Rivenworld, book 1: Dragon Mage de M.L. Spencer

Stoneguard (auto édité), 986 pages, 2020, Fantasy


Cette chronique a un peu traîné du au fait que je me suis longtemps interrogée sur ce que je vais pouvoir vous en dire. Le livre est en fait composé en fait de 3 parties limite indépendantes à la suite qui racontent 3 passages de la vie des deux héros.

Et le problème c’est que le résumé VO du livre nous raconte en fait l’intrigue de la troisième ! Un bon gros spoil quoi, pour moi. C’est clairement du au fait que les deux premières parties sont des passages importants pour l’évolution des personnages, mais peu pour l’intrigue principale. On est dans ce gros pavé sur l’histoire d’une vie, ou d’une partie d’une vie du moins, d’où ma difficulté à vous en parler sans parler de la fin, tout en essayant de vous donner envie de le lire …

Du coup … De quoi ça parle?

Aram est un jeune garçon pas comme les autres dans son petit village de pécheurs. Il n’a pas d’ami, et les autres enfants n’interagissent que pour l’embêter. Il aimerait bien avoir des amis mais c’est un peu impossible. Aram est différent, certains adultes disent qu’il est lent et il a vraiment des difficulté à se faire à la vie sociale.
Mais pour nous lecteur il est évident dés les premières lignes qu’Aram est en fait juste autiste. Mais dans leur monde ce terme n’existe pas, il n’existe pas de place pour les enfants différents. Aram est aussi différent pour une autre raison : il a un don. Il voit « en couleur » les âmes des personnes. Suivant le caractère de la personne en question, son âme aura une couleur différente. Ce don l’aide à éviter ceux qui ne lui voudront que du mal et à favoriser les personnes bonnes. Ce don lui vient du fait qu’il a dans le sang de ‘l’ancien sang » un sang que les sorciers de ce monde recherchent avec passion …

L’histoire commence quand un barde arrive, il est annoncé depuis plusieurs jours et tout le monde au village est surexcité de son passage, un fait rarissime dans un lieu si reculé.
En plus on raconte partout qu’il fait cette tournée dans le but de se trouver un apprenti, et donc tout les jeunes du village veulent tenter leur chance.

Aram est la seul à ne pas être excité. Il déteste l’agitation, il déteste aussi être au centre de l’attention.
En fait la seule chose qui le calme se sont les nœuds. Il est passionné et les collectionne depuis des années. Il est d’ailleurs le seul garçon du village à vraiment se voir pêcheur une fois adulte, car c’est un métier dur qui rebute en général par la solitude qu’il génère. Mais pour Aram ça serait parfait, juste lui, la mer, et les nœuds.

Bref, dans l’excitation des préparatifs, Aram n’est pas aussi discret qu’il voudrait l’être et un groupe de garçon plus âgés en profite pour l’isoler et se défouler sur lui.
Il est sauvé par Markus, un autre enfant plus âgé que lui. Markus qui est aussi l’autre exception du village, mais Aram est le seul à le savoir. Parce qu’en fait Markus n’a pas de couleur, son âme est transparente.

A partir de cet événement, Markus et Aram vont faire de la route ensemble, car ils sont tout les deux spéciaux et qu’ils vont se faire remarquer de forces qui auraient du ne jamais poser les yeux sur eux …

Je n’ose pas vous en dire plus pour ne pas spoiler la première partie, mais vous savez déjà (vu la couverture) que leur futur va comporter des dragons !

Je ne peux pas non plus trop vous parler du monde et de la mythologie car c’est aussi quelque chose qu’on découvre au fur et à mesure, avec à chaque fois des retournements de situations qui nous font voir un autre coté qu’on ne connaissait pas.

Ce que je peux vous dire sans spoiler est assez simple : le village des deux jeunes homme appartient à un Empire. Celui ci fait face à une menace venant d’un plan parallèle peuplé de créatures affamée qui déchirent des fois la réalité et menacent la vie des humains qui se trouvent sur leur passage.

Malheureusement ils ne sont sensible qu’à la magie et le gros problème c’est sur les mages de l’empire n’ont pas de réserve de magie. Ce sont des humains « normaux », vides. Ceux qui ont de la magie sont ceux du sang ancien. Mais à force de traquer le sang ancien, celui ci a pratiquement disparu.

Je n’ai pas précisé : pour pouvoir utiliser la magie les mages humains doivent piocher dans la force vitale sous forme liquide des personnes du sang ancien. Leur technique pour obtenir le précieux liquide : ils les enferment dans les sous sol de leur académie de magie et les torturent pendant des années pour extraire la force vitale que ceux ci expulsent naturellement lorsque leur corps se croit en train de mourir…
Un destin que personne ne souhaite même à son pire ennemi.

Une fois ceci expliqué vous comprendrez que je précise que certains passages sont assez durs pour le moral et qu’on n’est pas sur une intrigue joyeuse. La vie de Aram et Markus se verra parsemée de moments très difficiles à supporter qui crèveront le cœur de pas mal de lecteurs.
Pour autant on n’est pas sur de la dark fantasy, on reste sur un monde ou l’espoir est permis et où on peut encore lutter contre ces fléaux. Par contre l’auteur n’hésite pas à faire mourir ses personnages.

L’ensemble est de la fantasy très classique. Finalement en dehors du coté différent du protagoniste principal, on est sur une fantasy d’apprentissage où nous allons suivre les déboires de deux jeunes hommes venant d’un coin perdu et qui vont se retrouver au cœur d’une bataille qu’ils ne comprennent pas et qui implique le monde entier et au delà

On a des stéréotypes bien sur, comme le fait que les ennemis soient vraiment maléfiques, même si leur but est identifié.
On suit d’ailleurs d’autres personnages que les deux héros, dont un qui est un sadique de première qui adore pouvoir de faire mal aux autres quand ça lui apporte un bonus. J’avoue que j’ai des fois trouvé que ses interventions dans la dernière partie du roman ne servaient pas à grand chose dans l’histoire, si ce n’est pour augmenter un peu artificiellement le coté dramatique de l’ensemble.

Un autre petit reproche serait le fait qu’au final peu de personnages secondaires sont vraiment développés. Ils ne sont la que pour interagir avec les deux héros et ils restent un peu statique dans leurs rôles.

Malgré cela on reste sur une lecture très solide et touchante. Les héros apprennent leurs leçons de façon chèrement payée et c’est à se demander des fois comment ils restent sain d’esprit. 

Ça n’est pas parfait, bien sur, mais ça se lit tellement bien ! J’ai terminé ce pavé de 1000 pages en 3 jours. Et ce sans me forcer, sans avoir l’impression de ne faire que lire. L’ensemble est vraiment fluide et prenant.

Je dirais que c’est vraiment une lecture satisfaisante dans l’ensemble, je ne regrette pas de l’avoir sorti !

6 commentaires sur “Rivenworld, book 1: Dragon Mage de M.L. Spencer

Ajouter un commentaire

  1. Ouah le système de magie est très sombre :O
    Je suis curieuse de voir comment les personnages peuvent réagir à ça! Malheureusement, je ne me sens pas encore prête à lire un si gros livre en VO 😅

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :