The Common, book 1: Stormblood de Jeremy Szal

Gollancz, 544 pages, 2020, Science-fiction

Malgré certains éléments intéressants et qui sur le papier auraient pu donner une bonne lecture, je ressors de ce livre avec le sentiment de ne pas avoir eu ce que j’en attendais. Pour parler plus clairement : c’était bof.
Malgré tout, ça n’était pas suffisamment mauvais pour ne pas me donner une petite envie d’en savoir plus et de lire la suite. (si j’ai le courage un jour)

On est sur un livre d’action / enquête de science-fiction.
Pour donner une idée du genre on est sur un mélange entre le coté bourrin de la série de Jamie Sawyer Lazare en guerre et le coté enquête d’un cyberpunk.

Vakov Fukasawa est un ex-Reaper, soldat bio-amélioré qui a combattu pour Harmony dans sa guerre contre un empire qui cherchait à les envahir. Mais cela fait plusieurs années que la guerre est terminée et Vakov a perdu toute confiance en Harmony. Il a le sentiment qu’on l’a abandonné, lui et tout les anciens combattants, les laissant se débattre avec leur augmentation qui fait de leur vie un enfer.

En effet on lui a injecté à l’époque un produit, appelé stormtech, issu d’un ADN alien d’une race disparue. Cette augmentation rend la personne plus forte, lui confère des capacités comme être plus rapide, voir plus loin et plus précisément, mieux entendre, avoir plus d’énergie et ne plus devoir dormir, elle a comme une vie propre et fait en sorte que son hôte survive même aux pires blessures.
Mais le plus important c’est qu’elle rend son hôte accro à l’adrénaline et à la violence.

En gros des avantages immenses pour des soldats contre un adversaire sans pitié, mais plus du tout quand on doit revenir à la vie civile …

Le problème en plus c’est que c’est un un produit irréversible. Il n’y a aucun moyen de s’en débarrasser une fois qu’on l’a dans son corps. Tout au plus, après une intense et longue thérapie peut on en diminuer un peu les effet indésirables.

Mais le pire la dedans c’est que la formule de fabrication a fuitée. Et maintenant, des années après la fin de la guerre, elle inonde le marché de la drogue partout où les humains se sont installés. En effet, prise en petite dose elle est hautement addictive. Mais elle rend ses utilisateur violent, vu qu’ils deviennent aussi accro à l’adrénaline.

C’est dans ce contexte général qu’on suit Vakov. Celui ci est devenu un voleur mercenaire. Contre de grosses sommes d’argent, il prend des risques pour récupérer les objets qu’on lui demande de récupérer, aidé par un ami hacker. Cette façon de se mettre en danger régulièrement permet à Vakov de satisfaire la soif d’adrénaline de son parasite.
Malheureusement ça n’a pas que des avantages, parce que Vakov est clairement un accro. Il prend des risques inconsidérés souvent inutiles juste pour avoir sa dose.

Alors qu’une mission part un peu en cacahuète et où il se retrouve pourchassé par toutes les troupes d’une des plus grosses mafia du coin après un cambriolage foiré, Vakov est « sauvé » par une équipe de la police d’Harmony.
Mais celle ci ne le fait pas juste pour le plaisir, ils ont besoin de lui.

En effet ils sont sur une enquête sur une série de morts suspectes parmi les utilisateurs de la Stormtech. Il semblerait que quelqu’un ai empoisonné les stock des centre de reconversion d’Harmony, les centres qui servent à aider les anciens soldats qui n’arrivent plus à gérer leur Stormtech. Et pas que ça, le poison semble aussi commencer à toucher la population de camés civile. De plus en plus d’utilisateurs tombent morts juste après avoir pris une dose.

Mais la vous vous demandez surement pourquoi Harmony a besoin de l’aide de Vakov spécifiquement.
En fait ils ont juste besoin de quelqu’un qui ne soit pas rattaché à eux, un civil qui puisse aller la où eux ne peuvent pas. Si ils pouvaient ils auraient mis une personne sous couverture, mais la le temps se fait bien trop court car les morts s’accumulent …

Ils ont choisi Vakov parce que sur les caméra de surveillances des entrepôts des centre touchés ils ont pu identifier son frère en train d’entrer illégalement. Vakov n’a pas eu de contact avec son frère depuis avant la guerre, principalement parce que celui ci désapprouvait le fait qu’il y participe, et en plus parce qu’il se jugeait trop dangereux à fréquenter avec ses brusques poussées de violences, surtout juste après la guerre.
Mais il a juré de le protéger, il est donc obligé de suivre Harmony avec pour principal objectif de le disculper …

Voila pour ce qui est de l’intrigue !

Pour ce qui est de la réalisation, j’avoue que je suis déçue.
Pas que ça soit mauvais en soi, il y a des thèmes et des sujets touchants et intéressants. Mais j’ai trouvé que c’était noyé dans la violence du fait qu’on suive un Vakov de plus en plus accro et donc qui multiplie les combats et les prises de risques, même si il est conscient que c’est son parasite qui parle et pas lui.
Il y a clairement une descente aux enfers pour le personnage, il est vraiment pris dans une boucle qui l’oblige à aller de plus en plus fort à chaque fois. Résultat la seconde moitié était peut être un peu trop marqué ‘action’ à mon gout, malgré de bonnes révélations et découvertes.

Si on lui retire la Stormtech Vakov est un autre homme. On le sent calme, posé, pacifiste. Il cherche a faire le bien et ne s’attaque jamais à ceux qui ne le méritent pas. Il tente en permanence de se maîtriser, que la Stormtech ne fasse pas de lui un décérébré qui ne parle plus qu’avec ses poings et ses armes. On assiste spectateur à cette lutte de tout les instants en étant triste pour lui. Triste de voir à quel point il est influencé malgré ses bonnes résolutions.
Résultat ça ne donne pas une ambiance très joyeuse à l’ensemble, vous imaginez bien.

Le contexte général était sympa sinon, avec les multiples facettes de l’intrigue et du monde qu’on découvre au fur et à mesure.
Malgré le fait que ce n’était clairement pas une super lecture, l’ensemble m’a suffisamment intrigué pour que j’ai tout de même envie de lire la suite pour en savoir plus sur les conséquences et voir comment la situation finale énorme peut évoluer dans le futur.

2 commentaires sur “The Common, book 1: Stormblood de Jeremy Szal

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :