Rook & Rose, book 2: The Liar’s Knot de M.A. Carrick

Orbit books, 672 pages, 2021, Fantasy

Un second tome toujours aussi prenant, vraiment dans le même esprit que le premier.

L’intrigue de ce second tome commence un peu sur un temps mort après les événements du premier tome.
Les personnages pensent enfin être un peu tranquille après la destitution de la Maison Indestor et la levée de la malédiction posée sur les membres de la Maison Traementis. Celle ci adopte donc officiellement Ren, leur soit disant nièce perdue, parmi les leurs, en inscrivant son nom dans leurs registres.

Bien sur, nous lecteur savons que Ren n’est pas du tout membre de la famille, mais qu’elle est une arnaqueuse des bas fond de la ville qui a monté le coup ultime, et a réussi son coup.

Tout semble au début bien se passer, si on exclu les menaces des membres survivants et déchus d’Indestor qui, même si ils ne font plus officiellement parti de la noblesse, trouvent le moyen de se frayer un chemin dans le milieu grâce à leurs connaissances.

Le principal but des Traementis maintenant est de trouver un moyen de restaurer le sceau magique qu’un de leurs ancêtres à détruit et qui servait à rendre potable les eaux de la rivière qui traverse la ville. Cette destruction est historiquement le fait qui les a fait exclure des 5 familles dirigeantes de la ville et a précipité leur déchéance.
Si ils arrivent à le remettre en place, leur place sera définitivement retrouvée et ils pourront s’agrandir et prospérer à nouveau.

Mais à partir de la les choses commencent à devenir bizarre.
Tout ce qu’entreprennent Ren et ses alliés est victime d’accidents. De sabotages peut être? C’est la première chose qui vient en tête, mais en fait non, impossible. Les événements sont trop aléatoires, jamais lié à une erreur humaine ou du moins quelque chose qui puisse être déclenché par la main humaine. 

Ren, aidée par The Rook le justicier masqué, par Vargo le boss de la mafia devenu noble, et par ses amis et la famille Traementis, vont devoir trouver d’où viennent les problèmes, avant que leur remontée soit compromise …

Franchement, j’ai essayé de vous faire un résumé, mais je n’en suis pas vraiment satisfaite. L’ensemble est tellement riche et part dans plein de directions différentes que j’ai du zapper les 3/4 de ce qui fait l’intérêt de ce tome dedans histoire de garder ça simple et éviter d’embrouiller tout.
Sachez donc que je n’ai à peine souligné le squelette de l’ensemble dedans.

Comme dans le tome précédent je dirais que si je devais lui trouver un point faible ça serait la façon dont est traité la magie. On a un système très complexe de plusieurs magies différentes, et aucune des trois magies qu’on voit ici n’est vraiment expliquée. Je comprend que ça n’est pas forcement possible d’expliquer en détail l’ensemble (vu qu’elles sont très technique), mais du coup des fois ça fait un peu charabia dans certaines parties.
Ça me donne aussi l’impression qu’à n’importe quel moment on pourrait faire un truc qu’on n’a pas mentionné avant qui va résoudre l’ensemble de façon « magique ».
Heureusement ça n’a pas été le cas dans ce tome, mais en fait je crois juste que je n’aime pas quand un système magique reste flou, je n’aime pas ne pas pouvoir m’imaginer ce qu’il est possible de faire avec. Ça donne l’impression de ne pas vraiment comprendre les tenants et les aboutissants, et de ne pas vraiment suivre le personnage dans ses réflexions qu’on il est question de magie.

Bref, c’est personnel comme impression, et heureusement j’ai trouvé que ça donnait moins cette impression d’être perdu dans ce tome ci comparé au précédent. Du coup c’est un peu moins un point faible qu’avant, mais ça reste présent.

Après avoir bien râlé, passons au positif, et le roman n’en manque pas.
Pour moi le principal intérêt de ce tome, et ce qui me l’a rendu si agréable à lire et prenant (plus même que le premier), a été le coté relationnel entre les différents personnages.

Dans le premier tome, en dehors de certains passages et de l’association Vargo/Ren, les différents personnages ont des intrigues assez indépendantes. Mais surtout chaque personnage garde ses secrets et donc agit seul de son coté.
Mais dans ce tome c’est le temps du rassemblement. Les secrets sont progressivement dévoilés, les personnages finissent par se tourner du même coté vers un but commun, malgré leurs différences et leurs actions passés.

J’ai vraiment aimé la façon dont les différents personnages se tournent autour de façon de plus en plus rapprochée. C’est un peu un jeu du chat et de la souri, où chacun essaye de préserver ses secrets tout en préservant ses relations d’intérêt avec ses alliés.

Et j’adore cette façon de traiter les intrigues. Cette complexité de l’ensemble, créant un dédale de possibilités toutes traités de façon subtiles. Au final l’intrigue générale fait plus penser à une tapisserie ou chaque fil est lié à un autre qu’à un seul trait linéaire qui se déroule tout du long.
C’est pour ça aussi que c’est difficile à résumer, parce que c’est un ensemble d’une foultitude de détails qui ont chacun leur importance et qui se mélangent tout au long du récit.

Je pense que sur ce point, la complexité du background et le coté un peu dédale des relations entre chaque personnage principal ou secondaire qui évoluent tout le temps et sont toujours en mouvement, cette série est l’une des meilleurs que j’ai lu ces dernières années.
Je comprend aussi que ça ne soit pas pour tout le monde. Mais si vous aimez les intrigue de court, un background très évolué et complexe, et des personnages attachants qui tournent les uns autour des autres, n’hésitez pas à donner sa chance à la série !

Dans l’ensemble c’est vraiment une bonne lecture, j’étais bien prise dedans et contente de l’évolution de l’ensemble !

4 commentaires sur “Rook & Rose, book 2: The Liar’s Knot de M.A. Carrick

Ajouter un commentaire

  1. Je l’ai fini il n’y a pas longtemps, et je suis totalement en accord avec ta critique. Ces petits moments touchants font le livre… quand Ren se saoule avec Vargo, Alsius/Vargo dans le final, les flirts, le sujet des épaules des prétendants de Tess, Diuna qui retrouve un compagnon, tout ça.

    Des points mineurs en negatif pour moi quand même par rapport au premier:
    1) Tanaquis ex machina
    2) La fin sonne un peu faux, trop simple, trop facile, on sent que c’est le bouquin du milieu
    3) Quasiment aucune réponse sur les questions du premier tome. Pas d’agrandissement de l’étendue de l’intrigue (les clans extérieurs, les dieux, les clans, la mère de Ren, Seteris) Tout semble devoir exploser dans le dernier tome
    4) Très peu d’utilisation/exploration active de la magie par les héros, alors que bon, se téléporter à volonté, entre autre, ce serait mega utile pour miss zorro. Encore une fois, on sent que ça va chauffer dans le dernier tome.

    Bon, sinon, j’aime vraiment les Traementis et cette vipère de Sibilat.

    Aimé par 1 personne

    1. Oui, on sent sur la fin que c’est un second tome intermédiaire parce que l’intrigue n’a finalement pas grand chose avec le premier tome. Du moins si ça a de l’importance c’est limite accidentel.
      J’ai trouvé que le développement des relations entre les personnages était vraiment super bien fait 🙂 Je suis ravie qu’on en sache plus sur Vargo, et sans qu’il perde son langage et son mordant. J’aime beaucoup ce personnage !

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :