme celui-ci avec WordPress.com
Commencer

Avis en Vrac #54 : David B. Coe, Lilian Peschet, Charly Reinhardt et Gail Carriger

Salut à tous !

Je reprend une ancienne habitude que j’avais mise de coté pour vous faire une série de chroniques plus courtes que la normale dans un seul billet !

La couronne des sept royaumes, tome 01 : Le complot des magiciens
de David B. Coe
Année de sortie : 2005
Éditeur : J’ai Lu
Nombre de pages : 347
Genre : Fantasy
Il y a des siècles les Qirsis ont tenté d’envahir les terres humaines. Ils ont échoué parce que malgré leur magie très puissante ils étaient bien moins nombreux que les humains et en plus parce qu’ils ont été trahis par un des leurs qui a prit le parti des hommes. Des siècles après, au présent, les Qirsis se divisent encore en deux camps : ceux qui aident les humains en leur apportant soutien et conseil, faisant parti de la cours des différents royaumes, et ceux qui au contraire se cachent et pensent que les premiers sont des traitres et n’ont pas l’intention de baisser les bras par rapport à leur objectif final en provoquant des accident et des changements dans la politique humaine.

Dans ce tome ci, qui est vraiment l’introduction de ce monde, nous suivons Tavis. Sur de lui et un peu trop bagarreur, le jeune homme est l’héritier d’un duché. Il n’hésite pas à imposer sa volonté quand il en a envie, au grand dam de son père qui aimerais bien avoir un héritier moins impulsif et plus raisonnable. Mais lors de la Révélation, un moment de la vie de chaque enfant ou un mage Qirsi leur dévoile leur avenir, il tombe totalement des nues car ce qu’il voit n’est pas son futur lointain mais celui des jours à venir et il est très loin d’être positif.
Tavis se retrouve en fait pris dans le complot des magiciens et son futur est grandement menacé.

Un tome pas simple à résumer parce que mine de rien il se passe pas mal de choses dans ce tome et que l’intrigue met du temps à se dévoiler. C’est vraiment un tome d’introduction et pourtant les choses bougent vraiment ce qui en fait un très bon début de série à mon avis.

On sent que l’intrigue a bien été réfléchie, elle est complexe et il nous en reste pas mal à découvrir. On commence tout juste à entrevoir les trames et les différents liens entre les personnages et l’intrigue. Ce premier tome a vraiment su me convaincre même si on sent vraiment qu’on n’a découvert que la surface de l’intrigue et que tout va bientôt devenir bien plus compliqué.

J’ai conscience qu’il s’agit en fait de la moitié du tome original, vu que l’édition française à préféré les diviser en deux. Du coup je vais lire le second tome (enfin la seconde moitié) très prochainement et j’espère bien avoir une vision de l’intrigue un peu plus complète à se moment la !

La Brigade des Loups, épisode 1
de Lilian Peschet
Année de sortie : 2013
Éditeur : Voy'[el] (e-courts)
Nombre de pages : 44
Genre : Fantastique – Urban fantasy
Quand j’ai sorti cet épisode de ma bibliothèque numérique j’avoue que je n’avais pas du tout imaginé qu’il soit si court. Mais malgré le faible nombre de pages il a su m’intriguer. En plus cet épisode se tiens tout seul, il n’y a pas besoin de lire la suite pour avoir une fin très concluante.

Une histoire très sombre de loups-garous mais plus version horreur / policier noir que l’habituel bit-lit plus récent. On suis une équipe de loups garous appelés sur une scène de crime (je ne peux pas vous en dire plus vu le faible nombre de pages).

La narration est très décousue, volontairement, car nous suivons à tour de rôle tout les membres de la brigade qui est en fait la meute entière. Cela nous permet par la même occasion de bien poser le background car on voit différents cas de contamination et la façon dont cela affecte la personne en question. Chacun des points de vue avait vraiment un ton différent, une mentalité différent et j’ai bien apprécié.

Franchement j’ai bien aimé ce texte, c’était prenant et vraiment intéressant pour un texte de cette taille. Évidemment on ne peux pas retrouver la dedans tout ce qu’on aurait trouvé dans un texte plus long, mais je trouve que ce condensé d’univers est bien fait et donne vraiment envie d’en savoir plus.

L’appel du renard, tome 1 : Traqué
de Charly Reinhardt
Année de sortie : 2018
Éditeur : Milady (Emma)
Nombre de pages : 385
Genre : Urban fantasy – Romance M/M
En voyant ce premier tome publié dans la collection Emma de Bragelonne j’avoue que j’ai eu d’abord un peu peur, que ça soit vraiment trop plein de scènes érotiques et donc pas du tout ce que j’apprécie dans le genre.
Mais finalement non, ça n’a rien à voir avec ce que j’imaginais et j’ai vraiment bien apprécié cette histoire !
L’ex-lieutenant Sander Jolan est revenu dans le pays de son enfance après des années dans l’armée. Il a suivi l’exemple son père et est finalement devenu le shérif de la petite ville tranquille au milieu d’une grande foret dans laquelle les seules infractions sont des excès de vitesse et des personnes qui ont un peu trop bu.
Jusqu’au jour où un corps affreusement mutilé est découvert dans les sous bois. Tous les indices pointent vers un animal enragé, ce que ne va pas contredire le ranger Will MacBoyd qui est chargé de l’aider dans son enquête.
Ce que ne sait pas Sander c’est que Will n’est pas du tout un ranger, mais en fait un métamorphe renard donc la meute vit cachée dans le coin et qui prennent avec beaucoup de sérieux ce meurtre car il leur fait vraiment penser à un des leurs qui serait devenu fou. Ils leur faut à tout prix éloigner les humains de la zone et les empêcher de faire des découvertes sur des choses qui devraient rester cachées …
Déjà premier point vraiment positif : l’intrigue principale est bien plus développée que la romance. Second point positif : le rythme est vraiment bien fait et on a vraiment pas le temps de s’ennuyer sans pour autant tourner au roman d’action (loin de la). Je suis ressortie enchantée de cette lecture qui est totalement dans ce que j’apprécie en urban fantasy en général (bien qu’on puisse râler et dire que vu que Sander ne connait pas le surnaturel pendant la grosse majorité du roman on est plus sur du fantastique, mais en fait on ne suis pas que lui, et Will et d’autres personnes eux n’ont pas ce problème)

Le suspense est bien mené et jusqu’au bout je n’avais aucune idée du coupable. J’ai aussi bien apprécié toute la palette de personnages qu’on rencontre tout au long du roman. Et pas que les deux principaux, même les secondaires me donnent vraiment envie d’en savoir plus dans les tomes suivants.
Au final j’ai été vraiment surprise et ce livre a été une excellente découverte que je n’attendais pas, ce qui ne peux être que positif.

How To Marry A Werewolf
de Gail Carriger
Année de sortie : 2018
Éditeur : Autoédité
Nombre de pages : 185
Genre : Steampunk – Romance
Cette novella est dans le même univers que le Protectorat de l’Ombrelle (Alexia Tarabotti) et se déroule en parallèle du Protocole de la crème anglaise, sa suite. 
Nous suivons Faith, une jeune américaine qui n’a jamais été assez bien pour sa famille. Jusqu’au jour ou elle est déshonorée. Sa famille décidé de se débarrasser d’elle en l’envoyant à Londres en espérant que la rumeur ne c’est pas répandue et en lui donnant l’ordre de trouver un loup garou à épouser, car ceux ci sont connus pour apprécier les femmes mures et les veuves.
Arrivé sur place Faith profite de son début de liberté mais elle a la malchance (ou la chance?) de passer son temps à croiser le Major Channing qui cherche à retrouver un chargement de balles très spéciales et très chères qui selon ses sources aurait voyagé dans le même dirigeable que la jeune femme …
Ce qui fait l’intérêt de cette novella se sont bien sur ses personnages. La pauvre Faith qui malgré ses bravades est en fait totalement perdue et triste intérieurement et le Major Channing qui ne voit pas d’un bon œil l’arrivée de cette jeune femme différente dans son entourage, surtout qu’elle attire bien trop son attention et qu’il a juré qu’il ne se remariait pas suite à la tragédie de son premier mariage.
Malgré tout le coté un peu triste de cette histoire vu la façon dont je l’ai raconté, l’humour prend vraiment le dessus et je dois dire que j’ai passé un excellent moment. Si peu de pages et pourtant si fun !

Finalement je crois que Gail Carriger marche mieux pour moi dans ce format novella. J’avais toujours fini par trouvé ce mélange un peu lourd dans ses romans sur le long terme alors que c’est la troisième novella d’elle que j’ai lu et toutes les trois étaient vraiment très réussites.

Le complot des magiciens et How To Marry A Werewolf ont été lus dans le cadre du challenge S4F3 Saison 4 : 

https://albdoblog.com/2018/06/17/challenge-summer-short-stories-of-sfff-saison4/

10 commentaires sur “Avis en Vrac #54 : David B. Coe, Lilian Peschet, Charly Reinhardt et Gail Carriger

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :