La Campagne des Ombres, tome 1 : Les mille Noms de Django Wexler

Panini (Eclipse), 604 pages, 2014, Fantasy
Une belle découverte !
On est sur de la fantasy à mousquet ou Flintlock fantasy, du coup d’inspiration du 17-19ième siècle environ (suivant le pays de référence). Ici l’inspiration est principalement Napoléonienne.

Une révolution religieuse menée des fanatiques a eu lieu dans l’une des colonies (de type arabe) d’un grand empire du nord. C’est une colonie indépendante, l’empire n’était la que pour soutenir le prince en place, pas pour totalement occuper la place.
Du coup celui ci, en exil, exige que ceux ci l’aident à reprendre son trône.

Seulement voila, être colonial jusqu’ici était la porte de sortie de tout les mauvais de l’armée régulière. C’était le poste ou on envoyait tout ceux qui gênaient ou qui étaient incapables. En plus ils ont tout perdu dans la retraite précipitée qu’ils ont du faire au moment de la révolte.

Pour faire bonne figure l’empire envoie quand même trois mille hommes. Mais pas question d’envoyer des vétérans bien formés, il envoi tout les nouveaux, la plupart n’ayant même pas effectué la formation de base qui normalement dure 6 semaines.
A sa tête un énigmatique Colonel, plus érudit que soldat, assisté par une agent des services de renseignement dont tout le monde se méfie …

Dans ce contexte on suis principalement deux personnages. Hiver Ihernglass, une femme déguisée en homme qui fuit un passé difficile et qui sur un concours de circonstance monte subitement en grade, à la tête de 120 hommes et Marcus d’Ivoire, capitaine des Coloniaux en place au moment de l’attaque, qui va devoir accepter le changement et veiller à ce que le nouveau Colonel ne fasse pas trop de catastrophes qui pourraient faire massacré le peu d’hommes qu’ils ont.

Car en effet, malgré leur technologie, les Coloniaux ne sont pas en force, ils vont combattre au mieux a 1 contre 7, sachant qu’en plus on soupçonne les autochtones d’avoir accès à la magie …

*****
On retrouve tout les thèmes classique à ce genre de période, Par exemple le fait que les officiers de l’armée qui sont nobles, et qui doivent gérer la vie d’hommes du peuple qui forment la masse des soldats, sans vraiment s’en soucier. Les personnages vont devoir faire de leur mieux pour éviter que la situation critique finisse en catastrophe pour eux, et survivre bien sur.

C’est assez frustrant ici c’est que je ne peux pas vraiment vous parler de ce qui m’a le plus plu vu que ça va tout spoiler.
Je vais juste vous dire que finalement sous couvert de militaire ce n’est pas ça la partie la plus importante du livre (même si la campagne reste au cœur de tout). Finalement c’et le coté intrigue magique qui prend le dessus dans la seconde partie du livre. Les occidentaux sont à la recherche de la magie des Mille Noms et se servent de leur campagne militaire pour essayer de mettre la main dessus alors que les autochtones essayent de la garder caché.

Au niveau des personnages j’ai bien aimé le personnage d’Hiver. Au milieu de tout ses hommes, dans des condition d’hygiène un peu nulles, autant dire qu’elle va avoir du mal à se cacher. On est plus sur un poste tranquille comme avant. Elle a un background assez difficile aussi, ses souvenirs m’ont fait frissonner. C’est vraiment un personnage quelque il m’a été facile de m’attacher. Elle fait de son mieux même si elle ne se sent pas du tout à sa place, ce qui dans une position de commandement est des fois préférable à quelqu’un de trop sur de lui qui fait des erreurs sans même s’en rendre compte. 
Marcus aussi était agréable à suivre, mais peut-être un peu plus fade en comparaison. Il fait de son mieux aussi, même si son amitié avec le capitaine du 4ième bataillon, totalement incompétent, va lui poser des problèmes. Heureusement, son officier supérieur, le Comte Janus Vhalnich l’écoute et lui fait confiance (des fois un peu à tort, c’est vrai). Celui ci a des grandes idées et sait déjà comment mener sa bataille. Mais il n’a pas trop d’idée de l’état déplorable des troupes qu’on lui a donné et il va vite déchanter et devoir adapter ses plans. C’est un homme déterminé et avec un objectif.
Dans l’ensemble on fait de grosses découvertes et c’était vraiment très intéressant !
J’ai été prise dans le livre et je n’ai plus pu le lâcher jusqu’à la fin. En fait je l’ai lu vraiment très rapidement, moins de deux jours, ce qui montre ma motivation à avancer. Il y a certains développements que j’avais deviné avant qu’ils n’arrivent mais sans imaginer la suite et les conséquences, du coup c’est resté une belle découverte malgré tout.
Je suis ravie de cette lecture et je lirais la suite avec plaisir.
16.5/20
D’autres avis sur ce tome : Apophis, Blackwolf, Phooka,

5 commentaires sur “La Campagne des Ombres, tome 1 : Les mille Noms de Django Wexler

Ajouter un commentaire

  1. Je pense qu'il peut tout à fait te plaire. Au final je pense que je l'ai légèrement mieux apprécié que le premier Poudremages (qu'il faudrait que je relise d'ailleurs).En tout cas ça augure du bon pour la suite !

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :