Deverry, tome 2 : Le Sortilège de l’ombre de Katharine Kerr

Mnémos, 379 pages, 2006 (Vo 1987), Fantasy

Encore meilleur que le premier, j’ai dévoré ce tome en deux jours. Moins décousu temporellement parlant (en dehors d’un passage), les événements se concentrent petit à petit et l’intrigue principale deviennent plus clairs.

Pour rappel cette série nous raconte l’histoire d’un jeune prince qui, parce qu’il n’arrivait pas à se décider suivant deux choix de vie opposés et incompatibles, a entraîné avec lui une partie de sa famille et plein d’autres personnes plus ou moins liées à lui et aux événements.
Leur histoire c’est terminée en tragédie.

Dans ce monde il existe un Destin pour chaque personne, et à cause du prince ceux autour de lui n’ont pas pu remplir le leur.
Alors celui ci, devenu un grand mage, a été maudit : il ne pourra pas mourir tant qu’il n’aura pas redressé le destin de toutes les personnes qu’il a chamboulé.

L’intrigue principale de la série se déroule environ 400 ans après les événements tragiques.
Il faut savoir aussi que les gens se réincarnent, et leur karma antérieur joue sur la façon dont la vie va les favoriser ou pas dans leurs vies futures. Et toujours à cause des événements du début, ils se retrouvent donc entraînés vers le bas malgré tout les efforts du prince qui c’est lui même renommé en Persaunn (car il n’est plus personne).

Incessamment, Persaunn va tout faire pour faire remonter la pente à ces personnes, génération après génération, essai après essai. La fatalité fait très souvent finir leur vie en tragédie digne d’un Shakespeare.

Même des personnes indirectement touchées par l’erreur de départ se retrouvent aussi dans la boucle. On en suis d’ailleurs deux pendant une bonne partie du roman, jusqu’à ce que leur histoire se retrouve liée avec celle du présent de l’intrigue principale.

Je pense d’ailleurs que la seule difficultés de la série est justement le coté temporalité. Par exemple dans ce tome on commence sur les personnages principaux (4ième ré-incarnation depuis le début), et d’un chapitre sur l’autre on passe sur d’autres, des nouveaux, toujours liés à l’intrigue mais de plus loin et on suit ceux ci sur une 20ène d’année.

Ce n’est qu’à la fin que ce passage se lie temporellement à l’histoire qu’on suivait au début. L’intrigue secondaire commençait 20 ans avant, sans qu’aucune indication temporelle ne nous ai été donné durant tout le long passage.

Dans le premier tome déjà il y avait pas mal de moments où on pouvait se perdre sur le même sujet. Mais heureusement sur ce tome ci c’est bien moins marqué. On n’a vraiment que ce passage la qui pose problème, tout le reste se suit sans souci.

Ce tome annonce pas mal de changements dans les personnages. Ceux ci évoluent bien avec le temps. J’aime bien surtout Jill qui commence petit à petit à ne plus avoir peur de la magie. Et aussi la façon dont Rhodry (son compagnon) la traite, jamais comme une petit fleur fragile mais comme une guerrière adulte qui sait ce qu’elle fait, ce qui est un bon point pour un livre de fantasy écrit dans les années 80.

J’ai aussi apprécié le fait qu’on ai moins de moments choquants dans ce tome, parce que le précédent en était rempli. Ça n’en reste pas moins tragique à certains moment mais maintenant que le lecteur sait dans quoi il est embarqué je pense que l’autrice c’est moins sentie obligé de nous rappeler les conséquences terribles des erreurs de Persaunn.

Dans l’ensemble j’ai passé une fois encore un bon moment dans ce tome, il est moins décousu donc se tient un peu plus dans l’ensemble. On commence à voir ou tout ça va mener ce qui est aussi une bonne chose.

J’ai hâte de lire la suite !



Mon avis sur le tome précédent, Le sortilège de la dague : version importée de blogger (avec une mauvaise mise en page) ou version remise à jour (mais donc sans les commentaires d’origine)

5 commentaires sur “Deverry, tome 2 : Le Sortilège de l’ombre de Katharine Kerr

Ajouter un commentaire

  1. Je ne connaissais pas du tout, ni l’autrice, ni la saga. Du coup j’ai été lire la chronique du T1 (mais je n’arrive pas à laisser de commentaires, mon navigateur fait des siennes). Le truc des temporalités ne me fait pas forcément peur, après c’est sûr que la lecture doit être plus complexe ; mais ça apporte de l’originalité !

    Aimé par 1 personne

    1. C’est une série qui est un peu passé inaperçue chez nous, et qui n’a pas été ré-édité depuis 15 ans, donc ça ne m’étonne pas que tu n’en ai pas entendu parler.
      De mon coté je l’ai découverte en VO ou elle est considérée comme un des classiques des années 80 avec L’arcane des épées ou la Belgariade 🙂 Ce n’est qu’ensuite ou j’ai vu qu’elle avait été traduite (j’étais aussi totalement passé à coté à l’époque xD).

      Le coté temporalité va de mieux en mieux mais c’est vrai que dans le premier ce n’était pas évident, même si tout faisait sens à la fin quand même ^^

      Aimé par 1 personne

Répondre à Les Mots de Mahault Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :