Mageworlds, book 1: The Price of the Stars de Debra Doyle et James D. Macdonald

Tor Books, 448 pages, 1992, Science-fiction

Ceux qui me suivent depuis un certain temps savent que j’aime découvrir des séries de space opera oubliées ou non traduites. En voici donc une nouvelle. Celle ci date des années 90 et on sent vraiment les influences de Star Wars dedans.
Malgré un univers un peu confus par moment, j’ai bien aimé l’aventure. Et même si ce n’est pas le livre du siècle j’ai suffisamment apprécié pour avoir envie de tenter la suite, car il reste pas mal de mystères à éclaircir dans la suite.

Plein de races extraterrestres différentes, un ordre d’adeptes qui utilise la force le pouvoir pour le bien qui s’opposent au terrifiants mages, une héroïne héritière, des aventures nombreuses … Autant vous dire que si vous n’avez pas envie de lire un star-wars like, vous allez être déçus.

Le personnage principal est une jeune héritière, Beka.
Son père était un hors-la-loi célèbre qui a aidé sa mère, la « Domina » (titre suprême, équivalent de reine) dans sa guerre contre les mages, il y a de cela de nombreuses années, et a fini par l’épouser et être promu général de guerre.

L’histoire commence quand la mère de Beka, meurt. Celle ci n’a pas envie du pouvoir, elle c’est déjà échappé depuis longtemps du monde de la politique pour suivre la voie de son père, en prenant son envol. Elle c’est fait un nom dans la zone et travaille comme navigatrice pour un grand marchand quand la nouvelle arrive.

Elle ne veux bien sur pas entendre parler du trône, même si elle est la nouvelle Domina qu’elle le veuille ou non. Son père vient la retrouver et est d’accord pour dire qu’elle ne serait pas du tout à sa place en tant que Domina. Il veut le bonheur de sa fille, et a trouvé un moyen de l’aider.
En échange d’une dernière mission pour son compte, il lui offre son vaisseau car il est bien sur évident que plus personne ne voudra l’embaucher désormais vu son nouveau titre et la peur qu’ils en auront.

Cette mission ? Trouver qui a assassiné sa mère. Car oui, il lui explique que tout les éléments tendraient à prouver que ce n’était pas un terrible accident mais que quelqu’un l’a provoqué …

Voici la jeune femme embarqué dans plus d’aventures qu’elle ne s’imagine, sur la piste d’une conspiration qui a décidé que sa famille était devenu encombrante … Elle aussi, ainsi que ses frères sont très vite visés par des tentatives plus ou moins ouvertes d’assassinat !

On ne suis pas que Beka, mais aussi d’autres personnages ensuite parmi lesquels ses deux frères et pas mal d’acolytes qui vont se retrouver embarqués dans l’aventure par association.

On est vraiment dans de l’aventure typique de ce genre d’univers, pleine de rebondissements. Les personnages sont souvent énigmatiques et pourtant très sympathiques. Et si on peut retrouver quelques archétypes de Star wars, les auteurs s’en écartent quand même pas mal aussi. On ne peux pas dire que ce monde manque totalement d’originalité.
On est aussi sur un livre assez long, frôlant les 500 pages suivant ses éditions, et ça se ressent dans l’intrigue qui est assez complexe. Je pense que les auteurs ont justement voulu sortir du coté pulp de Star wars pour donner un ensemble plus construit.

Le point qui rendait cette lecture un peu plus difficile que j’imaginais a été le fait qu’on est vraiment largué dans le monde, surtout au début. A de nombreuses reprises les personnages font référence à des personnages ou des situations dont on ne connait rien et sans nous donner suffisamment d’indices pour deviner de quoi on parle vraiment et si c’est important pour l’intrigue ou pas.

Je vous rassure, ça reste du secondaire. La situation principale n’est pas impactée et on n’a pas de problème pour la suivre. Mais par exemple à la fin de ce tome ci on ne sait toujours pas vraiment pourquoi les mages font si peur, quelles sont leurs motivations ou même pourquoi était-on en guerre contre eux avant (j’espèce que ça sera quelque chose de mieux que juste « ce sont les grands méchants, donc ils font le mal juste parce que » façon sith des films).

Je ne doute pas qu’on finira par comprendre au fur et à mesure des tomes mais pour l’instant j’avoue que pas mal de points restent très flous.
Après c’est vrai que c’est une façon de faire que j’ai souvent relevé dans les livres des années 80-90, cette impression au début qu’on ne comprend pas tout ou qu’on a limite loupé un épisode. Donc je pense que c’était quelque chose d’habituel à l’époque de commencer comme ça et que ça ne choquait pas les lecteurs. Mais c’est vrai que je n’ai pas relevé ce genre d’effet dans des livres plus récents.

Bref, malgré ces quelques difficultés j’ai passé un bon moment dans ce tome et je compte donner sa chance à l’univers. Après tout il reste vraiment pas mal de choses à éclaircir et j’ai envie d’en savoir plus !

Ce livre entre dans le challenge Summer Star Wars IX !

undefined

2 commentaires sur “Mageworlds, book 1: The Price of the Stars de Debra Doyle et James D. Macdonald

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :