Zaniel Havelock, book 1: A Terrible Fall of Angels de Laurell K. Hamilton

Berkley Books, 400 pages, 2021, Urban fantasy

Avant de vous parler de ce livre je pense qu’il faut que je vous fasse un petit point par rapport à mon rapport avec cette autrice, cela aidera à comprendre dans quel état d’esprit j’ai pris cette lecture et pourquoi.

Blabla sur Laurell K. Hamilton :

Depuis quelques tomes, j’ai décidé d’arrêter les Anita Blake.

Alors je vois les remarques venir de loin : mais pourquoi continuer sur cette autrice alors que tu ne lis plus la fin des Anita Blake?
Est ce que c’est bourré de sexe comme ses autres séries?

Alors pour la première question je dirais que je voulais voir si les défauts de la fin des Anita (qui m’énervent) allaient ou pas se reporter sur une nouvelle série qui n’a rien à voir, ou si ils étaient spécifiques à celle ci. Réponse plus loin.

Pour la seconde je dirais que ce qui posent cette question n’ont aucune idée de l’évolution des Anita dans les derniers tomes (les 5 derniers maintenant environ) : il n’y a plus du tout de scènes de popotin. Cette phase se la série est terminée définitivement, et on peut clairement voir un avant et un après. (de la même façon dont on pouvait voir un avant/après au début quand les fameuses scènes sont arrivées)

Mais. En fait autant les scènes de popotin sont relativement facilement zappable (personnellement ça ne m’a pas posé plus de souci que ça au final), ce qui m’a permis de continuer la série pendant ce temps la, autant pour l’évolution suivante ça n’était plus possible de passer à coté. (Je vous en parle plus en détail dans la suite, patience)
Et du coup c’est ça qui a fini par entraîner mon abandon de la série 2/3 tomes après la mise en place de cette nouvelle phase.

Résultat, parlons de A Terrible Fall of Angels :

Je lui ai mis un 3.5/5 sur goodreads. En gros ce n’était pas mauvais, j’ai bien aimé le background et le personnage principal, mais j’ai baissé le score parce qu’on retrouvait en partie le défaut actuel de l’autrice qui a tendance à m’énerver.

Je ne sais pas si c’était fait exprès mais j’ai eu de l’espoir parce que sur les 150 premières pages ça allait nickel, ce n’était pas présent et je trouvais l’ensemble vraiment sympa.
Mais malheureusement ça arrive ensuite et ça ralentit toute l’intrique.

Bref, j’imagine que vous vous demandez quel est ce défaut : l’autrice se sent obligé d’analyser ouvertement chaque comportement.
Je m’explique en exemple.

Par exemple imaginons qu’un personnage secondaire arrive et passe la tête par la porte, pour la ressortir juste après parce qu’il a surprit le personnage principal en train de changer de chemise. (il n’y a pas cette scène dans le livre, c’est juste un exemple).

Et bien on va passer 5 pages ensuite où ce personnage va expliquer pourquoi il n’a pas regardé plus longtemps, et pourquoi il était gêné de voir le personnage principal dévêtu par exemple dans cet exemple.

Le personnage secondaire va nous raconter toute sa vie qui explique que c’est la mauvaise période avec son partenaire et qu’il se sent coupable d’avoir trouvé le personnage principal sexy. Ou autre possibilité que le fait de le voir s’habiller lui a rappelé qu’il est trop au boulot et ne voit jamais son propre partenaire s’habiller ce qui lui a ramené des images inappropriées pour le boulot en tête tout en le faisant se sentir coupable.

Je faisais cette réflexion sur les Anita : on a l’impression d’assister à l’histoire du point de vue d’un conseiller conjugal ou d’un psychothérapeute qui oblige chaque personnage à expliquer le moindre geste ou sous entendu en direct dans une conversation.
Et ça ne fait pas du tout réaliste parce que les gens ne parlent pas de ce genre de choses ouvertement à leurs collègues de cette façon, même à ses amis. Ce sont des choses privées quoi.
A la limite dans les Anita les personnages sont tous « proches » et ça peut à la limite marcher si ce fait ne vous énerve pas comme moi, mais dans celui ci moins.


Bref. Du coup après tout ces blablas, de quoi parle donc A Terrible Fall of Angels, et pourquoi malgré ce gros défaut j’ai quand même mis une note plutôt positive?

Zaniel Havelock, surnommé Havok (dévastation en français) par ses amis est un enquêteur pour la police.
Il a un passé un peu inhabituel car il a passé toute son enfance dans une institution recluse pour devenir « Angel speaker ». En effet il a le pouvoir d’entendre les anges, et les anges (qui existent vraiment) ont besoin de ces humains la pour faire le lien entre Dieux, eux et les humains.

Après une tragédie dont on ne connait pas encore vraiment les détails (même si on commence à deviner) à la fin du T1, Zaniel a été expulsé.
Ne sachant pas quoi faire de sa vie il est parti à l’armée et après les années obligatoires il s’est reconverti en enquêteur.

Pendant ce temps il c’est marié, a eu un enfant et est actuellement séparé ou plutôt en « pause » avec sa femme, qui réfléchit si elle veut continuer avec lui ou pas.

Nous retrouvons dans ce tome Zaniel dans une enquête très bizarre.
Une humaine a été tuée et on a retrouvé à ses cotés des plumes d’ange. Mais pas des plumes abîmées qui pourraient être le résultat d’une lutte, ou même des plumes d’un ange déchu ayant perdu de leur éclat, non. Des vrai plumes entières, pleines de puissance, déposées volontairement autour du cadavre.

La police n’avait jamais vu ça, et donc fait appel à Zaniel car ils connaissent son passé. 
Voila pour l’intrigue, je n’en dit pas plus parce que c’est une enquête donc chaque indice est important pour trouver le coupable.

Un point que j’ai bien aimé dans ce premier tome c’est l’ouverture de Zaniel vis à vis des autres croyances. Alors certes lui est catholique, il ne se pose même pas la question pour savoir si Dieu existe vu qu’il parle en direct aux Anges. C’est une évidence pour lui.

Mais justement toute une partie de l’intrigue va le pousser à se poser des questions sur l’ensemble des autres religions et des croyances, sur comment les gens peuvent croire en différents cultes alors qu’il est évident que tous existent vraiment d’une certaine façon. Et aussi sur le sujet de ce que ces croyances et cultes imposent aux humains en les endoctrinant des fois. (on parle de tout en général, pas spécifiquement d’une en particulier, même si le focus est fait sur Zaniel et son instruction catholique qui fait plus secte qu’autre chose)

C’est un sujet qui aurait pu me faire bondir. En effet je n’aime pas qu’on parle religion dans les livres, surtout en fantasy, et j’en ai abandonné plein à cause de ça.
Mais ici c’est fait de façon bienveillante, sensible, sans excès, tout en posant de bonnes questions.

Du coup je mets un gros +1  sur le traitement de ce sujet sensible qui est fait de la bonne façon.

Sinon j’ai bien aimé le personnage de Zaniel. Il est si posé, sensible, calme. Il a un cœur grand comme une maison. C’est vraiment l’ultime « good guy ». On ne peux pas s’empêcher de s’attacher à lui parce qu’il pense toujours aux autres avant lui.

Du coup au final, malgré le fait que le coté qui m’a énervé sur les conversations vraiment pas réalistes des personnages concernant des sujets personnels, l’ensemble n’était vraiment pas mal pour le reste.

J’aimerais vraiment que l’autrice arrête avec cette phase parce que ça gâche un peu l’ensemble qui aurait pu être tellement bien sans ça !
Parce que sinon on est totalement sur le genre d’UF que j’apprécie sur le papier. On a une intrigue mystérieuse concernant une forme de magique inconnue, un personnage qui ne pense pas à la romance tout le temps, et un rythme intéressant pour moi car plus lent que ce qui se fait dans l’UF récente, ce qui laisse le temps à l’ensemble de se développer doucement.

En gros un peu dommage.
Ma poursuite de cette série dépendra des avis que je lirai sur les tomes suivants et la motivation ou pas que j’ai à ce moment la.

4 commentaires sur “Zaniel Havelock, book 1: A Terrible Fall of Angels de Laurell K. Hamilton

Ajouter un commentaire

  1. Étrangement je trouve ça encourageant ce que tu écris sur l’autrice qui zappe un peu le sexe pour parler de psychologie, même si j’entends que c’est fait hyper maladroitement et peut-être exagérément pour toi, mais ça me donne envie de continuer à lui donner sa chance.
    Après rien ne dit que je ne finirai pas agacée comme toi 😆

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :