Avis en Vrac #59 : Oren Miller, Kevin Hearne, Charly Reinhardt et Grace Burrowes

Comme les précédents, cet avis en vrac regroupe des avis courts que j’ai d’abord publié sur ma page facebook avant de vous les regrouper ici quand il y en a suffisamment.

A présent, vous pouvez enterrer la mariée
de Oren Miller
Année de sortie : 2017
Éditeur : L’Homme Sans Nom
Nombre de pages : 382
Genre : Policier
Le tout début me plaisait un peu moins que le premier tome (J’agonise fort bien, merci), principalement parce qu’on voyait peu les deux protagonistes principaux. Il y avait une multiplication des points de vues qui partaient un peu dans tout les sens et j’ai eu un peu plus de mal à rentrer dans l’enquête.

En plus l’enquête tournait autours des gangs, des réseaux de prostitution et tout et je trouvais ça moins fun que quand on a une enquête dans un milieu fermé.

Mais une fois dépassé la première centaine de page et qu’on a trouvé un lien entre les 3 meurtres c’est devenu bien mieux. Limite meilleur en fait.

A ce moment la de l’intrigue Evariste et Isabeau redeviennent les uniques protagonistes et l’intrigue se rapproche de ce que je préfère.

J’adore la relation entre les deux hommes, ils sont à la fois maître et élève, et rivaux et amis. Ils se tendent des perches en permanence et ça rend le tout très savoureux.
On sent une petite jalousie d’Isabeau qu’Evariste ne prend absolument pas au sérieux et ça donne un ton léger très sympathique tout au long du livre.

Franchement je ne saurais pas dire si ce tome est mieux que le précédent. Dans un sens oui, parce qu’il c’est passé 2 ans entre les deux et que du coup Isabeau a bien évolué, il est plus sur de lui, il tien plus tête à Évariste et c’est encore plus sympa sur ce point la.

Je pense que si il n’y avait pas eu le début qui m’a moins plus, j’aurais surement trouvé ce tome meilleur que le premier. Au final j’aime autant l’un que l’autre et j’en redemande !

16.5/20

Oberon’s Meaty Mysteries, book 1: The Purloined Poodle
de Kevin Hearne
Année de sortie : 2016
Éditeur : Subterranean Press
Nombre de pages : 112
Genre : Urban fantasy, novella
Cette petite série de novellas se déroule dans l’univers de la série Iron Druid Chronicles qui c’est terminée l’an passé.
On suis comme personnage principal Oberon, le chien du héros.

Bien sur Oberon ne parle pas vu qu’il n’a pas de cordes vocales comme les nôtres mais il a un lien avec son maître le druide Atticus O’Sullivan et communique grâce à lui.

Il reste un chien, il a beau être très intelligent, il n’a pas du tout les même priorités que nous ce qui rend le récit très drôle par moments.
D’ailleurs dans la série principale Oberon était souvent utilisé comme ressort comique.

Dans cette premier histoire courte Oberon et Atticus partent à la recherche de chiens de concours qu’on aurait kidnappé.
L’enquête en elle même n’a rien de surnaturelle (contrairement à la série principale) mais ça n’en enlève pas du tout l’intérêt du texte. D’ailleurs nos deux héros vont avoir à faire à la police qui trouve bizarre son implication au bon endroit au bon moment à chaque fois, et ils vont devoir trouver des excuses à chaque fois.

J’ai bien aimé cette novella, je me suis bien amusé, c’était très distrayant.

Après ça reste totalement anecdotique par rapport à la série principale, c’est sur, mais si on veut passer juste un bon moment en retrouvant les personnages, c’est l’idéal !

16/20

L’appel du renard, tome 2 : Trahi
de Charly Reinhardt
Année de sortie : 2019
Éditeur : Milady
Nombre de pages : 462
Genre : Romance paranormale

J’ai moins apprécié ce tome que le précédent.

C’est « censé » être un tome sur un autre couple de personnages (couverture, résumé …) mais en fait on passe tout autant de temps sur les personnages du tome précédent. Et comme de leur coté l’histoire n’avance pas, on perd un peu de rythme.

En fait je crois que j’aurais préféré n’avoir que l’histoire du coté du nouveau personnage, quitte à louper certains passages et se les faire expliquer autrement.

Dans l’ensemble on ne peux pas dire que je n’ai pas aimé, mais c’est vrai que c’était vraiment différent du premier.
Déjà ici la romance est vraiment au centre de l’intrigue, on a juste le mystère du début qui se dévoile au premier tiers, se termine au second et ensuite c’est totalement centré sur la romance.

Du coup je comprend parfaitement que les gens qui l’ai lu en pensant retrouver le même type de livres que le premier ai pu être déçus. Dans le premier l’intrigue policière était le cœur du roman, la romance était limite accessoire, du coup ça fait vraiment le yoyo de l’un à l’autre.

Ceci dit les personnages restent attachants et j’ai failli verser ma petit larme à certains moments.

Sur la fin on a aussi les prémisses des événements du tome 3 qui commencent à arriver, on suis même les personnages concernés à certains moments.

15/20

Les Lords solitaires, tome 2 : Nicolas
de Grace Burrowes
Année de sortie : 2016 (2013 VO)
Éditeur : J’ai lu
Nombre de pages : 384
Genre : Romance historique
J’ai trouvé ce tome un peu bancal et frustrant.

Lady Leah est en mauvaise position. Son père veut absolument lui faire du mal car il sait qu’elle n’est pas sa fille mais une bâtarde de sa mère. Il a décidé de la vendre au plus offrant et celui ci est un vieux pervers qui la dégoûte.
De son coté Nick, vicomte de Reston, a besoin de se marier mais il ne veut pas d’enfant.

Les deux se rencontrent et Nick décide de tout faire pour faire sortir Leah de sa situation, sans se douter qu’elle allait aussi prendre son cœur.

C’est un roman ou toute l’intrigue découle d’un manque de communication.
Les gens assument des choses sans demander aux personnes concernées si c’est vrai et du coup ça entraîne catastrophe sur catastrophe.

Et c’est frustrant parce qu’il aurait suffit d’une seule conversation, en plus avec une personne de confiance (ce n’est pas comme si c’était difficile) pour tout résoudre et qu’il n’y ai quasiment pas d’intrigue.

Du coup c’était un peu trop artificiel à mon gout. J’ai du mal à imaginer qu’en 20 ans ce personnage n’ai jamais abordé ce sujet, qui est important en plus !

Bref, pas une grosse réussite, je suis déçue.

13/20

4 commentaires sur “Avis en Vrac #59 : Oren Miller, Kevin Hearne, Charly Reinhardt et Grace Burrowes

Ajouter un commentaire

  1. Oberon ❤ !A part ça, j'ai le premier Oren Miller qui attend dans ma bibliothèque. Comme j'ai adoré ce qu'elle a écrit sous le nom Lucie Castel, je suis bien décidée à tester ses polars.Et tu me refroidis un peu avec L'appel du renard, déjà que j'avais pas spécialement accroché au chaman quand il intervient dans le T1.

    J’aime

  2. Obéron ^^ On est d'accord :PIls sont très bien ces petits policiers de Oren Miller, j'ai hâte de lire le suivant en tout cas 🙂 Oui j'ai été déçue de ce tome ci de l'appel du renard, mais le suivant me tente pas mal tout de même.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :