Captain Kit Brightling, book 1: The Bright and Breaking Sea de Chloe Neill

Berkley Books, 369 pages, 2020, Fantasy

On est sur un livre de fantasy que je qualifierais d’historique à mousquet. Dans le même principe des livres de Guy Gavriel Kay par exemple : on prend notre monde dont on en modifie les noms pour en faire un monde imaginaire, mais on colle plus ou moins aux événements tout en rajoutant une part de magie.
Ici on est entre l’Angleterre et la France, dans la période pendant laquelle, en équivalent de notre Histoire, Napoléon a été exilé sur l’île d’Elbe, et la paix est revenue. Le tyran a un autre nom, l’île et les pays aussi, mais la situation est identique.

Dans l’ensemble on est loin des romans de Guy Gavriel Kay niveau style, rythme et longueur (ne pas lire ça comme une critique, c’est juste un fait). C’est plus un roman de type régence, mais version aventure maritime avec batailles navales, service à la reine, le tout avec une petite romance pour alléger la chose.

Le capitaine Kit Brightling est une orpheline adoptée par une riche veuve faisant parti des personnes qui comptent à la cour de la reine Charlotte.
Grace à son don pour la navigation qui vient du fait qu’elle possède la faculté de pouvoir « lire » les courants grâce à la magie, elle a pu monter les rangs très rapidement et commande son propre vaisseau maintenant. Pour les autres membres de la marine, elle sert de « courrier » à la Reine, ce qui explique sa très rapide montée en grade, mais en fait elle exécute des missions secrètes.

La voila qu’on la convoque pour une nouvelle. Un espion a été enlevé par des inconnus mais qui connaissaient sa vrai identité. Elle va devoir non seulement le retrouver, mais aussi tenter de découvrir qui l’a dénoncé, et l’information si importante que les ennemis ne voulaient pas qu’on découvre (sinon ils n’auraient pas pris le risque de se dévoiler en l’enlevant ouvertement, ça devait être urgent et très accusant).

En fait la Couronne a peur qu’une conspiration soit à l’oeuvre pour essayer de faire sortir le Tyran de l’exil sur son île … Et pour l’aider on lui adjoint le vicomte Queenscliffe. Il connaissait le disparu et pourra l’identifier.

Pour Kit c’est un peu la douche froide. On l’oblige à faire équipe avec un membre de la noblesse, classe qu’elle méprise en général car elle a eu souvent à faire a des incompétents qui avait acheté leur place sans avoir le moindre don ou intérêt pour accomplir leur mission.

La magie est assez indéfinie. Dans le sens ou elle existe mais est quasiment inutilisable car c’est une force trop puissante pour les humains. En plus elle est liée aux phénomènes naturels, ce qui fait que si on la titille trop, on fini avec des catastrophes non désirées. Cela n’empêche pas certaines personnes de tenter de s’en servir, bien entendu.

Du coup si le coté ressource et le potentiel de faire quelque chose avec est au cœur de l’intrigue, pour autant la magie n’a concrètement pas vraiment de rôle à jouer sur l’ensemble de l’intrigue. Au final sa seule utilisation est de faire avancer le bateau de l’héroïne plus vite et du coup nous raccourcir ses trajets.

Attaque de forteresse pirate, espionnage, batailles navales, lutte contre de terribles tempêtes … On a vraiment droit à tout ce dont on s’attends quand on est dans ce genre d’aventures maritimes.
Et c’était vraiment très sympa si on cherche une lecture légère. Il y a plein d’aventure, ça bouge bien. Mais on n’est pas sur une intrigue complexe ou un gros worldbuilding. En fait l’ensemble est bien plus centré sur les personnages et leurs façon d’interagir ensemble.

Dans l’ensemble j’ai passé un bon moment et je ne me suis pas ennuyée. Mais je reconnais que ça n’est pas le genre de livre qui me restera en tête pendant des années. En fait en le refermant j’ai plus eu le sentiment d’avoir lu une romance historique pleine d’aventure dans laquelle la romance serait peu développée qu’un livre de fantasy plus habituel.
(il faut dire que je suis une ancienne lectrice de romances historiques et que le ton de certains passages de celui ci m’y a fait fortement penser. Et comme en général ce genre de livres je les lisais et les avais oublié 10 jours après, ça joue surement dans mon sentiment général)



D’autres avis sur ce livre : Apophis, …

5 commentaires sur “Captain Kit Brightling, book 1: The Bright and Breaking Sea de Chloe Neill

Ajouter un commentaire

  1. Il est dans ma wish list…
    À la lecture de ton avis, je pense que je vais apprécier que ce soit le ton (je lis encore pas mal de romances historique), le rythme, l’enchaînement des événements… J’aurais peut-être juste apprécié une réelle utilisation de la magie avec une mythologie autour. Sinon, ça a l’air parfait pour un moment de divertissement sans prise de tête.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :