Hellequin Chronicles, book 1: Crimes Against Magic de Steve McHugh

47North, 420 pages, 2012, Urban fantasy

Malgré un début mitigé j’ai finalement bien apprécié la seconde partie et le final de ce premier tome.

Le principal problème du début était le personnage principal.
Pourtant le principe était sympa, on est sur un personnage amnésique depuis 10 ans qui travaille comme voleur. Il a aussi un don pour la magie qu’il utilise via des glyphes sur ses avants bras qui lui permettent de lancer des sorts.

Il maîtrise la magie de l’air et celle du feu, du coup il a accès à pas mal de combinaisons des deux genre tornades, brouillard, … (en plus de l’élément direct : vent violent, et feu, explosions …) Il se bat aussi avec des espèces de fouets de feu qui partent de ses mains et qui peuvent couper à peu près tout en cautérisant sur le coup.

Il ne connait pas son nom et utilise un qu’il a retrouvé sur un papier qui était sur lui quand il c’est réveillé, sans savoir si c’était le sien ou pas. Evidemment l’intrigue principale concerne sa perte de mémoire, pourquoi, comment, dans quoi était-il fourré, quel était sa fonction … ce genre de chose.

On suit le personnage à deux époques temporelles. Une dans le présent du livre (début des années 2010), et l’autre après le siège de Soisson par les anglais lors de la guerre de 100 ans en 1414. Pendant la plus grande partie du roman on essaye de faire le lien entre les deux périodes pour comprendre le personnage.

Mais ce personnage m’a déplu dans son attitude au début. L’ensemble avait un petit coté James Bond, mais avec de la magie. Dans le sens ou le héros séduit souvent une femme bien placée pour lui soutirer des informations, le faire s’infiltrer dans un lieu ou l’aider dans sa mission. Et bien sur il arrive que celle ci soit une agente de l’ennemi qui lui tombe dans les bras pour sa mission aussi et que ça lui pose plus de problèmes qu’autre chose.

C’est sur ce point que je ne suis pas convaincue. A chaque fois il parle 1h avec la fille et hop, dans son lit … meh … Surtout qu’il ne tombe jamais sur une femme mariée ou qui n’a pas envie de ce genre de choses, bien sur.
Bon après on pourra souligner que du coup ça ne prend pas trop de place, les scènes ne sont pas décrites, juste suggérées par une phrase, du coup on passe rapidement à la partie qui concerne l’intrigue. Au final ces scènes ne sont la que pour faire avancer l’intrigue, pas pour mettre en place une romance ou un quelconque intérêt sentimental du personnage.

Heureusement le personnage principal évolue au fur et à mesure qu’il retrouve sa mémoire. Il n’est clairement plus le même homme entre le début et la fin. Et c’est un bon point car du coup c’est avec celui ci qu’on va continuer et plus avec le pseudo James Bond dragueur. C’est à partir de ce moment la que j’ai commencer à vraiment accrocher et où le livre a su me séduire.

L’intrigue était complexe et pleine de rebondissements. La mythologie s’appuie sur les légendes arthuriennes en leur donnant un coté original car il les mélange avec les mythologies antiques, les dieux Grec et Romans par exemple … On parle d’Avalon, des créatures surnaturelles, et de plein éléments divers tout en arrivant à les réunir sous une seule histoire ou ils sont liés.

En dehors de ça, l’ensemble a un rythme élevé. Mais pour autant ce n’est pas trop marqué action (contrairement à l’impression que la couverture pourrait donner) car on alterne vraiment les moments calmes, ceux d’infiltration, ceux concernant le mystère pour enfin revenir à ceux ou ça part vraiment en baston.
Pour moi l’ensemble est bien rythmé, pas le temps de s’ennuyer, sans être bombardé.

Bref, si on met de coté le coté séduction du début qui est ce qu’il est, l’ensemble m’a bien plu. Ce premier tome a su retenir mon attention et les personnages secondaires étaient attachants aussi. Je lirais la suite avec plaisir.

2 commentaires sur “Hellequin Chronicles, book 1: Crimes Against Magic de Steve McHugh

Ajouter un commentaire

  1. Oh, je note. Hormis le côté séducteur trop prononcé, il y a des éléments qui attirent mon attention, comme l’amnésie, les deux lignes temporelles ou les légendes arthuriennes. Je me dis que ça peut me plaire. Et la magie semble sympa (d’ailleurs le coup des avants bras ça me fait un peu penser au système de magie dans les jeux vidéos Fable, avec les éléments qui se combinent).

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :