L’étoile de Pandore, tome 2 : Pandore menacée de Peter F. Hamilton

Bragelonne, 696 pages, 2006, Science-fiction

Malgré le fait que je l’ai lu au moment optimal, c’est à dire à un moment où j’avais vraiment envie de le lire et pas juste pour avancer mes séries, je suis désolée de dire que je me suis royalement fait chier dedans.

De quoi ça parle : Les humains, en allant explorer un phénomène étrange et inexpliqué qu’ils ont repéré loin dans la galaxie, ont ouvert la boite de pandore : A cause de leur venue, la bulle qui enfermait des extraterrestres très dangereux a disparue. Ils ont réveillé des créatures qui n’auront de cesse de s’étendre à l’infini jusqu’à ce que l’univers entier soit leur.
Tout ce second tome parle de la préparation au combat inévitable sur des années. Parce qu’évidemment aucun des deux peuples n’est prêt à la guerre sur le moment, il faut créer l’armée, les vaisseaux, et trouver un moyen de se rendre sur place pour se confronter, les deux zones étant très éloignées les unes des autres.

On voit donc tout le coté politique de l’ensemble du coté des humains, les petites magouilles des différentes familles pour que les usines soient installées chez eux ou utilisent leurs ressources pour faire plus de profit. C’est même une partie très importante de l’ensemble.
Et c’est la partie qui ne m’a pas du tout plu.

Franchement, il y a une myriade de noms qui vont et viennent, des personnages qu’on ne soit que pendant un chapitre parce que c’est eux qui ont organisé la soirée où vont se rencontrer en secret tel et tel tête de famille qui vont du coup se mettre d’accord pour faire telle ou telle concession, avec coucherie adaptée bien sur.
Evidemment tout les personnages sont beaux, intelligents, magouilleurs et quasiment immortels avec leurs cures de rajeunissement à l’infini et leurs sauvegardes. Mais pour moi ils étaient tous totalement interchangeables. On se croirait dans Les feux de l’amour, ou Dallas !

En fait les seuls parties qui m’ont plu sont celles où on suit les extraterrestres, parce que c’était différent, et celles avec Ozzie, un des personnages du premier tome qui est perdu dans les voies, sur des mondes extraterrestres. Mais c’était des parties vraiment minoritaire sur l’ensemble de ce tome qui est un gros pavé.

Du coup, malheureusement au milieu du roman je suis passé en mode « lecture rapide ». Les seuls chapitres que j’ai lu avec un peu plus d’attention étaient ceux cité au dessus. Tout le reste m’est totalement passé par dessus la tête. Même les scènes d’action et les batailles sur le final m’ont ennuyé et même en lecture rapide je les ai trouvé longues et sans intérêt vu que je n’avais aucune attache pour les humains.

Par contre il y a tout de même un point que j’ai beaucoup apprécié, et qui constitue à mon avis l’intérêt de l’ensemble. c’est le fait que le coté découverte de l’autre apporte aussi des changements au niveau des extraterrestres. En effet le fait d’avoir assimilé des humains leur fait ressentir les choses de façon différentes.
Et si pour l’instant cette modification du comportement n’a pas entraîné de changement direct dans la situation général, elle progresse petit à petit tout du long. Et je pari que ça sera un point développé bien plus en détail ou du moins un point important pour la suite du récit.

C’est dommage que ce tome m’ai ennuyé, parce que si tout le livre n’avait été que des passages avec Ozzie ou un développement de ce point la, j’aurai passé un très bon moment. Mais la suite ça sera sans moi, je n’ai pas le courage de revivre cette expérience de lecture très pénible.

Je pense aussi qu’au final ce qui m’a aussi déçu après coup c’est que je me suis rendu compte que même en lisant l’ensemble de façon rapide et en loupant la moitié j’ai quand même compris sans problème où allait l’intrigue de ce tome. Du coup ça me conforte dans le fait que tout ce blabla sur les beaux, riches, et puissants et leurs magouilles ne servait pas à grand chose et qu’on aurait pu s’en passer. Et du coup j’ai déjà l’impression de savoir où la suite va mener, la trame me semble assez claire. Ça renforce aussi ma non-envie de lire la suite, parce que je trouve que ça manque quand même de surprises.

Peter F. Hamilton rejoint donc la liste des auteurs « pas pour moi », avec Pratchett, Gemmell et Neil Gaiman, vu que c’est la seconde de ses œuvres que j’abandonne pour des raisons similaires.


Mon avis sur le premier tome de la série.
D’autres avis sur ce livre : Lutin (Albédo), L’épaule d’Orion, …

4 commentaires sur “L’étoile de Pandore, tome 2 : Pandore menacée de Peter F. Hamilton

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :