The Faithful and the Fallen, book 1: Malice de John Gwynne

Année de sortie : 2012
Éditeur : Tor Books
Nombre de pages : 672
Genre : Fantasy

Mon avis :

De la fantasy très classique, à l’ancienne, mais solide malgré quelques défauts de jeunesse que l’auteur réglera surement dans les tomes suivants. Pas de coup de cœur pour moi, et je me tâte encore pour savoir si je lirai la suite ou pas un jour.

C’est sur que niveau originalité on repassera, les thèmes sont déjà vu et revu (le bien contre le mal), le monde n’a rien d’original non plus. En fait si on ne se base que sur des faits concrets, on pourrait se dire que ça ne vaut pas le coup de lire un n-ième livre la dessus. Mais en fait c’est bien la qu’on voit toute la différence entre stéréotype et cliché, car si rien n’est nouveau, le tout forme un ensemble unique qui arrive tout de même à se démarquer et qui donne une histoire intéressante à suivre.
Je ne m’arrêterais pas plus sur les influences, Apophis en a longuement parlé et il le fait mieux que moi.

Je ne vais pas vous faire un résumé du livre à proprement parlé mais plus vous donner le contexte de l’intrigue ce qui est bien plus intéressant finalement.

A l’origine il y avait deux dieux : Asroth et Elyon. Elyon a créé les géants et les humains qui le vénéraient, et tout vivaient en paix. Mais Asroth est devenu jaloux, il n’était plus le centre de l’attention de son frère adoré et donc il a commencé à corrompre les pensées des deux peuples, leur donnant des ambitions,  le pouvoir et surtout l’accès à la magie via des artefacts. Petit à petit la discorde a fini par s’installer et la guerre c’est déclenchée.
Elyon ce met en colère, il a commencé à massacrer ses peuples adorés dans un geste de fureur. Asroth, ravi, ne peut pas s’empêcher d’éclater de joie à cette vue. Mais Elyon l’a entendu et il a compris … Il se rend compte qu’il est en train de détruire ses créations et que tout est à cause de son frère. Il arrête son geste avant la fin du massacre et décide de se retirer, sous le choc, laissant le peu de survivants se débrouiller seuls sur terre.
Les années passent et Asroth n’a pas dévié de son but initial : détruire totalement les créations de son frère, il est donc toujours la à apporter le chaos de partout, mais maintenant les humains et les géants n’ont plus l’aide Elyon pour les sauver …

*****

On va commencer par les points plus mitigés, histoire de passer ensuite à ce qui m’a plus plu.

Tout d’abord nous suivons en fait plusieurs personnages dans le même continent qui se croisent à de nombreuses reprises.
Et parmi les trois points de vue les plus importants, j’ai trouvé qu’ils étaient tout les trois sur le même principe : ce sont tous les trois des jeunes hommes à divers moments de leur formation de guerrier, et tous les trois sont dans des situations ou ils sont malmenés injustement par des personnes de leur entourage.
Certes ce n’est pas toujours exactement la même situation mais dans tous les cas on fini par se sentir de leur coté parce que c’est injuste.
Et tous les trois arrivent à un moment a avoir la discussion avec quelqu’un, de type mentor, qui leur dit qu’il ne faut pas écouter la personne qui les malmène et qu’ils peuvent très bien s’en sortir et qu’il se trompent en pensant être nuls. Et à partir de la chacun des personnages sors de sa coquille pour s’épanouir dans la vie.

Du coup j’ai trouvé ça un peu redondant. J’avais l’impression de suivre un copier coller du même personnage dans 3 situations légèrement différentes. Surtout qu’en fait niveau personnalité il n’y a rien qui les démarque vraiment dans ce premier tome. Tous les trois sont du bon coté, gentil, un peu perdu (au début) et commencent à peine à s’affirmer.

Le second point est le manque flagrant de point de vue féminin. En fait, ce n’est même pas trop que ça manque fondamentalement, je veux dire par la que dans la fantasy classique c’était déjà le cas et que ça ne m’a pas vraiment manqué en soi (je ne suis pas du genre à avoir besoin que le personnage soit une femme pour m’identifier). Mais en fait le problème ici c’est qu’il y en a un mais que dans les deux bons premiers tiers du romans il ne sert à rien.

La ou les scènes ou on suis les hommes servent toujours à quelque chose, nous apportent une information, font évoluer le personnage ou la situation, et malgré la lenteur du récit sont justifiées en fait, ce n’est pas du tout le cas les rares fois ou on suis la seule fille qui existe en personnage principal. Du coup j’avais l’impression que l’auteur a rajouté ce personnage après coup parce qu’il est important dans la fin mais qu’il n’avait rien à lui faire faire au début (ou qu’il c’est rendu compte qu’il devait en mettre un sur la fin et l’a fait intervenir et a rajouté des scènes avant histoire de ne pas le faire juste débarquer à la fin comme un cheveu sur la soupe).
Du coup sur la grosse première partie du livre on le suis vraiment très peu comparé aux autres et à chaque fois la scène ne sert à rien.

*****

Pour ce qui est des points plus positifs, j’avoue que j’ai vraiment bien apprécié le rythme. C’est certes lent, il faut se le dire, mais j’aime bien ce genre d’intrigue ou on prend le temps de faire les choses, et ou on a le temps de vraiment faire évoluer les personnages avant que l’action prenne le dessus.
C’est ce qui, pour moi, fait le charme de la fantasy à l’ancienne et pourquoi je continue à en lire dés que je peux.
C’est vrai que ce tome ci du coup fait vraiment introduction car chaque personnage prend ses marques dans ce qui sera sa position dans l’intrigue principale, avec un coté roman initiatique très présent, mais ça nous permet de vraiment nous familiariser et nous faire apprécier l’univers.

Un autre point que j’ai bien apprécié est en fait le thème principal du livre : savoir qui a été manipulé à l’insu de son plein gré, qui est dans la machination volontairement, en gros essayer de positionner les différents personnages sur l’échiquier. J’avoue que ce coté la m’a bien rappelé la Roue du Temps (ou c’était également un des thèmes les plus importants) qui reste une de mes séries phares dans le genre. Et ce coté où on cherche à savoir où se trament les trahisons et les intrigues en arrière plan me plait beaucoup et donne du piment à l’intrigue.

Et finalement je termine sur un point plus rigolo, j’avoue que tous l’univers m’a vraiment fait penser à Skyrim. C’est vrai que visuellement parlant c’était ma référence que je m’imaginais à quoi ressemblait le paysage ou autre.

*****

Au final je dirais que si ce n’est pas un coup de cœur, j’ai tout de même bien apprécié ma lecture. J’espère que l’auteur réglera les quelques points qui m’ont moins plu dans les tomes suivants parce que ça peut vraiment donner une bonne intrigue. Pour l’instant on en est encore à parler de potentiel car ce n’est que le tout début, j’espère vraiment que ça se concrétisera en tout cas.

16/20
Les autres avis sur ce livre : L’ours Inculte, Apophis,

10 commentaires sur “The Faithful and the Fallen, book 1: Malice de John Gwynne

Ajouter un commentaire

  1. Ouaaaaais \\o/J'avais pas fait le lien entre les trois trames des personnages mais les trois m'ont bien plu avec chacun leur identité.Les femmes vont prendre de l'importance par la suite, j'avais un peu tiqué aussi dans le premier mais de nouvelles vont arriver et celles qui sont déjà présentées prendront un peu plus de place.

    J'aime

  2. J'avoue que j'avais senti que le coté Veradis et Nathair allait mal se terminer, je les sentais mal dés le début xD Du coup j'étais mal à l'air à chaque fois qu'on passait sur eux et c'est le point de vue que j'ai le moins apprécié.J'ai tout de même bien aimé les autres, même si je leur ai trouvé trop de ressemblance, ils finissent à la fin du tome par se démarquer en effet =)Je ne vais pas trop me presser pour lire la suite, j'aime prendre un peu de temps pour poser les choses mais d'ici quelques mois le suivant y passera :p

    J'aime

  3. (Merci pour le clin d’œil 🙂 )Nous sommes d'accord, c'est vrai qu'il y a des redondances dans le registre \ »je suis un looser, j'en ai marre d'en prendre plein la figure\ ». Et c'est aussi vrai que le jeu du \ »alors, Nathair, aveugle ou vrai pourri ?\ » est très intéressant. Je vais faire comme toi, je vais savourer sans me précipiter pour lire le tome 2.Merci pour ton excellente critique !

    J'aime

  4. je l'ai noté et il est dans ma PAL. Je l'ai repéré chez notre ami plantigrade. J'espère qu'il me plaira au moins autant qu'à toi, et je vais l'entamer avec un tout petit peu moins d'attentes, surtout sur les perso femme

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :