Les Lions d’Al-Rassan de Guy Gavriel Kay

J’ai lu, 730 pages, 1995, Fantasy
Malgré le fait que ma lecture de ce livre soit mal tombée, pendant une panne de lecture, je l’ai tout de même adoré. Preuve si il en est de sa valeur.
Cette période a été difficile pour moi, j’avais du mal à trouver le temps et la motivation pour lire et il se passait des fois des semaines avec moins de 10 pages d’avancée. Ce qui fait que j’ai mis quasiment 2 mois à le terminer. 
Malgré son coté interminable, une chose ne m’a jamais quitté durant la lecture : mon amour pour les personnages. Ainsi que le fait que je ne pouvais que réaliser le fait que j’appréciais cette lecture même dans les pires moments, chose inhabituelle car j’ai abandonné quasiment tout les autres livres (beaucoup) commencé durant cette période alors que je me suis accroché tout du long sur celui ci.

J’ai lu ce livre dans le cadre d’une lecture commune avec Lutin, Aelinel, Elhyandra, Zaphrina, Lupa et Codaleia qui porte sur les livres de Guy Gavriel Kay.

Ce livre se déroule dans une époque basée sur la Reconquista espagnole, et évoque l’histoire du Cid, dans la région d’Al-Andalus durant la période troublée du 11ième siècle ou les chrétiens se lance dans sa reconquête.
Depuis l’assassinat du dernier Calife, le pays est en proie au chaos alors que plusieurs peuples et religions s’y croisent.
Les jaddites (qui évoquent les catholiques) occupent le nord et désespèrent de retrouver l’Espéragne d’antan qu’ils ont perdu, les ashirites (les musulmans) le sud et leur zone s’est divisée en plusieurs citées-état qui ne sont plus unies, et on retrouve aussi une minorité kindath (juive) un peu partout. 
Dans ce contexte troublé, nous faisons la connaissance d’Ammar Ibn Khairan. Celui ci a un passé chargé car c’est lui, tout jeune, qui a été chargé d’assassiner le Calife. Depuis il a muri et est devenu un diplomate et un poète mais sa réputation est toujours aussi mauvaise parmi la population et certains peuples.
Son propre roi fini par l’abandonner pour des raisons politiques et il s’exile dans la superbe cité de Ragosa, une ville dirigée par un roi érudit et ou l’art a une place de choix. Sur place il fait la connaissance d’un autre homme de son temps : Rodrigo Belmonte. Celui ci est un seigneur et un capitaine jaddite réputé dont le nom fait frémir ses ennemis. Il a aussi été exilé par son propre roi suite a une dispute avec un autre seigneur qui a dégénérée.
Entre les deux exilés, le guerrier et le poète, l’amitié est immédiate et très forte. Renforcé par leur amour d’une jeune femme médecin kindath, Jehane bet Ishak, qui réside dans la ville après avoir du fuir son lieu de naissance à cause d’une fort sentiment anti-kindath qui s’y était développé. 
Le lien fort entre ces trois personnages si différents est au cœur de l’intrigue de ce livre. Finalement tout ce qu’ils souhaitent c’est être en paix quelque part. Mais malheureusement pour eux ils ne vivent pas dans la bonne époque et la guerre de reconquête est à leur porte. Survivre va devenir un combat de tout les instants et chacun va devoir choisir son camp …
– Dites-le moi. Que doivent faire des hommes d’honneur dans une telle guerre, Ammar ?
– Se massacrer jusqu’à ce que quelque chose prenne fin en ce monde.
Guy Gavriel Kay n’est pas un auteur qui précipite les choses. Les relations entre les personnages et la tapisserie de fond sont vraiment développés tout au long du roman.

Étant donné ma façon peu habituelle de lire ce livre, je ne peux pas dire que j’y ai vu des longueurs (du moins je ne peux pas différencier les longueurs du fait que j’ai mis si longtemps à lire le livre de celles que j’aurais vraiment ressentit si je l’avais lu d’une traite). Mais une chose est sure c’est qu’il ne faut pas lire ce livre en s’attendant à un livre d’action au rythme effréné.

Une chose qui m’a marqué c’est la facilité qu’à l’auteur a donner vie à un personnages en quelques lignes ou quelques phrases de dialogue. Ils sont tous bien distincts et on tombe très vite sous leur charme.
J’ai vraiment apprécié tout les personnages de ce livre, même les plus sombres. Finalement tous ont des nuances, tous ont des motivations personnelles et un passé qui viennent naturellement.

En fait une partie des raisons qui ont fait que j’ai mis tant de temps à lire ce livre était que je ne voulais pas voir les personnages souffrir tellement je les appréciais. Mais la tension ne cessait de monter et je ralentissais ma lecture au fur et à mesure. Certaines situations sont vraiment propres à vous briser le cœur.

J’ai particulièrement apprécié le personnage d’Ammar.

C’est un personnage droit qui sait les fautes qu’il a commis. Il a un regard réaliste sur ses propres actions et prend toute la vie avec un certain humour des fois un peu cynique.
Il est très intelligent et est capable de lire une situation et d’en trouver la solution rapidement. Sa capacité d’analyse le sauvera à plusieurs reprises. 
Rodrigo et Jehane n’étaient pas très loin derrière, bien sur. Le trio se complète bien, chacun ayant une particularité et une façon d’être qui donne une force à l’ensemble.
Je regrette que ce livre ai été lu en si mauvaise période. Parce que pour que j’ai pu autant l’apprécier malgré tout c’est qu’il aurait surement été un coup de cœur sans ça. Je m’avance peut etre, bien sur, mais j’ai tout de même décidé de le  mettre dans ma liste des relectures à faire un jour, histoire de valider ou pas cette théorie.
Au final j’ai passé un excellent moment en compagnie de ces personnages. Je comprend pourquoi ce livre est si reconnu (c’est l’un des plus connus de l’auteur) et je ne peux que le recommander à ceux qui voudraient lire une fantasy un peu différente, très prenante et documentée. 
17/20

8 commentaires sur “Les Lions d’Al-Rassan de Guy Gavriel Kay

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :