Loup blanc de David Gemmell

Milady, 600 pages, 2009 (VF), Fantasy

Ceux qui me suivent depuis un moment savent peut être que moi et les livres de David Gemmell on a un passé compliqué. Lors de ma découverte de la fantasy, autant ses livres « historiques » sont très bien passés, autant sa fantasy plus classique n’a jamais vraiment réussi à me convaincre.

On avance rapide d’une 20ène d’années et me voila à retenter ses textes, histoire de voir si cet avis est toujours d’actualité ou pas. En 2019 j’ai tenté Dark moon qui c’est révélé plaisant. Il n’a pas forcément été une super lecture mais il m’a quand même donné envie de tenter d’autres livres de l’auteur pour voir.

Du coup quand une personne m’a recommandé Loups Blanc pour mon challenge « 12 mois, 12 recommandations » que j’avais lancé sur les réseaux sociaux, je me suis dit que c’était une bonne occasion pour en lire un de plus.

Est ce que celui ci a été une réussite? Je dirai qu’on est au même niveau que Dark Moon. Une lecture plaisante et sans ennui, mais qui n’a m’a pas fait ressentir de forts sentiments. En fait je n’ai pas particulièrement accroché aux différents personnages.

Skilgannon le Damné a tout quitté, ses victoires et son poste de guerrier d’élite, proche de la Reine Sorcière. Recherchant la paix, il est devenu moine. Mais voila que suite à des manigances dans le pays et d’instabilités du à la volonté de conquêtes de certains de leurs voisins, leur ordre religieux est menacé. En effet, ils ont été désigné comme traîtres car ils se sont toujours opposé à la guerre. L’opinion populaire est définitivement contre eux. Une foule en colère cherche à dissiper ses peurs en se défoulant sur ceux qu’ils ont sous la main.

Skilgannon n’a pas le choix, il doit reprendre les armes pour sauver son monastère. A cause de ça son identité ressort au grand jour. Et voila que les assassins commandités par le Reine sorcière sont de nouveau à ses trousses.

Exclu de son ordre pour violence, il reprend la route, en espérant que son départ épargnera les autres moines de la colère de la reine … Et tant qu’à faire il décide d’aller enquêter sur des rumeurs d’un temple secret qui aurait le pouvoir de ressusciter les morts. Il se trouve qu’il aimerait bien ramener à la vie sa femme qui est morte injustement il y a de cela quelques années.

Difficile de vraiment résumer ce livre je trouve. Si je devais vraiment aller jusqu’au bout de ce que je considère comme l’idée principale de l’intrigue, j’aurais déjà dévoilé bien plus que ce que je n’aurai du. En effet on est sur un livre au rythme définitivement lent. Le temps que les choses se mettent en place, qu’on nous explique tout les tenants et les aboutissants de la politique du coin, le passé des personnages, leurs motivations, et que les événements bougent pour qu’ils se mettent enfin en route, on a largement dépassé la moitié du roman.

Tout ça pour dire que malgré le fait que le livre ne manque pas d’action, on est définitivement plus centré sur les personnages et leur façon de réagir à la situation. On parle de leçon de vie, du passé et de la façon dont il nous défini, de la question de savoir si on peut sortir d’une boucle de violence pour se « repentir », de savoir si on peut se pardonner soi même nos erreurs du passé … Et pourtant étonnement, malgré tout ces questionnements, j’ai trouvé que les personnages n’évoluaient pas vraiment pendant l’intrigue principale du roman. Ils ont évolué dans leur passé qu’on découvre au fur et à mesure, certes, mais pas durant le voyage qu’on nous raconte ici.

J’ai ressentit une atmosphère plus mélancolique que guerrière finalement sur l’ensemble. Plus dans la réflexion que dans l’action.
Malgré tout ce que j’appellerai l’intelligence de ce roman, sa qualité de réflexion, je n’ai pas plus accroché que ça à l’ensemble. C’était sympa mais je ne me suis pas sentie connectée avec les personnages. C’était surement en parti du au fait qu’il n’y avait quasiment pas de femmes dans l’ensemble. Mais ce n’est pas la cause principale non plus, j’ai très bien accroché à de nombreux livres avec uniquement des hommes, juste que ceux ci n’ont pas fonctionné.
C’est le seul point que je peux reprocher à l’ensemble, mais malheureusement c’est un qui joue beaucoup sur mon appréciation du roman.

Dernier point. Je pense aussi que j’aurais surement mieux apprécié ce livre si j’avais lu les précédents avant. Je précise qu’on peut totalement le lire indépendamment, je n’ai pas eu l’impression d’être perdue lors de ma lecture. Mais du coup il y a plein de points qui devraient être déjà familiers à un lecteur de la série, vu les personnages qu’on rencontre lors de ce voyage (Druss par exemple) et qui étaient une nouveauté pour moi. Est ce que ça aurait vraiment modifié ma vision de l’ensemble? Je ne sais pas par contre.

Au final je pense que cette lecture ne m’a pas vraiment avancé dans mon questionnement de savoir si il faut que je lise tout le catalogue de cet auteur ou si il faut que j’abandonne. J’en suis toujours au même point qu’à l’époque de ma lecture de Dark Moon.
C’était une lecture agréable, très loin d’un échec, mais aussi loin d’être une vrai réussite à cause du manque d’accroche dans les personnages.

4 commentaires sur “Loup blanc de David Gemmell

Ajouter un commentaire

Répondre à Lianne - De livres en livres Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :