The Emperor’s Edge, book 1 de Lindsay Buroker

Autoédité, 324 pages, 2010, Fantasy Steampunk

Après ma lecture de Fallen Empire, que j’avais beaucoup aimé, j’ai décidé d’aller voir les autres œuvres de cette autrice.
Cette série est la première de l’autrice et ce que je peux dire c’est que pour l’instant elle ne fait pas parti de mes préférées (mais ce n’est que le premier tome, à voir pour la suite). Certes, j’ai passé un bon moment et l’intrigue était bien menée, mais il y avait quand même des défauts que je qualifierais « de jeunesse » qui se ressentent plus ici et qui donnent un petit coté bancal à l’ensemble.

On est dans un monde secondaire, avec un début d’industrialisation (à vapeur) et un univers inspiré de notre 19ième siècle.

Amaranthe Lokdon est une policière. Elle est bonne dans son boulot, toujours à l’heure, avec des records niveau chiffres. Mais malheureusement elle est une femme, donc elle sait qu’elle n’aura jamais d’augmentation car les femmes ne peuvent pas devenir officier. Elle est consciente que c’est déjà bien qu’on l’ai accepté, vu qu’elle est la seule femme à ce poste la de toute la capitale.
Quand elle voit son partenaire, un fonctionnaire gentil mais bedonnant, toujours en retard, jamais concentré et qui laisse passer des choses juste par flemme, être promu, elle est au désespoir.

Mais voila que le Régent de l’Empereur la convoque. Il lui dit qu’elle a l’air déterminée et que si elle accompli une mission pour lui, il lui accordera enfin sa promotion. Cette mission est d’arrêter Sicarius, l’ennemi d’état. Cet assassin, responsable de centaines de morts, sans pitié et qui fait peur à tout le monde, est soit disant de retour en ville après quelques années à l’étranger et il fait trembler tout le monde …

Alors qu’elle se lance à la poursuite de Sicarius, elle commence à se demander si on ne l’a pas juste envoyé en mission suicide. Car si depuis une dizaine d’année des centaines de fonctionnaires ont échoué à l’attraper malgré les gros moyens mis en oeuvre, pourquoi elle une simple femme sans qualification au combat y arriverait? Mais pourquoi le Régent voudrait-il sa peau alors qu’elle ne l’avait jamais rencontré avant ?

Rapidement la situation se complexifie. La jeune femme se retrouve au milieu d’une affaire dont les implications politiques la dépassent et elle décide de prendre les armes pour faire changer les choses.

Malgré le fait qu’on sent qu’il s’agit d’un premier roman sur certains points qui sont un peu trop précipités, trop faciles ou à la limite du bancal (je ne suis toujours pas convaincue sur l’une des réponses à nos questions), j’ai bien aimé l’ensemble du coté émotionnel. Heureusement je n’avais pas ressentit ce coté facilités dans Fallen Empire, donc ça veut dire que l’autrice c’est améliorée avec le temps.

Par contre la dynamique relationnelle entre les deux personnages principaux m’a beaucoup rappelé Fallen Empire avec le personnage masculin qui ne parle pas et celui féminin qui a du répondant tout du long. Et ce malgré que les personnages soient quand même différents sur leurs autres attributs (suffisamment pour qu’ils se distinguent).

On est sur de l’aventure très plaisante. Les personnages, en dehors de l’assassin ne sont pas des génies, mais ils font du mieux qu’ils peuvent avec la situation globale. J’ai bien aimé suivre la petite équipe qui se forme autour d’Amaranthe, malgré le fait qu’on doute vraiment de leurs capacités à remplir leur mission à certains moments (bande de bras cassés).

Amaranthe porte vraiment tout le roman. Son point fort est une capacité limite surnaturelle de se sortir de mauvaises situations en discutant avec les gens. L’autre personnage principal (dans le sens ou toute l’intrigue tourne autour de lui), le mystérieux assassin, Sicarius a beau avoir plein d’expérience, il n’est pas parfait pour autant. L’autrice lui donne une faille et j’ai bien apprécié ce qu’on apprend de lui.

Bref, on n’est pas sur de la « grande littérature », mais c’est léger, c’est fun et ça passe vite. C’est très distrayant, le temps passe à toute allure quand on est dedans. Il ne faut juste pas trop en attendre plus. Heureusement, c’était exactement ce que je cherchais après ma lecture précédente qui avait été une déception.




Ce livre entre dans le challenge S4F3

Un commentaire sur “The Emperor’s Edge, book 1 de Lindsay Buroker

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :