L’Interdépendance, tome 2 : Les flammes de l’Empire de John Scalzi


L’Atalante, 320 pages, 2020, Science-fiction
(lu en VO)

Excellent !
J’avoue que le premier tome de cette série ne m’avait pas particulièrement impressionné, je le trouvais bien mais sans plus. Du coup j’ai laissé passer un peu de temps avant de le commencer. Ce sont les avis très positifs des blogueurs que je voyais fleurir de partout qui m’ont poussé à enfin l’ouvrir.
Et je ne regrette absolument pas, ce tome était vraiment tout ce qui fait un bon Scalzi, plein d’humour et avec une intrigue vraiment intéressante.

Pour ceux qui ne connaîtraient pas cette série suis plusieurs personnages alors que le « Flux » qui est une espèce de vague qui permet de voyager très rapidement d’un endroit à un autre de l’empire, véritable lien entre toutes les zones habitées qui ne sont pas auto-suffisantes (il n’y a que deux planètes dans l’empire, dont une pas vraiment viable pour les humains), est en train de se disloquer …

Le problème de ce début de tome est de convaincre les scientifiques, les grand dirigeants que le problème est réel. Même avec le flux les vaisseaux peuvent mettre plusieurs mois à venir des points les plus éloignés donc tout le monde est persuadé qu’ils ne sont qu’un peu en retard au moment ou débute l’intrigue.
Le tout est suffisamment critique pour nécessiter des mesures rapides donc il y a urgence !

Je ne vous en dévoilerais pas plus les éléments de ce tome pour ne pas vous spoiler.

J’avoue que le début m’a fait un peu peur. J’avais l’impression de relire le premier tellement l’intrigue était identique et sans approfondissement. Mais heureusement un déclic c’est fait, un tournant important, et on est parti vers autre chose.

A partir de la, que du plaisir. Je ressors de ce tome avec un grand sourire et surtout une envie pressante de sortir le prochain (heureusement il est déjà la, ouf, je n’aurais pas à attendre trop longtemps).
Comme toujours c’est un plaisir de lire du Scalzi. Son ton humoristique (sans être drôle non plus, un peu à la Dresden) marche toujours aussi bien et l’écriture est vraiment fluide.

L’auteur a vraiment su amener cette série du niveau sympa mais sans plus à un niveau nettement supérieur. D’autant plus qu’il fait ça sur le second tome de la trilogie, qui est souvent le tome le plus creux dans ce format.
Ce qui est bizarre c’est qu’il m’était arrivé exactement la même chose pour son autre série Le vieil homme et la guerre, ou je n’avais que moyennement apprécié le premier pour avoir un quasi coup de cœur sur le second.

En bref ce tome est une totale réussite, je suis ravie d’avoir persévéré et je me jetterais sur la suite bientôt !

Mon avis sur le tome précédent : L’effondrement de l’empire,

D’autres avis sur ce tome : Yogo, Ombrebones, Lutin, Célindanaé, Gromovar, Anudar, FeydRautha, …

12 commentaires sur “L’Interdépendance, tome 2 : Les flammes de l’Empire de John Scalzi

Ajouter un commentaire

        1. Je comprends.
          Après je pense qu’il faut se lancer si on veut vraiment lire un jour en anglais, bien sur. Surtout Scalzi qui a un style clair et relativement simple, il a difficilement plus facile à lire en anglais si on reste dans la littérature adulte SF.

          Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :