The Protectorate, book 1: Velocity Weapon de Megan E. O’Keefe

Orbit books, 545 pages, 2019, science-fiction

Dans ce livre on suit Sanda et Biran Greeve une frère et une sœur.

Les deux ont un bel avenir devant eux, Sanda dans l’armée, et Biran comme Keeper. Ceux ci habitent dans un système solaire en guerre.
Icarion et Ada se battent pour la possession de la porte spatiale, seul moyen à l’heure actuelle de voyager d’un système solaire à un autre. Icarion est une nation indépendante, alors qu’Ada n’existe que comme base pour la porte, tout ses habitants appartenant à Prime, ceux qui ont inventé le principe à l’origine.
Nos deux héros sont du coté d’Ada.

Icarion attaque directement Ada en passant par Dralee, un satellite naturel. Mais la manœuvre n’était qu’un piège et ils massacrent la flotte d’Ada. Sanda est touchée dans la perte de son vaisseau mais a le temps de s’enfuir dans son pod de survie.

Quand elle se réveille, elle s’aperçoit qu’elle est toute seule, chose déjà bizarre en soit. Et en plus elle est seule … dans un vaisseau aux couleurs d’Icarion …

L’Ai du vaisseau lui annonce que 230 ans se sont passé depuis la bataille de Dralee, et qu’elle en est la seule survivante. Elle lui annonce aussi qu’Ada a été totalement détruite par la nouvelle arme d’Icarion. Mais pire encore, que cette arme, mal calibrée et trop puissante, a emporté en même temps Icarion elle même avec, ainsi que la porte spatiale …

Cette arme ultime est la « Velocity Weapon ». En gros un peu le même principe que l’Amiral Holdo, à bord du croiseur Raddus dans « Les Derniers Jedi ». Le système solaire n’est plus qu’un champ de débris ou aucune vie n’a survécu …

Déjà cette partie la est intéressante et donne envie de lire la suite. Mais le plus intriguant dans cette histoire n’est même pas la.

Parce qu’en parallèle on suit aussi Biran, le frère de Sanda. Qui lui bien sur est toujours dans la temporalité d’origine, juste après la bataille de Dralee qui a détruit toute la flotte d’Ada. Celui ci est en train de devenir Keeper de Prime. Les Keepers sont un ordre chargé de sécuriser les données en rapport avec la porte spatiale, histoire d’en avoir le monopole.
Ils sont les seuls à savoir comment elle fonctionne grâce à leur implant mémoire.

C’est pour ça qu’ils s’appellent les Keeper, ils sont les gardiens de la connaissance nécessaire concernant les portes spatiales. Personne n’a la droit d’enseigner le fonctionnement de la porte directement. La seule connaissance vient de la puce qui est mise dans le Keeper quand il fini ses études. Et bien sur personne d’autre que les Keepers ne savent implanter correctement la puce, ce qui rend la connaissance en question protégée.

Biran devient donc Keeper juste au moment de la bataille.
Il devient le porte parole des Keeper d’Ada et Il va tout faire pour gérer la défaite et essayer de trouver un moyen de s’arranger avec Icarion. Biran est un personnage un peu double, car son vrai but est de retrouver sa sœur, et de sauver Ada, qu’il considère comme sa maison. Au final pour lui Prime est juste la carte avec laquelle il va jouer dans cette bataille.

Mais il joue contre la montre car l’autorité de Prime refuse normalement la moindre négociation. Ils savent aussi que maintenant qu’Ada n’est plus protégée, Icarion va surement les attaquer à nouveau et cette fois ci ils n’auront pas de défense …
Biran va devoir donc jouer contre son propre camp pour essayer que tout ne se termine pas en bain de sang. Il sait que l’ordre des Keeper préférerait voir Ada détruite définitivement plutôt que de diffuser ses connaissances. Et qu’ils détruiront de toute façon la porte si jamais elle est menacée.

La première question qui m’est venu à l’esprit pendant ma lecture était : mais si on connait déjà ce qui c’est passé grâce au personnage dans le futur, pourquoi nous faire suivre un personnage dans le passé? D’autant plus qu’à ce moment la un troisième personnage principal fait son apparition. Un personnage qui n’a rien à voir avec Biran de Sanda.
Jules est une jeune fille des rues sur une 3ième planète, en dehors du système solaire de Sanda et Biran. On la suit quand elle tente de récupérer(voler) avec sa bande d’ado un chargement de denrées qui pourraient se revendre cher.

Autant vous dire que tout ça n’est vraiment que la situation d’origine, et que celle ci va beaucoup évolue au fur et à mesure du livre.
On est vraiment sur un tome basé sur les révélations et les retournements de situation. Au final rien n’est ce qu’il semble l’être au début et le lecteur va passer par de nombreux états ou il croira avoir les réponses alors qu’en fait non, pas toujours totalement.

Malheureusement, une grande partie de mon avis a été influencé par le fait que je l’ai lu dans une mauvaise période et en LC. Du coup si je ne l’ai pas trouvé mauvais, je n’étais pas à fond dedans, vous l’aurez compris. A chaque pause pour attendre mon binôme, j’avais grand mal à me remettre dedans et j’ai fini par plus ou moins me désintéresser des personnages.

Du coup mon constat était que le personnage principal manquait un peu de personnalité sur le long terme. Il était un peu plat. D’un coté ça aide à s’identifier (j’aurais plus ou moins réagis comme elle, oui j’ai dit il depuis le début, mais c’est une femme),
Mais d’un coté ça manquait un peu de surprise, c’était un peu trop évident si on veut. Il allait toujours dans la direction la plus évidente.

Les deux autres personnages par contre ça passait mieux. J’ai bien aimé Jules même si il faut attendre la fin pour comprendre son lien avec les autres. Et contrairement à mon binôme qui l’a détesté, finalement mon personnage préféré était Biran, le frère de l’héroïne Sanda.

Certes c’est pas le personnage le plus actif qui soit mais il était touchant j’ai trouvé. J’ai bien aimé sa façon de systématiquement mettre toute sa vie et son avenir en danger pour sa sœur. Il est très engagé en fait. Sa famille passe avant tout, avant même son métier qu’on lui a enseigné limite comme dans une secte. C’est ce que lui reprochent ses supérieurs d’ailleurs.

Au final je ne peux pas vous en dire beaucoup plus car vraiment ici tout est lié aux retournements de situations multiple. Si vous aimez ce genre d’intrigue, qui se focalise moins sur les personnages, n’hésitez pas, c’est à mon avis un livre qui peut plaire à un grand public (il a d’ailleurs au beaucoup de succès dans le monde anglophone).

Je l’ai surement juste lu au mauvais moment, ou le fait de le lire de façon découpée en attendant entre chaque partie ne m’a juste pas convenue.
Ceci dit, malgré mon état d’esprit je l’ai quand même apprécié ce qui est un bon point.

Une dernière petite précision. Ce livre a été très souvent mis dans le sous genre de la SF militaire, parce que le personnage principal commence comme major dans l’armée. Mais finalement ça n’est pas du tout de la SF militaire, on est ici sur du pur space opera autour d’un gros mystère. Il n’y a vraiment rien de militaire (déjà vu que le personnage se retrouve seule à bord d’un vaisseau vide). Pas d’ordre, même pas le moindre combat, bataille, ou autre dans tout le roman …
Bref, je ne comprend vraiment pas cette qualification. C’est sans doute à cause des personnes qui ont juste lu le résumé dans lequel c’est précisé que le personnage principal est dans l’armée et l’ont mis la par défaut.




Ce livre entre dans le challenge Summer Star Wars IX

2 commentaires sur “The Protectorate, book 1: Velocity Weapon de Megan E. O’Keefe

Ajouter un commentaire

  1. J’en ai lu moins d’un quart quand il est sorti, et je n’ai pas du tout accroché. FeydRautha est allé un peu plus loin que moi avant d’abandonner lui aussi, il me semble. Je pense que ce n’est pas du tout un livre pour des lecteurs dans notre genre, mais il a visiblement des arguments à faire valoir pour d’autres profils de lectrices ou de lecteurs. La note sur Goodreads n’est pas terrible, ceci dit (3.82 sur près de 2000 notations). Merci pour ta critique !

    J'aime

    1. La première grosse révélation arrive à la moitié environ. Et ensuite ça enchaîne tout du long, et l’intrigue part dans une direction totalement différente du début (sur le secret des portes et de l’organisation qui les gèrent).
      Ça fini aussi en cliffhanger en nous donnant encore une info supplémentaire à la toute fin qui change encore la donne.

      Mais c’est vrai que ce n’était pas du tout le livre que je pensais quand je l’ai ouvert, ce qui explique peut être le fait que j’ai moins apprécié.

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :