Prospero’s War, book 2: Cursed Moon de Jaye Wells

Orbit, 370 pages, 2012, Urban fantasy

Dans cette série d’urban fantasy qui est en fait une uchronie magique, on a découvert l’alchimie et avec le temps elle a totalement remplacé la chimie. Elle est réalisée en faisant des recettes qu’on infuse avec de la magie ensuite, et donc en fonction des ingrédients ça aura un effet différent.

Mais il se trouve que le processus de créer, et aussi le fait d’en boire sont addictifs. Ce qui cause pas mal de problèmes. L’alchimie officielle, faite par des moyens lents et beaucoup moins efficaces est réputée plus saine, c’est d’ailleurs pour ça qu’elle est autorisée, contrairement à la « dirty magic » la magie utilisée par les criminels. Mais elle peut quand même sur le long terme faire tomber les patients dans l’addiction.

On suit Kate Prospero, une détective de police chargée de gérer les problèmes liés à la dirty magic. Dans ce tome tout commence par un vol massif de potions dans le Coven local. Ce coven, spécialisé en magie sexuelle utilise des mélanges spéciaux pour certaines situations qu’ils gardent normalement sous clé. Et il se trouve que le stock qui a été volé est une potion qui rend une personne très agressive sexuellement. En gros une potion de viol.

Au même moment ils entendent des rumeurs dans les bas fond, sur un sorcier fou qui se prend pour Dionysos … Dans la ville portée par la prochaine lune bleue, un événement qui rend la magie imprévisible, Kate et ses partenaires de la police auront fort à faire pour arrêter ce fou !

Un tome très sympa.
Kate est vraiment portée à bout ici, et à la fin c’est une nouvelle Kate qui en ressort, débarrassée d’une partie de ses démons. Ce processus avait déjà bien été entamé dans le tome précédent, ou elle avait reçu un espèce de coup de fouet dans ses convictions.

Un des thèmes importants de la série, et qui ressort particulièrement dans ce tome est l’addiction à la magie. Que ça soit Kate avec ses pouvoirs, ou même certains de ses amis qui sont d’anciens dépendants, ils doivent faire des choix entre ne pas utiliser du tout d’alchimie ou souffrir quand ils sont blessés ou malade. Car oui, la médecine n’a pas du tout été développée dans ce monde, il ne reste que certaines recettes de grand mère dont personne ne connait le vrai effet et si elles sont efficaces ou pas.

J’ai bien aimé cette enquête, j’étais vraiment à fond dedans. En fait  j’ai oublié mon thé deux fois sur la tablette à coté de mon fauteuil. Il était froid quand je m’en suis rappelé. 

On est sur de l’urban fantasy qui dépote, bien porté sur l’action et l’enquête. L’univers est sombre mais sans que ça se ressente particulièrement dans l’ambiance, qui n’est pas déprimante. Les dangers sont constants dans cette ville ou les mafia font leur loi et ou les potions de dirty magic rendent les gens fous et dépendants.

Une série à suivre !


Mon avis sur le tome précédent : Dirty Magic,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :