Dark moon de David Gemmell

Milady, 480 pages, 1996 VO, 2014 cette édition, Fantasy

Les hommes ont éliminé la race paisible des Eldarin. De leur passage ne reste qu’une perle qu’ils convoitent tous car elle a grand pouvoir. Ce qu’ils ne savaient pas, c’est que cette perle était la porte de la prison des Daroth, cette race sans pitié qui menace maintenant de tout engloutir sur son passage…

Un des points fort de ce roman c’est déjà qu’il est assez original : mondes parallèles, races limite extraterrestres aux comportement uniques … Je n’ai pas eu l’impression d’avoir déjà lu ce type de récit ou rencontré ce genre de races, malgré le fait que le livre date des années 90 et que l’auteur est un classique.
Le récit m’a réservé des surprises aussi. Il n’est pas allé la ou j’imaginais qu’il irais et il y a pas mal de retournements de situation. Les thèmes abordés sont d’actualité avec l’égoïsme des humains qui saccagent leur monde sans se remettre en cause et vont causer sa perte.

Par contre, j’avoue que je suis resté sur la réserve au niveau des personnages. En dehors de Tarantio (que je n’ai pas pu m’empêcher d’appeler Tarantino durant tout le livre xD) les autres n’étaient pas assez développés à mon gout. Il faut dire qu’il y en a pas mal finalement pour un roman qui fait tout juste 330 pages en grand format.

Par exemple Duvodas, le barde. On le rencontre sur moins d’une dizaine de passages rapides, c’est finalement très peu pour un personnage si important qu’on suis sur des années et sur qui repose toute l’histoire. Tout les personnages auraient mérités plus car ils sont intéressants mais survolés.

Il y a aussi le problème des cliché sur les femmes, on est en plein dedans. Finalement il n’y a que deux types de personnages féminins dans le récit : la vierge et la putain. Aucun entre les deux ou avec plus de nuances que ça. Ça m’a un peu refroidit. Karis est l’exemple typique de la façon qu’avaient les auteurs à ces époques la pour créer un personnage de guerrière : c’est juste un changement de sexe. Elle aurait été un homme que ça n’aurais strictement rien changé au récit et à la façon dont on la traitait, d’ailleurs elle se comporte totalement comme un homme.

Ceci dit j’ai bien aimé l’ambiance. Pour tout dire elle m’a fait pensé à celle du troisième tome du seigneur des anneaux avec le coté « grande bataille pour la survie de l’humanité toute entière ». Je me suis bien attaché aux personnages qui avaient chacun leur personnalité propre et bien marquée.

Bref, dans l’ensemble ce n’est pas une totale réussite mais finalement c’est moins pire que ce que j’avais peur en commençant le lire, sachant que j’avais de mauvais souvenirs car j’avais déjà tenté certains des livres de l’auteur il y a longtemps et je n’avais pas aimé.
Du coup je pense que je suis prête à retenter d’autres livres et à lui redonner sa chance.

15.5/20

D’autres avis sur ce livre : Cassie, …

2 commentaires sur “Dark moon de David Gemmell

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :