The Seventh Perfection de Daniel Polansky

Tor. com, 176 pages, 2020, Fantasy

Un texte très particulier. A la limite de l’exercice de style.
Malgré un final raté pour moi, j’ai tout de même bien aimé ma lecture.

En fait pour ceux qui connaissent on est dans le même genre que le roman La Chute de Albert Camus.
Pour ceux qui ne connaissent pas il s’agit d’un classique ou on n’a que les paroles et les pensées d’un homme. Il s’agit de sa confession sur une série d’événements. Qu’est ce qu’il y a de bizarre la dedans? Le fait que c’est fait de telle façon qu’on n’ai qu’un immense monologue. Mais pas dans le sens de déclamer ou donner son avis, non, juste que toutes les parties concernant les autres personnages, que ça soit les dialogues ou le reste a été coupé. On a donc des dialogues, mais ou on ne lit que ce que dit le personnage, jamais ce qu’on lui répond ou ce qui se passe à coté.

Bref, ce texte ci est l’inverse. Le personnage principal a un don : celui de pouvoir se souvenir parfaitement de tout ce qu’on lui dit.
Et du coup l’entièreté de ce texte n’est que ça : tout ce qu’on lui dit. Comme ci on ne faisait que réciter sa mémoire, comme si tout ce qu’on lui disait était écrit dans un fichier texte et que le récit était celui de quelqu’un qui ouvrait le fichier et le lisait. On a donc coupé tout le reste : descriptions, pensées, paroles du personnage principal. D’ailleurs le personnage principal est du coup totalement exclu de l’ensemble, même si il est au cœur de tout.
Et malgré tout ça on arrive parfaitement à comprendre la situation et à avancer dans l’intrigue.

Pour ce qui est de l’intrigue ils s’agit d’une enquête. Comme le texte est court je ne vais pas trop vous en dire.
Manet est une jeune femme prometteuse. Elle a acquis les 7 perfections. Depuis elle est devenu la « mémoire » du Dieu-Roi. Comme je l’ai dis avant elle a une mémoire parfaite de toutes les paroles qui lui sont dites. C’est son titre et sa fonction est d’aller enquêter et de résoudre les différents problèmes du pays.

Sa mission cette fois ci est une mission un peu spéciale, en effet il s’agit d’une enquête non officielle. Quelqu’un lui a envoyé un artefact qui était très à la mode lors de l’arrivée au pouvoir du Dieu-roi il y a une 20ène d’années. Il s’agit d’une boite qui fait apparaître un hologramme de la personne aimée. A l’origine il était utilisé pour offrir et était très cher mais il est passé de mode  depuis et maintenant on n’en trouve que dans les bazars, pour les collectionneurs.

Et Namet a très bien reconnu la personne dedans, il s’agit de sa mère, dont elle a perdu tout contact en entrant, enfant, à l’académie pour obtenir ses perfections. Mais le problème c’est que cette personne est aussi d’une des compagnes de révolution du Dieu-roi, avant que celui ci devienne un Dieu. Et cette personne, maintenant révérée comme étant une grande figure du pays, qui a même son jour férié, est censé être morte au même moment que l’assertion du Dieu-roi.
Hors il y a un calcul impossible la, vu qu’elle n’était pas née quand le Dieu-roi a prit sa place …

La jeune femme commence donc une enquête dans les secrets des bas fonds de la religion et du pouvoir … à ses propres risques …

Bref, l’ensemble était vraiment bien fait.
Au final la seule chose que je lui reproche c’est que l’auteur a peut-être donné trop d’indices sur la fin avant la fin. Et comme pour moi c’était évident que ça allait mener à ça, même si ça n’avait pas été dit, j’ai été vraiment déçue du final. J’avais l’impression de ne pas avoir eu la révélation que j’attendais …

C’est dommage parce qu’on a vraiment l’impression que tout l’ensemble du texte n’est qu’une avancée inexorable vers ce point la. Une montée en tension constante tout du long.
Ceci dit le final a quand même pas mal d’implications qui expliquent notamment le style et qui donnent une autre image à l’ensemble.

Malgré cela j’étais bien prise dedans et je l’ai lu en une journée. Malgré son style particulier on arrive à s’identifier à l’héroïne. On la voit patauger, tenter le tout pour le tout, et ce sans jamais savoir ce qu’elle pense, ou ce qu’elle dit. L’auteur arrive bien à nous captiver dans sa quête sur son passé.

Un autre point que j’ai bien aimé c’est qu’il ne s’agit pas d’un roman totalement fantasy. Forcement avec ce style on n’a pas de descriptions ou d’éléments concrets sur le monde/background, mais il y a certains points qui me laissent à penser qu’on est sur un monde bien plus développé que ce qu’on pourrait imaginer. Limite à certains moments, je pensais être dans un monde de science fiction. Ceci dit comme c’est du sous entendu, on n’a pas vraiment de confirmation de la chose.

Difficile dans ce genre de textes bien spéciaux d’en dire plus. En tout cas je ne regrette pas de l’avoir lu.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :