Le chant des psychomorphes de Laurent Whale

Lokomodo, 272 pages, 2011, Science-fiction

Mais malheureusement je n’ai pas été vraiment emballée.
On est sur ce qui est pour moi du pur pulp, avec de l’action quasiment en permanence.

Zéar, médiocre fonctionnaire terrien, se retrouve par hasard embarqué dans une machination qui en fait la bête noire de son propre gouvernement et l’oblige à s’enfuir. Son aventure le mènera loin, et il fera tout pour survivre.

En soit je ne dirais pas que le livre était mauvais. On ne peux pas non plus dire que c’est ennuyeux, c’est sur. Mais le problème ici a été le personnage principal que j’ai trouvé banal à souhait et sans rien qui n’ai jamais réussi à me faire rattraper son image de boeuf moyen qu’il traîne tout du long.

Il n’est pas particulièrement intelligent, il n’a aucune initiative, il ne faut que subir et avoir des moments ou il craque. Sans parler des moments ou il admire les formes de toutes les femmes qui l’entourent (et qu’elles le laissent faire, mais qu’est ce qu’elles lui trouvent, sérieusement !). D’ailleurs on passera difficilement de nos jours sur le coté problématique d’une de ses relations avec une mineure.

Bref, il ne m’a pas séduit, je n’ai pas apprécié le suivre. Après ce n’est pas un personnage « mauvais », et j’exagère peut être un peu en disant boeuf parce qu’il n’est pas du genre lourd ou qui agresse les femmes, mais franchement il est tellement banal et mou que je n’arrive même pas à décrire son caractère. Il n’ a rien de spécial pour lui quoi.
Je précise que c’est vraiment fait exprès, le qualificatif « médiocre » est utilisé dans le résumé du livre pour le qualifier, donc je n’ai rien inventé. C’est juste qu’avec moi ça n’a pas fonctionné.

C’est amplifié aussi par le fait que le roman n’est quasiment composé que de monologues internes ou le héros décrit la situation qui se passe en expliquant au lecteur les points qu’il n’aurait pas compris. Et je n’ai pas vraiment été conquise non plus par le principe. Je veux dire par la que ce n’était pas vraiment naturel que le personnage principal se passe toute la situation en tête en l’expliquant en détail. Pour lui ça devrait être logique pour lui donc il ne devrait pas avoir besoin de se l’expliquer dans sa tête. .
Surtout au début quand il t’explique des trucs qui sont évidents vu la situation, merci captain Obvious.

C’était comme si pendant tout le récit le personnage racontait la situation à une autre personne qui se trouvait dans sa tête et qui ne connaissait rien à son monde. Je sais que c’est un fait classique dans les romans, et que dans 99% des cas on ne le remarque pas. Mais dans celui ci je l’ai trop remarqué ce qui a contribué a mon énervement. Surement justement à cause des explications en trop du début qui m’ont sorti du récit, et le fait que n’arrive pas à rentrer dedans car le personnage ne me plaisait pas.

Bref, heureusement le livre était court, donc j’ai pu le terminer rapidement.



D’autres avis (plus positifs que le mien) sur ce livre : Lune, Bookenstock,

Ce livre entre dans le challenge Summer Star Wars IX

Ce livre entre dans le challenge S4F3

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :