La tour de garde. Capitale du nord, tome 1 : Citadins de demain de Claire Duvivier

Aux Forges de Vulcain, 365 pages, 2021, Fantasy

Une lecture un peu en dent de scie. J’ai aimé certains passages mais l’ensemble n’a pas vraiment été satisfaisant.

Je pense que mon problème est que je suis ressortie de cette lecture frustrée. Surtout parce que j’ai l’impression d’avoir attendu en vain que ça démarre, et que même le final n’arrangeait rien.

Je vais maintenant vous en parler plus en détail, ça m’aidera à vous expliquer ce qui n’a pas marché pour moi.

Amalia Van Esqwill fait parti de l’aristocratie de Dehaven. Officiellement les nobles n’existent plus, ils n’ont plus de titres. Mais la famille d’Amalia est resté parmi les plus riches grâce au commerce.
Ses parents sont progressistes. Ils ont décidé, avec une autre famille du coin, d’élever leurs enfants pour en faire des « Citadins de demain ». En gros fini l’éducation stricte, la politique, la religion, les bonnes manières, la littérature … Tout ce qui fait l’éducation dans la haute société normalement.
Amalia, ainsi que son demi-frère, son voisin, Hirion, et la sœur de celui ci, ont appris la diplomatie, « les humanités » (sciences sociales), le commerce, les sciences, la technologie … Tout pour être un parfait chef d’entreprise plus tard.
On les a aussi tenu éloigné de tout ce qui est croyance populaire, magie, et autres sujets de superstitions réservés au peuple.

Evidemment les choses ne sont pas non plus parfaites. Suite à une maladie qui l’a rendu folle, la sœur de Hirion est vite écartée, ainsi que son demi-frère qui n’a vraiment pas de gout pour ce genre de matières, il part donc faire l’armée dans les colonies d’outre mer qui sont en train de se révolter.
Elle se retrouve donc plus ou moins seule avec son voisin. Leurs parents décident de leur rajouter un compagnon histoire qu’ils ne se sentent pas trop seuls. C’est ainsi que Yonas, le fils de l’éclusier du coin rejoint le duo qui se transforme en trio d’amis inséparables.

Nous avons donc une fantasy que j’appellerai sociale. On y parle en fond de colonisation, de lutte des classes, de science opposée à la croyance, …
Notre trio grandit au milieu de cette cité rationnelle en plein changements. Il vont être témoin de l’évolution de la société petit à petit.

Essentiellement on y suit leur vie de tout les jours. Avec ce que chaque année apporte à la situation.
Amalia et Hirion, dés qu’ils sont en age, sont fiancés par leurs parents, car c’était évidemment leur but depuis le début. On parle de leurs premières découvertes, de la façon dont ils réagissent à cette obligation avec leur éducation libre, etc …

Toute cette partie la a été le coté que j’ai le plus aimé dans ce livre. Pas tout par contre, les passages des préparatifs du mariage m’ont laissé de coté, ce n’est pas un sujet que je trouve particulièrement intéressant. 
Mais même ce qui m’a le plus plu n’a pas non plus été une grosse révélation, car en terme d’intrigue ça n’était pas palpitant, j’ai trouvé que l’ensemble manquait quand même pas mal de ressort dramatique.
Une partie est surement du au fait qu’Amalia est un personnage assez froid et pragmatique. Elle n’est pas vraiment engagée émotionnellement face aux événements. Elle ne ressent rien de particulier pour Hirion mais elle se fait juste à l’idée qu’il va devenir son mari, comme si c’était inévitable.

La partie de l’intrigue qui m’avait attiré dans le résumé éditeur était celle sur la magie donc je ne vous ai pas encore parlé. En fait, Hirion va devenir progressivement fasciné par la magie. En cachette bien sur car c’est un sujet qu’on lui a interdit dans son éducation. Et bien sur tout ce qui est interdit devient fascinant.
Il fabrique un miroir magique qui lui permet de voir une autre Dehaven. Il va enquêter pour savoir de quelle Dehaven il s’agit : monde parallèle? Passé lointain? Futur?

Mais je crois que cette partie a été ma plus grosse déception du livre. Ça aurait pu être fascinant si on en voyait plus que quelques aperçus par ci par la. Du coup on n’a pas l’impression que ça avance, ça manquait clairement de développement par rapport à ce que j’en attendais. Ce n’est vraiment pas du tout le point central de l’ensemble, plus une petite intrigue secondaire qui n’avance guère durant tout le tome.

Je crois que mon avis du livre peut se résumer à : Une grosse partie intéressante mais pas passionnante sur la vie de tout les jours de trois adolescents de la haute société progressiste, auquel s’ajoute une grosse déception sur le coté magie qui manquait de développement et reste secondaire tout du long.
A l’heure ou j’écris ces lignes je ne suis pas vraiment motivée pour lire la suite.


D’autres avis sur ce tome : Les chroniques du chroniqueur, Just A WordCélindanaéBoudiccaTigger Lilly, Le Nocher des livres, Le dragon galactique, …

12 commentaires sur “La tour de garde. Capitale du nord, tome 1 : Citadins de demain de Claire Duvivier

Ajouter un commentaire

  1. Oh, dommage de voir que tu n’as pas été séduite.

    C’est une série, trilogie, mix qui m’intéresse notamment sur sa forme (2 trilogies je crois). Je pense que les aspects sociaux que tu décris pourraient me plaire +++. A voir ce que ça donnera.

    Aimé par 1 personne

    1. En fait de mon coté je ne considère pas que c’est vraiment écrit à 4 mains vu que chaque auteur fait sa propre trilogie (même si les séries vont surement se recouper à un moment ou à un autre j’imagine).
      On verra bien pour la suite (je lirai celle de capitale du sud, mais pas sur pour le nord pour l’instant)

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :