NeoG, book 1: A Pale Light in the Black de K. B. Wagers


HarperVoyager, 432 pages, 2020, Science-fiction

Nouveau roman d’un autrice que j’apprécie beaucoup, c’est avec enthousiasme que j’ai acquis ce livre dés sa sortie.
Malheureusement, si je me suis bien attachée aux personnages, je ne l’ai pas apprécié autant que j’aurais voulu, du coup j’en ressort un peu déçue.

Dans ce roman nous suivons une équipe de la patrouille à la frontière du système solaire. Chaque année ont lieux des jeux (genre compétition) qui déterminent les meilleurs d’entre eux (parmi tout les militaires spatiaux). Alors que l’équipe se prépare et s’entraîne pour essayer de les remporter cette année (ils ont frôlé la première place l’an passé) ils commencent à se poser des questions concernant une mission qu’ils ont réalisé il y a peu.

En effet ils ont réussi à retrouver un des vaisseaux perdus du début de l’exploration spatiale. Ceux ci, appelés Jumpers, transportaient un grand nombre d’humains congelés et devaient mettre des centaines d’années à arriver à leur destination.
De nombreux Jumpers ont disparus, mais le principal problème a été avec ceux de la toute dernière génération. Sur 30 vaisseaux partis, 27 ne sont jamais arrivés à destination.
On en a retrouvés quelques uns petit à petit avec le temps.

L’équipe de nos héros tombe sur un Jumper de la dernière génération alors que celui ci est en train d’être pillé par des pirates qui sont arrivés sur place un peu avant eux.
Mais chose bizarre, le vaisseau est entièrement vide. Aucun des pods contenant les humains n’étaient sur place.
Certes ce n’est pas bien grave parce que de toute façon ces pods avaient une durée de vie limitée et donc les personnes dedans étaient mortes depuis des lustres. Mais c’est tout de même très curieux.

En se renseignant par curiosité, le capitaine s’aperçoit qu’en fait c’est loin d’être le seul à avoir été retrouvé comme ça. En fait quasiment tout ceux qu’on a retrouvé, en général, et tout ceux de la dernière génération, étaient vides.

L’enquête se poursuis de façon encore plus bizarre quand ils finissent par trouver un rapport mis de coté car supposé impossible, comme quoi on aurait retrouvé une personne qui aurait du être dans l’un de ces vaisseaux (il était dans le listing génétique) morte par noyade sur terre … Et ce il y a peu de temps ! Hors ces vaisseaux sont partis depuis bien trop longtemps pour que des passagers de leur bords puisse normalement être encore vivants à l’heure actuelle …

*****

Je ne l’ai pas autant aimé que j’aurais voulu. Non pas que je ne l’ai pas aimé, mais il y a une partie de l’intrigue qui m’a semblé longuette et sans grand intérêt au final dans l’intrigue général.

Premièrement j’ai trouvé curieux que malgré le fait que les protagonistes soient dans un patrouilleur officiel, on ne ressent absolument pas le coté « militaire ». Ça m’a un peu étonné en fait, vu que ce livre est classé SF militaire un peu de partout. Si ils avaient été dans un vaisseau civil on n’aurais presque pas vu de différence tellement ils sont lâche sur les règles à ce niveau la. Les règles de vie et l’ambiance est plus comme une famille que strictes.
Du coup pour moi on peut facilement classer ce livre plutôt en space opera plus classique (ce qui n’est pas une mauvaise chose en soi, juste une clarification).

Le coté qui m’a le moins plu a été le coté « Jeux », compétition. Au final c’est totalement en parallèle avec le reste, ça n’a aucun rapport avec l’intrigue principale en dehors d’un vague besoin pour le commandant du vaisseaux d’obtenir plus de moyens pour son service. En effet ils ont toujours le pire matériel, celui qui a plus de 10 ans, qui lâche au pire moment, et qui les empêche de bien faire leur boulot. Le fait de gagner les Jeux pourrait les faire entrer sous les projecteurs, montrer aux autres forces qu’il faut compter sur eux et qu’ils ont de bons éléments. Et donc ça ne peut qu’être positif pour le futur.
Mais encore faut-il faire autre chose que d’échouer systématiquement pas loin du podium.

Pour moi toute cette partie casse un peu le rythme de l’intrigue principale. A un moment j’ai même zappé des pages parce que je ne me sentais pas d’attendre pour avoir un indice qui est en suspend juste pour voir nos héros gagner des épreuves (nos héros l’ont, juste ils ne peuvent pas l’exploiter à cause du planning serré des Jeux).

Le seul avantage des jeux au final était de nous présenter d’autres branches de l’armée, leurs différences, ainsi que plusieurs personnages qui vont se révéler importants pour la suite (plus les familles des héros, qu’ils ne voient que 2 fois par an vu qu’ils sont seuls sur une base militaire loin dans le système solaire)

J’ai aussi un petit « mouais » concernant les temps de trajet.
A un moment ils vont au secours d’un vaisseau qui a perdu son moteur (et donc ses systèmes de survie) et a qui il reste 10 minutes avant de tomber en rade. Et franchement … 10 minutes pour sortir de la station, s’harnacher, voyager vers le vaisseau, l’accoster, ouvrir la porte qui ne s’ouvre plus et faire sortir tout le monde (qui n’a jamais été dans le vide)… c’est beaucoup trop peu non? 

Pour le reste, niveau background un point que j’ai bien apprécié c’est l’idée qu’une nouvelle branche du catholicisme c’est développé avec l’expansion de l’homme dans l’espace, une qui prétend que seule la Terre est « sacrée » et que tout ceux qui s’en éloignent perdent leur lien avec le sacré.
Les patrouilleurs ont une dérogation pour rester dans le système solaire comme ils sont la protection de la Terre par rapport à l’au-delà. C’est d’ailleurs pour cette raison que le capitaine du vaisseau de nos héros reste dans ce service alors qu’elle aurait pu faire une grande carrière dans l’armée, elle est respectée et pourrait aller très haut. Mais sa foi lui interdit de s’engager dans la flotte qui allait plus loin que le système solaire. 

Sinon point le plus positif de l’ensemble, l’intrigue principale était très sympa, .
Il n’y aurait eu qu’elle j’aurais surement été bien plus enthousiaste sur l’ensemble. J’avais envie de savoir le fin mot de l’histoire, j’étais bien prise dedans.
Je crois que j’ai ressentit les jeux comme une perte de temps vis à vis de cette partie la qui me plaisait énormément. D’autant plus qu’avec le nombre de pages réduites par ces activités secondaire, du coup ce n’est pas l’intrigue la plus complexe et tordue qui soit.

Les personnages sont attachants, ils sont assez nombreux au final et la petite équipe fait chaud au cœur. Je comprend la comparaison avec Becky Chambers sur ce point. C’est très ouvert, divers, et leurs interactions sont très agréable à suivre. L’avantage c’est qu’ici on a une vrai intrigue en parallèle, ça donne un gros plus quand même.

Au final j’ai passé un bon moment … sur une partie de l’ensemble, le reste étant plus oubliable.
Mais ça n’en reste pas moins une lecture agréable. J’ai envie lire la suite maintenant que les Jeux sont terminés et qu’on n’aura donc plus ce problème la dans le futur (du moins j’espère).

8 commentaires sur “NeoG, book 1: A Pale Light in the Black de K. B. Wagers

Ajouter un commentaire

  1. Quand Sixteenth Watch de Myke Cole, qui a des fondamentaux similaires, est sorti, j’ai hésité entre les deux, voire à lire les deux à la fois. Et puis finalement, je me suis fait la réflexion que lire deux livres aussi similaires était un peu idiot, et j’ai tranché en faveur de Cole en raison de son passé militaire, pour moi un plus grand gage de réalisme. Je vois que j’ai bien fait. Clairement, une équipe militaire vue selon un prisme très Becky Chambers, j’aurais pas pu 😀 Ce n’est pas que le roman de Cole soit passionnant, mais d’après ce que tu dis de celui de K.B. Wagers, ce dernier m’aurait clairement moins plu. Merci pour ta critique, donc !

    Aimé par 1 personne

    1. Oui j’ai tout de suite pensé ça quand j’étais dedans. On n’est vraiment pas sur du militaire, ça ne t’aurais pas plu je pense aussi.
      Je lirais aussi le Cole un jour, mais je ne suis pas pressée (même si je suis en manque de SF militaire ces temps ci)

      Aimé par 1 personne

        1. Ho oui, j’ai super hâte pour Planetside. Frontlines aussi bien sur, vu qu’elle a fini par limite devenir une de mes série chouchou (j’aimerais bien en trouver d’autres du même genre d’ailleurs)
          En moins loin il y a la suite de Palladium wars aussi, en juillet (enfin si ça n’a pas été retardé, je n’ai pas été vérifier) même si c’est moins militaire.

          J’aime

  2. Mmh, et bien finalement je ne sais pas si je le lirais. Je me le garde de côté pour plus tard desfois qu’il me reste en tête avec le temps. Parfois je me dis que je ne lirais jamais tel ou tel bouquin et un an plus tard il ne me sort plus de la tête et faut que je le lise xD
    Ce lui me laisse perplexe c’est le manque de crédibilité pour le côté militaire :/

    Aimé par 1 personne

    1. En fait c’est pas que ça n’est pas crédible niveau militaire, c’est plus que ça n’est pas traité de cette façon la. On n’insiste pas sur les grades, on ne fait pas du « je crie les ordres » pour me faire respecter, enfin tout les aspects qu’on retrouve quasiment toujours dans les romans de SF militaire. En gros ça n’est que le contexte, pas l’atmosphère.

      J’aime

Répondre à Apophis Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :