Witchmark de C.L. Polk

Tor Books, 318 pages, 2018, Fantasy

Nous sommes dans un monde qui s’inspire fortement de l’Angleterre Edwardienne visuellement et niveau Histoire. Ce livre est un tome indépendant mais faisant parti d’un cycle plus grand qui continue à être étendu (le Cycle Kingston).

Miles Singer est médecin. Mais il est aussi un vétéran qui n’a pas pu terminer son service car il a été capturé par l’ennemi et torturé. Il fini donc son contrat en dehors de la ligne de front, au pays, dans un hôpital de guerre en soignant des soldats. Il est le chef de l’aile psychiatrique de l’hôpital. Quand commence l’intrigue la guerre est tout juste terminée et on annonce le retour de très nombreux soldats. On lui demande de libérer 10 places pour les nouveaux arrivant qui vont surcharger tout les services.

Mais Miles cache un secret : il est touché par la magie. En réalité il est né dans la noblesse et a eu le malheur d’être déclaré secondary.

Un secondary est un mage dont on considère la magie inutile et donc dont le seul rôle est d’être lié par un mage primaire pour que celui ci pioche dans la magie du secondary pour augmenter ses pouvoirs. En gros un secondary est l’esclave de son primaire, en général ils finissent par devenir les secrétaires, servants, ou amant de leurs primaires, sans avoir le choix de leur partenaire.

Il faut savoir que le pays ou se passe l’action ne survit que grâce aux primaires. Ceux ci sont ceux qui possèdent la magie météorologique (faute de trouver un meilleur mot en français). En effet leur pays a pour le grand public une météo parfaite, et c’est ce qui l’a enrichi en comparaison de ses voisins qui subissent des tempêtes énormes ou des climats très durs. 

Mais le secret c’est que si c’est le cas, c’est uniquement grâce aux mages du climat. A longueur d’année ils entretiennent le temps clément de leur pays, renvoyant ce qui ne va pas chez les voisins. Le truc c’est qu’ils ne peuvent pas se permettre d’arrêter, car le retour à la normale passerait par un climat extrême qui condamnerait le pays à une période très difficile et entraînerai des milliers de morts.

L’aristocratie a donc mis en place tout un système pour faire en sort que ses mages primaires soient au cœur de tout et les plus puissants.

Mais Miles a décidé que ça ne serait pas son destin. Sa magie est lié au vivant, c’est la magie de la guérison. Il veut soigner, être docteur est plus une passion qu’un métier. En plus il est plus puissant au niveau de la magie brute que sa petite sœur, celle qui devait être sa primaire.

Malheureusement Miles a de plus en plus de mal à cacher ce qu’il est. Un patient dévoile ses capacités et le voici au cœur d’une affaire qui pourrait mettre sa vie en danger …

Franchement c’était une lecture vraiment très agréable, très charmante. Une petite fantasy victorienne avec ses codes classiques mais qui marche vraiment bien. J’avais vraiment l’impression de lire un mélange entre un roman historique et un livre de fantasy. Je l’ai dévoré en deux jours, sans voir le temps passer.

Miles est un personnage plein de compassion. Son principal intérêt est la guérison de ses patients. Finalement ce qui l’embête le plus est de ne pas pouvoir continuer sa mission, et il a peur d’être obligé d’abandonner.

Même si le livre est aussi classé en romance M/M, j’ai trouvé celle ci vraiment très légère, basé sur l’apprentissage de la confiance dans un contexte difficile, et pas du tout sur le coté physique (ne cherchez pas de scènes de popotin, il n’y en a pas). Jamais les personnages ne tombent en pâmoison, ou sortent des déclarations enflammée sur leur amour. Il n’y a pas non plus de rebondissement de situation dans la romance, pas de « je t’aime moi non plus ». Du coup l’ensemble était très léger, très fun, et bien dosé pour moi.

Les personnages sont très attachants. L’intrigue m’a fait aussi passé un excellent moment. Que demander de plus?
Alors certes on n’est pas parmi les livres les plus originaux, et il ne faut pas non plus chercher à être impressionné, mais pour une lecture détente c’était parfait, et bien prenant.

Je ne regrette pas de l’avoir sorti !

2 commentaires sur “Witchmark de C.L. Polk

Ajouter un commentaire

  1. Je l’ai lu il y a longtemps à sa sortie. Mais j’avoue que j’ai dû avoir le même sentiment parce que je ne me le rappelle pas en mal mais je ne me rappelle plus du tout non plus de l’histoire, donc ça ne devait pas être extraordinaire non plus

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :