[Chronique|Relecture]Warbreaker de Brandon Sanderson

Le livre de poche, 967 pages, 2012, Fantasy

Je trouve ce petit oneshot très rafraîchissant !!

J’ai décidé de relire ce livre vu que les éléments du Cosmere deviennent important pour la série des Archives de roshar (dont le T4 va bientôt sorti à l’époque de cette chronique). Je n’avais pas fait de chronique à l’époque de ma première lecture vu que je l’ai lu avant de démarrer mon blog. C’est un beau page turner qui est peut être moins « waou » que certains autres de l’auteur (et encore, ça reste quand même très épique) mais qui reste vraiment agréable à lire car très fluide et sans lenteur.

Le système de magie est vraiment original. C’est ce qu’on attend le plus avec cet auteur et ça ne déçoit pas ici une fois de plus.

Voila de quoi il retourne :
Chaque personne naît avec un souffle. Ce souffle est un peu comme le potentiel magique de la personne. Ce souffle peut se donner mais pas se prendre. (une personne ne meurt pas sans souffle, elle devient juste une « morne »).

Les souffles supplémentaires peuvent être utilisés pour animer divers éléments. Plus l’élément en question est loin d’une forme humaine, plus ça demande de souffles pour le faire s’animer. La cité d’Hallandren a 40000 soldat non-mort (des cadavres réanimés). Ceux ci ne mangent pas, ne boivent pas, ce qui est très pratique. Chaque soldat est ranimé par un seul souffle (ce qui est très économique).
A l’inverse, animer une corde, une cape ou un brin de paille coûte bien plus cher en souffles, car ils n’ont jamais été humains et qu’ils s’éloignent énormément de la forme humaine.

Les pauvres vendent leur souffle en échange d’une très grosse somme d’argent. C’est devenu un marché florissant.

Un autre effet du souffle est sur la couleur. Les couleurs sont plus vives proche des porteurs de nombreux souffles. Le dieu-roi d’Hallandren a tellement de souffles en lui que la lumière se décompose en sa présence. Le blanc émet des arc-en ciels. D’ailleurs en plus du souffle, l’animation requiert aussi de la couleur. Les objets colorés du coin perdent la leur quand l’animation a lieu.
Plus une animation demande de souffles, plus elle demande de couleur également.

En plus de ça, il y a un autre phénomène qui a lieu. De temps en temps des personne mortes renaissent. Les revenants n’ont aucun souvenir de leur vie d’avant, ils changent également de physique. Ils naissent à nouveau avec un seul souffle. Mais un souffle qu’on considère comme divin, car il est bien plus puissant qu’un souffle normal. Ce souffle est environ l’équivalent de 2000 souffle normaux.
Ils sont considérés comme des dieux et vénérés par le peuple.

Ces dieux ne vivent d’ailleurs que grâce aux souffles des humains, ils en ont besoin d’un par semaine pour perdurer. Chaque dieu peut utiliser son propre souffle pour guérir complètement quelqu’un. Mais en ce faisant il sacrifie sa vie. La religion est persuadé que ces dieux sont revenus pour une raison, et que le jour ou le dieu la trouve, il utilise son souffle pour faire le bien.

Le Dieu-roi lui par contre est différent des autres. Il est le seul à pouvoir engendrer une descendance et son souffle à lui est bien bien bien plus important que celui des autres dieux, du genre 10/20x

Notre intrigue suit deux sœurs.
Celle ci sont des princesses, deux filles du roi d’Idris, un pays voisin d’Hallandren. Il faut savoir que ce sont en fait l’ancienne famille royale d’Halladren, mais qu’ils ont été exilés il y a environ 300 ans suite à une guerre.

Idris est un tout petit pays, et pas du tout prospère en comparaison d’Halladren.
Cependant tout ce qu’ils voudraient c’est qu’on les laisse tranquille. Mais le clergé et certains dieux d’Halladren ont peur d’eux. Leur seule présence menace l’ordre établi et leur propre divinité.

En effet le peuple d’Idris a une religion bien différente qui dit un peu l’inverse de celle d’Halladren. Les couleurs sont interdites, posséder un autre souffle que le sien est un péché et ne parlons même pas de l’animation qui est une horreur absolue. Ils prônent la non-ostentation et la vie simple sans abus, totalement l’inverse de la vie dans la capitale Halladren qui est colorée à l’extrême, excentrique, et ou les non-morts pullulent.

Bref. Les deux pays sont plus ou moins en paix, un traité signé il y a une 20ène d’années promet la fille du roi d’Idris en mariage avec le Dieu-roi d’Hallendren.

Tout le monde pensait que ça serait le devoir de l’aînée, Vivenna, qui a été élevée pour ça. Mais au dernier moment le Roi décide qu’il ne peux pas se passer de sa fille aînée parce qu’elle est trop utile et qu’à la place il enverra sa benjamine, Siri.
Celle ci l’embarrasse depuis toujours avec sa joie de vivre, son exubérance que rien ne semble calmer et son attitude rebelle. Elle est toujours en contradiction avec les croyances d’Idris.

Voici donc la jeune femme qui ne s’est jamais intéressé à la politique, qui ne connait quasiment rien d’Halladren, en route pour un destin qu’elle n’attendait pas.

Mais Vivenna n’a pas dit son dernier mot. Elle part à sa suite et décide de monter un plan pour la délivrer … Après tout à la base c’était son destin à elle, de se sacrifier pour la paix de son peuple, pas celui de sa sœur. Elle pense que Siri se fera manger par la politique sans même s’en rendre compte.

Mais évidemment la chose n’est pas simple et le peuple même d’Halladren est agité. Apparemment il n’y a pas que le clergé qui souhaite la guerre. Elle aura fort à faire si elle veut que sa mission ne déclenche pas une catastrophe…

Vivenna n’est pas franchement un personnage des plus sympathique car il apparaît assez vite que ses considérations du départ sont plus égoïste qu’autre chose. Mais justement l’intérêt du roman est justement de la voir évoluer et prendre conscience des besoins de son propre peuple et des failles de son royaume n’accomplit pas alors qu’elle le croyait parfait.

On suit aussi d’autres personnages comme Vasher un mystérieux guerrier avec son épée magique parlante ainsi qu’un des dieux d’Halladren, Chanteflamme, qui ne croit pas en toute cette histoire de dieux. Celui ci a du mal à se faire à toute la vie religieuse qui lui est imposée. C’est un de mes personnages préférés, un anti-héros en quelques sorte et qui a beaucoup d’humour. Il a une façade décontractée et ne semble jamais rien prendre au sérieux alors qu’en fait il est le seul parmi les dieux à comprendre qu’il y a quelque chose de bizarre qui se passe.

Franchement c’était bien sympa ! Je l’ai lu très rapidement, deux jours pour un pavé de quasiment 1000 pages. J’étais vraiment prise dedans. Les pages semblent se tourner toutes seules.

L’ensemble met vraiment en avant l’imagination fertile de l’auteur. Le système de magie complexe prend vraiment vie devant nos yeux. Les personnages aussi sont vraiment bien représentés, des plus naïfs aux manipulateurs, toujours en nuance et en subtilité. On ne peux que les apprécier (ou les détester).

Finalement je dirais que le seul point qui était peut être un peu en dessous du reste était la fin du tome. Non pas qu’elle ne soit pas surprenante et bien trouvée, mais elle était à mon avis un peu rapide. Surtout à partir de l’apogée de l’intrigue en fait et ce qui se passe après l’élément final pour remettre l’ensemble sur ses rails. Rien ne nous est décrit en détail, on sait juste que ça se fait.
Mais je pense que c’est surtout en comparaison du reste du roman qui met tant de page à être développé avec autant de minutie. Du coup ça fait un contraste énorme entre la montée lente et détaillée et la descente ultra rapide à la fin, une vrai chute en quelque sorte (qu’on a plus l’habitude de voir dans les textes plus courts).

On fini ce livre satisfait mais on a aussi l’impression qu’il reste pas mal de choses à découvrir pour la suite dans ce monde. Celle ci est d’ailleurs annoncée mais pas prête d’arriver (pas dans les priorités de l’auteur en tout cas au vu des informations à l’époque de ma lecture).

Bref une excellente lecture !

24 commentaires sur “[Chronique|Relecture]Warbreaker de Brandon Sanderson

Ajouter un commentaire

  1. Belle chronique pour une belle relecture !
    Comme toi j’avais trouvé cette lecture addictive mais un brin en-dessous d’autres titres, juste un bon divertissement bien calibré avec comme toujours un système de magie solide et original.
    Je ne serais pas contre une suite moi aussi ><

    Aimé par 1 personne

    1. Il ne faut pas hésiter !
      Toutes se comprennent très bien et sont indépendantes (si on exclu l’univers du Cosmere mais qui pour l’instant se limite à quelques nouvelles qui font le lien entre les différents univers, du coup pas essentiel si on n’a pas envie d’y faire gaffe). Ne pas hésiter 🙂

      Aimé par 1 personne

    1. La première fois que je l’ai lu oui aussi, c’était à sa sortie, mais maintenant les liens du Cosmere sont importants pour bien suivre la suite les archives de Roshar, du coup je me suis dit que c’était le bon moment pour le relire, vu que ça commence à pas mal dater et que je ne me souvenais plus de grand chose !

      Aimé par 1 personne

    1. Elantris est sympa mais c’est un premier roman ce qui fait qu’il a pour moi un peu de défauts comparé aux suivants de l’auteur. Surtout au niveau du rythme qui est moins fluide sur l’ensemble et sur le fait que le « schéma » de l’intrigue est très visible et assez linéaire.
      Et vu que l’auteur aime reprendre ce genre de schéma (en le modifiant un peu), si on est un lecteur analytique je trouve que ça peut un peu gâcher la lecture des suivants.
      Celui ci est plus travaillé, moins évident, je pense qu’on l’appréciera moins si on ne cherche pas la petite bête dedans (ou des parallèles avec Elantris ou d’autres).
      Comme premier lecture il est donc tout indiqué ^^

      Aimé par 1 personne

  2. Ça avait une très belle lecture pour moi, j’avais adoré la magie du souffle et des couleurs et les personnages. Pour ce qui est du rapport au Cosmere, j’ai trouvé fou d’apprendre, en lisant les wiki sinon j’étais passée à côté, que dans les Archives de Roshar on retrouve deux personnages clé de Warbreaker (et je ne parle pas de Hoid/Wit).

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :