Time Salvager, tome 1 de Wesley Chu

OutreFleuve, 528 pages, 2021 (2015 Vo), Science-fiction

Une lecture avec un coté un peu trop classique dans son traitement des personnages, mais qui n’en reste pas moins vraiment intrigante et avec un bon worldbuilding qui donne vraiment envie d’en savoir plus.

Du coup de quoi ça parle :

Nous comme très loin dans le futur.
Après des années de guerres successives, la Terre n’est plus qu’une ruine dévastée. Elle est très difficilement habitable, fortement polluée et hautement toxique, bref vraiment pas un endroit où on a envie de vivre.

Heureusement, les humains se sont éparpillés dans tout le système solaire. Ce sont des milliers d’habitats diverse qui survivent et ou vivent maintenant la très grosse majorité des humains.
Mais en fait c’est un monde qui ne survit que grâce aux voyages dans le temps.

Le rôle des Chronmen, les voyageurs du temps, est de récupérer les ressources, matériels et autres biens technologies du passé dans les moments du passé où les habitants n’en ont plus besoin.
En effet il n’est pas question de changer le cours du temps, ça serait catastrophique.
C’est donc toujours pendant des catastrophes, au milieu de batailles qui font encore rage ou juste avant des accidents/attentats documentés qu’ils sont envoyés. De la ils doivent récupérer le combustible ( en général ou le générateur, ou autre élément de ce genre) et revenir avant que la situation devienne vraiment mortelle.
Ces éléments servent à l’humanité à survivre encore quelques années de plus dans l’espace.

Mais c’est un système qui montre ses limites. Le passé n’a que des ressources limités à offrir finalement. Que se passera-t-il quand on les aura toutes prise? Car en plus de ça, c’est toute la connaissance générale qui régresse fortement depuis quelques centaines d’années et tout a fini par se perdre. On sait toujours utiliser un générateur, mais plus en fabriquer.
C’est un des sujets principaux du livre.

Nous suivons (entre autre) James, un des fameux Chronmen. C’est un métier très difficile mentalement, car il consiste en égoïstement voler le passé sans aider les gens, alors qu’on en aurait les moyens si on le voulait vraiment. Il est difficile aussi physiquement bien sur, car nombreux sont les Chronmen a ne jamais revenir de mission.
La principale mortalité des Chronmen reste cependant le suicide.

Désabusé, frustré, James est pourtant l’un des meilleurs de son temps.
Sans pitié il reste spectateur des pires catastrophes du passé. Il assiste à la mort de célébrités, de grand noms, ou d’anonymes. Souvent même il précipite leurs morts car un vaisseau sans générateur n’en a plus pour bien longtemps (même si ils seraient morts de toute façon même sans le vol du Chronmen).

Et puis un jour il craque.
Alors qu’il est sur une mission concernant une base secrète du passé qui contient un des derniers générateurs tant recherchés disponibles, il s’attache à une de ses collègues.
Et il lui sauve la vie en l’embarquant avec lui dans le futur …

Mais évidemment, cette action hautement interdite fait de lui l’homme le plus recherché de tout le système solaire.
Mais pas que pour cette raison en fait, parce que la société qui avait payé les Chronmen pour aller chercher le générateur ainsi que divers objets sur la base trouve d’un coup extrêmement intéressant qu’il ai ramené avec lui l’une des meilleures biologistes de son époque …

C’est à partir de la que les différents personnages que nous suivons vont découvrir à quel point le système dans lequel ils avaient mis toute leur foi est corrompu et avoir un aperçu des machinations qui se cachent sous sa surface.


Pour moi ce qui fait vraiment le charme de ce livre est son univers. Visuellement c’est épatant et les problématiques abordées du pouvoir des Chronmen m’ont vraiment bien plu. Contrairement à ce qui est classique dans le genre, ici on ne traite pas du tout le coté « modification du passé » ce qui change et évite les écueils des paradoxes temporels.
Je n’hésiterai pas à qualifier le background de grandiose. On est sur un principe que j’ai trouvé convainquant et bien ficelé.

Ce premier tome nous lance l’ensemble, et du coup on passe beaucoup de temps où les personnages principaux ont d’autres préoccupations que l’intrigue principale. Celle ci, enfin celle qui à mon avis le sera dans les tomes à venir du coup, n’est encore qu’une trame de fond qui n’est pas au devant des événements de ce premier tome. En gros un tome charnière qui fait évoluer tout les personnages vers une disposition qui leur permet à la fin de lancer l’intrigue principale.

J’avoue que j’étais frustrée avant d’arriver au final, parce que certains points qui m’intéressaient particulièrement restaient vraiment très mystérieux sans qu’on en sache plus. Mais heureusement le final fait bien avancer les choses et donne vraiment envie d’en savoir plus. C’était de la bonne frustration en gros.

Au niveau des personnages il faut avouer qu’au départ James n’est pas forcement le personnage le plus charismatique qu’il soit. Durant la majorité du livre il ne respire pas la joie de vivre et il est finalement plus un tueur qu’un sauveur. Il a l’habitude de se servir sans regarder qui il condamne derrière.
C’est aussi un personnage un peu pathétique. C’est un solitaire déprimé, et son métier l’a fait entrer dans un moule qui n’en fait pas un être humain très agréable. Il est très égoïste et des fois a des comportements limite enfantins tellement il n’a pas idée de comment vivre en société avec d’autres personnes. Sa vie entière a été une immense compétition et il a du mal à sortir de cette mentalité.

C’est bien plus un anti héros qu’un héros, même si il voudrait le devenir pour la femme qu’il a sauvé. C’est justement l’un des sujets du livre aussi : le voir évoluer petit à petit et changer.
Mais j’avoue que ce traitement de personnage masculin ne m’a pas particulièrement séduite même si j’avais un peu de compassion pour lui. Pendant une bonne partie du roman ça fait très roman à l’ancienne où la place des femmes n’est la que parce que l’homme en a décidé ainsi.

Heureusement plus le livre avance, moins on suit ce personnage. Et je pense que c’est ça qui a sauvé le livre d’une certaine façon parce que je sens que si on avait continué ça m’aurait vite lassé. Le personnage qui lui vole la vedette est justement Elise, la biologiste qu’il a sauvé.

Comme je le disais au début, ce traitement classique des personnages fait que j’ai eu du mal à m’attacher aux personnages pendant la très grosse majorité du livre. C’est un peu son point faible.

Il n’empêche que j’ai bien été prise dedans. Je l’ai lu rapidement et j’ai trouvé l’univers vraiment sympa. Ce mélange entre technologies hyper avancées et Terre post apocalyptique en ruine fait un bon contraste.

Je lirai la suite avec plaisir, malgré le fait que ça ne soit pas une totale réussite.





Livre reçu en SP via Netgalley de la part de l’éditeur, Fleuve.

16 commentaires sur “Time Salvager, tome 1 de Wesley Chu

Ajouter un commentaire

    1. J’avoue que j’ai tellement pas aimé the mortal instruments (la première trilogie, que j’ai quand même lu jusqu’au bout, je ne sais pas ce qui m’a pris lol), que je n’ai jamais lu rien d’autre dans cet univers. Je ne savais même pas qu’il y avait une partie SF dedans.

      J'aime

  1. Je ne savais pas en commençant que c’était une duologie, du coup je pense que ça a joué sur mon appréciation moyenne du titre.
    J’ai trouvé le début entraînant, puis que ça tardait à démarrer et quand ça arrive il manque encore quelque chose. En gros ça plante juste le décor mais comme je ne savais pas qu’il y aurait une suite, j’ai trouvé que tout se précipitait pour au final pas grand chose 😅
    Du coup, je ne pourrai donner pleinement mon avis qu’après le tome 2 où j’espère voir l’auteur développer le rôle des héros, de la corporation, de l’écologie avec la Terre en danger, etc

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :