Avis en Vrac #72 : Brandon Sanderson, Nalini Singh, Alex Hughes et Chloe Neill

Comme les précédents, cet avis en vrac regroupe des avis courts que j’ai d’abord publié sur ma page facebook avant de vous les regrouper ici quand il y en a suffisamment.
The Stormlight Archive (Les archives de Roshar), book 2.5: Edgedancer
de Brandon Sanderson
Année de sortie : 2016
Éditeur : Gollancz
Nombre de pages : 272
Genre : Fantasy, Novella
 (cette novella est sortie en VF sous le titre Dansecorde dans le recueil « Sixième du crépuscule et autres nouvelles« )

Voila une novella bien sympathique qui nous en raconte plus sur la vie d’un des personnages secondaires de la série.

Lift a 13 ans, mais pour toujours. Elle a choisi de ne plus grandir depuis quelques années car le monde des adultes l’ennuyait.
La vie bien rangée avec plein de privilèges au milieu d’une cour? Pas trop pour elle non plus. C’est pour quoi elle part de l’endroit ou elle était protégée et qu’elle décide de voyager.

Sa destination? Yeddaw, une ville un peu spéciale, creusée dans le sol. Ce qu’elle ne sait pas c’est que c’est justement dans cette ville que sévit actuellement son ennemi, celui dont le jeune empereur Aziz la protégeait, Darkness …

Je ne peux pas vraiment vous en dire plus car ça nécessiterait des explications trop complexe et spoilantes sur la série mais on fait quelques petites découvertes bien sympathiques dedans.

Cette série est tellement remplies de secrets que l’on découvre petit à petit que j’ai toujours l’impression qu’il me manque encore plein d’explications, même quand on est en plein dans les découvertes. En tout cas ça présume du bon pour la suite.

C’est vrai que Lift est très énervante comme personnage. Elle est totalement immature, même pour une fille de 13 ans élevée dans la rue, avec un vocabulaire bien à elle. Elle est aussi très rapide à juger les gens sur leur physique, et pas de façon très sympathique.

Heureusement elle grandit mentalement pas mal dans cette histoire, et elle se rend compte que son état d’éternel enfant ne pourra pas durer tout le temps, qu’il faut qu’elle ouvre ses yeux pour comprendre.

En plus son utilisation de la magie est totalement fascinante. En plus elle se la représente de façon très imagée ce qui ne nous laisse que notre imagination pour vraiment comprendre commence à fonctionne.

Je ne sais pas du tout si cette histoire est totalement indispensable pour la lecture du tome suivant mais en tout cas elle donne vraiment envie de s’y plonger rapidement.

16/20

 Psi-Changeling, tome 18 / Psy-Changeling Trinity, book 3: Wolf Rain
de Nalini Singh
Année de sortie : 2019
Éditeur : Berkley Books
Nombre de pages : 416
Genre : Romance paranormale

On retourne chez les SnowDancers après plusieurs tomes ou on s’en était bien éloigné.

Dans ce tome on suis Memory, une empathe d’un genre inconnu qui a le don de pouvoir faire ressentir les émotions aux psi-psychopathes. De ce fait elle est une espèce de drogue pour eux qui ne peuvent plus se passer d’émotions une fois qu’ils y ont goûte. L’un d’eux la capturé étant enfant et l’a maintenu en captivité depuis.

Lorsque le loup solitaire Alexeï se met brusquement à ressentir une vague de tristesse alors qu’il est seul dans une foret perdue, il fait tout pour en découvrir la source.
Il découvre Memory dans un bumker caché. Et, après l’en avoir sorti et l’avoir ramené à la civilisation, il est bien décidé à faire sortir de sa coquille cette E qui n’a plus que la peau sur les os et qui est pleine d’une saine rage à l’encontre de celui qui l’a emprisonné toutes ses années.

Dans le même temps, Kaleb et les autres psy du conseil luttent contre le psy-net qui est en train de se désagréger. Cette désagrégation entraîne aussi le réveil des pires psy qui soient : ceux qui avaient entraîne la mise en place de Silence à l’origine, les dangereux, fous, qui provoquaient des massacres, etc … qui existent encore et qui étaient protégés par Silence. Mais comme Silence à disparu leur pouvoir leur joue à nouveau des tours … En plus ils sont bien plus nombreux qu’avant, vu qu’avant Silence on en détectait une bonne partie à l’adolescence …

Dans l’ensemble c’était exactement la lecture que j’attendais et c’est tant mieux. Après tout c’est une série un peu « doudou » vu que c’est la seule romance paranormale que je continue.

Les personnages étaient très intéressant à suivre. J’ai apprécié tout le processus ou ils surmontent leurs peurs et traumatismes. Ce n’est pas quelque chose qu’on fait en quelques jours.

C’est vrai qu’on pourrait reprocher le fait que la fin de ce tome était un peu trop facile à deviner, vu que c’est un type de développement qu’on a déjà vu dans les tomes précédent, très classique dans la série.
Mais ce n’est pas bien grave, j’ai apprécié quand même.

Sur un série aussi longue il est normal de voir le schéma mais si je continue c’est que ça me convient toujours.
J’ai passé un bon moment.

16/20

Mindspace Investigations, book 3: Marked
de Alex Hughes
Année de sortie : 2014
Éditeur : Roc
Nombre de pages : 350
Genre : Urban fantasy, Cyberpunk
 Pour rappel il s’agit d’une série classée urban fantasy qui se passe dans un futur à l’ambiance très cyberpunk où il existe une guilde regroupant les gens qui possèdent des pouvoirs du genre télépathie ou télékinésie ou téléportation.

Le héross Adam, est un télépathe de haut niveau qui a été banni de la guilde après avoir tué et blessé des gens dans un accident du à la drogue dont il était dépendant. Depuis il est lutte pour ne pas retomber dedans.

L’ambiance est très roman noir ce qui renforce l’impression d’être dans du cyberpunk malgré le peu d’éléments strictement « cyber » présent (même si l’intrigue tourne toujours plus ou moins autours de la technologie « interdite »)

Dans ce tome le pauvre Adam se retrouve avec 2 affaires à résoudre en même temps et avec en plus un gros problème de loyauté qui empoisonne ses relations avec la police, le seul élément fixe de sa vie pour l’instant.

La première est un crime à l’arme blanche sur lequel Cherabino (un des inspecteurs qui fait le plus appel aux dons d’Adam) enquête, la second est l’apparent « suicide » de l’oncle de son ancienne fiancé, dans les locaux de la guilde elle même.
La guilde est en proie à ses plus grandes peurs, car on craint qu’une épidémie de folie (chose qui peut arriver chez les psy et qui a provoqué de nombreuses morts) se propage dans ses rangs les plus élevés, au sein même du conseil de la guilde.

Dans ce contexte très compliqué la guilde demande (ordonne, sous entendu) à Adam, qui est plus ou moins considéré comme un parti indépendant d’essayer de trouver qui a pu vouloir la mort de l’oncle. Mais le problème devient alors son propre statut.

Si il est un dépendant, il ne peux pas être affilié à la police humaine, car elle n’est pas indépendante concernant les psy. En effet la guilde a été bannie de technologie suite aux accords qui ont été signé après le dévoilement des psy aux yeux du monde dans le passé. C’est donc le boulot de la police de faire en sorte que la guilde respecte les règles.

Du coup si il accepte ce travail il ne pourra plus être consultant pour la police. Hors ce métier est ce qui lui a sauvé la vie lorsque la guilde l’a foutu dehors suite à ses problèmes d’addiction il y a une 10ène d’années.

Adam devra faire des choix. Des choix très difficiles.

Dans ce tome, vous l’aurez surement compris, Adam est en grande difficulté. Il court à droite et à gauche en essayant de faire de son mieux alors que les choses lui tombent dessus et qu’il se retrouve pris comme dans un étaux entre les deux puissances que sont la guilde et la police.

Un tome qui est une nouvelle fois très chargé émotionnellement parlant. C’est le genre de série ou le héros doit souffrir (ici plus mentalement que physiquement) avant de peut être atteindre ses objectifs.

J’ai bien aimé ce tome même si il était un peu plus chaotique que les précédents. Adam évolue pas mal d’ailleurs et c’est une bonne chose.
Du coup je dirais que je le met au même niveau que le précédent, le premier tome restant le meilleur pour l’instant.

16/20

Devil’s Isle, book 4: The Beyond
de Chloe Neill
Année de sortie : 2019
Éditeur : Berkley Books
Nombre de pages : 336
Genre : Urban fantasy
 Des faes se sont enfuis de la prison de Devil’s Isle. On apprend bien vite qu’un de ceux ci fait parti de la royauté et n’a pas l’intention de simplement disparaître : ils veulent se venger.
Depuis des attentats d’une extrême violence viennent détruire la Nouvelle Orleans petit à petit.
Lors qu’un ouragan artificiel menace à nouveau la ville, Claire, Liam et les autres vont avoir fort à faire pour arrêter le groupe de dissidents qui sont prêts à tout …

Dans cette série tout tourne autour du Veil (le voile). Au tout début de la série celui ci vient d’être temporairement refermé. Puis ensuite évidemment il est ré-ouvert et tout les ennuis commencent.
Sur ce point ce tome ci pourrait être le dernier de la série. Il se déroule en grande partie dans The Beyond, le monde des surnaturels qui se trouve de l’autre coté du voile. En fait une grosse partie de l’intrigue depuis le début semble avoir été enfin définitivement refermée, du coup je me demande si l’autrice continuera ou pas.

C’est donc un nouveau monde que nous découvrons, un monde avec ses contradiction et en totalement opposition avec la Terre.
J’ai trouvé ce monde très original dans son genre. En même temps il m’a fait un peu peur, parce qu’il s’agit d’une dictature bienveillante, et on ne sait pas vraiment comment réagir face à ce genre de choses. En surface tout à l’air parfait mais en fait pas du tout .

La loyauté est un thème important, et tout les personnages se posent cette question dans ce tome, car elle sera bien questionnée. Les nouvelles perspectives découlant de la découverte de the Beyond changent la donne. Difficile de parler de ce tome sans spoiler donc je me contenterais de dire que j’ai bien apprécié l’ensemble.

J’espère que ce tome est vraiment le dernier car il clôture de façon très satisfaisante la série. Nos personnages sont vraiment confronté à quelque chose qu’ils n’avaient pas anticipés et ça donne un tome très intéressant.

16/20

6 commentaires sur “Avis en Vrac #72 : Brandon Sanderson, Nalini Singh, Alex Hughes et Chloe Neill

Ajouter un commentaire

  1. C'est vrai que Lift est parfois agaçante, en cela elle m'a rappelé Dany de la série Fever de KMM mais j'ai beaucoup aimé aimé cette nouvelle sympathique et surtout certains aspects sont importants pour la suite.

    J’aime

  2. Tu confirme le fait que cette novella est importante?La ou j'en suis dans la première moitié ce n'est pas encore vraiment le cas.Enfin je verrais bien ^^ Dany m'avais bien plu de son coté, j'avais été hyper déçu de sa transformation ensuite 😦

    J’aime

  3. Je dirais que oui elle est importante, pas forcément pour Lift qu'on avait quitté à la cour de Gawx et qu'on retrouve à la même cour mais pour les deux autres personnages importants de la saga, Nale et Szeth. Ils ont un cheminement dans la novella, surtout \ »l'Obscur\ », qui risque de désarçonner les lecteurs de Oathbringer qui vont se demander comment Nale, qui était quand même un type qui ne croyait pas au retour des Néantifères et tuait les Radiants, a changé d'avis.

    J’aime

  4. A oui je vois ! C'est quand je lis ça que j'ai envie de relire la série depuis le début parce que j'ai vraiment du mal à retenir les noms des personnages (et pourtant j'ai lu la novella il y a un mois et déjà j'avais oublié qui était Nale et Szeth quand on sort les noms comme ça en dehors du contexte xD)

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :