The Legends of the First Empire, book 1: Age of Myth de Michael J. Sullivan


Del Rey, 396 pages, 2016, Fantasy

Quel plaisir de retrouver la plume et l’univers de Michael J. Sullivan !

Ce livre se déroule plusieurs millénaires avant celle de la série dont il est le spin off, Les Révélations de Riyria.
Il se passe pendant l’age primitif de la création du premier empire humain dans un monde à l’époque dominé par les Fhrey – des créatures qui sont proche des elfes mais en moins mystiques et en plus humains (si on veut). Les humains sont persuadés que les Fhreys sont des dieux, qu’ils vénèrent, et qu’ils ne peuvent pas mourir.

Tout commence quand un humain, Raithe, et son père traversent la rivière interdite. Ils font parti d’un clan humain allié aux Fhrey donc ont traversé plusieurs fois la rivière précédemment pour participer aux conflits armés de ceux ci (qui se font toujours par l’intermédiaire des humains, les Fhrey ne se battent jamais entre eux directement).
Ils pensent donc avoir le droit de la traverser pour chasser.

Mais en fait non. Non seulement ils n’avaient pas le droit, mais en plus ils ont amené avec eux leurs armes (pour chasser). Le Fhrey qui les découvre leur donne le choix : soit ils rendent leurs armes et s’en retournent chez eux désarmés, soit ils sont morts.
Mais le père ne peux pas abandonner son épée, c’est sa seule richesse, la seule arme en bronze du village, une épée transmise de génération en génération depuis des années.
Le Fhrey n’attend pas un second « non » de l’humain, il le tue sous les yeux de Raithe.

C’est à ce moment la que les choses se compliquent. Le Fhrey est accompagné par deux de ses esclaves, humains. L’un d’entre eux profite du fait que son maître est occupé par les deux chasseurs pour l’assommer en arrivant dans son dos. Et Raithe profite du fait que le Fhrey est assommé pour lui trancher la gorge …

Mais dans son esprit le dieu n’est pas mort, il pense juste gagner du temps. Pour lui il est évident que celui ci va se relever et se venger ensuite. Il n ‘a fait ça que par colère parce que son père a été assassiné sous ses yeux, sans penser que ça puisse avoir d’autre conséquence qu’un temps plus long pour que le dieu se relève.

Alors que les deux humains, l’ancien esclave et le chasseur, s’enfuient pour leur vie, les Fhrey ne vont pas laisser passer cette provocation, la première mort de l’un d’entre eux de la main d’un humain. Ils commencent à attaquer sans sommation tout les clans proches de la frontière, sans laisser le moindre survivant …

*****

Comme toujours dans les romans de l’auteur, les personnages sont le point fort de ce livre,.
Le duo humain me fait bien rire avec Raithe, ce faux guerrier pacifiste -il était le seul de son clan à avoir toujours refusé de participer à la moindre bataille et le voici élevé au rang de tueur de dieu- et l’ex-esclave érudit, conteur de génie qui embelli leur aventure au fur et à mesure en faisant grandir la légende du tueur de dieu à chaque fois qu’il la raconte, alors que Raithe aurait bien aimé rester dans l’anonymat.

Leurs interactions m’ont bien fait rire, elles sont le piment de cette intrigue.

Mais bien sur ce n’est pas le seul point positif de ce tome.
Déjà le fait qu’on soit ici sur une fantasy basée sur l’age de bronze est original. Les humains vivent dans des villages/communautés très centrés sur aux même, entourés de palissades en bois. Ils vivent sur le mode chasseur-cueilleur. Ils connaissent les localités les plus proches, mais ils voient peu d’étrangers, ou alors toujours les même familles de marchants qui sillonnent le pays.
Leur plus précieux métal est le bronze, qu’on ne trouve que très rarement. Les techniques ou l’art sont très primitifs.

Ce tome ci est bien évidemment la mise en place de l’histoire, ainsi que la découverte des différents protagonistes. Nos différents héros – on suis plein de personnages différents en plus du duo principal – se rencontrent dans des circonstances difficiles et devront lutter pour survivre dans cette période de changements.
L’ère des Fhrey touche à sa fin, les humains commencent à comprendre qu’ils ne sont pas invincibles et qu’ils vont pouvoir essayer d’enfin prendre leur place après une éternité sous leur joug …

J’ai passé un excellent moment.
J’ai trouvé ce tome vraiment page-turner. Le rythme est bon, on n’a pas de temps morts ni de longueurs. Et, comme d’habitude, le ton avec des touches d’humour de l’auteur fonctionne à merveille.
J’en redemande !

Mon avis sur les tomes de la série Les Révélations de Riyriatome 1 : La Conspiration de la couronnetome 2 : La Tour elfiquetome 3 : L’Empire de Nyphrontome 4 : Tempête d’émeraudetomes 5 et 6 : L’Héritier de Novron,
Mon avis sur les tomes de la série Les Chroniques de Riyria : tome 1 : The Crown Tower, tome 2 : The Rose and the Thorn, tome 3 : The Death of Dulgath, tome 4 : The Disappearance of Winter’s Daughter.

5 commentaires sur “The Legends of the First Empire, book 1: Age of Myth de Michael J. Sullivan

Ajouter un commentaire

    1. Je trouve que la première « trilogie » (qui a en fait 6 tomes en 3 intégrales xD) va de façon exponentielle. Elle commence doucement, on est sur de l’aventure légère mais sans grand impact, puis petit à petit les éléments se rassemblent pour faire un final vraiment totalement inattendu et explosif dans les deux derniers tomes 🙂

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :